• Chris Kenny Fetish Map of the British Isles©Chris Kenny, photo Gabriel Kenny Ryder
    Chris Kenny Fetish Map of the British Isles©Chris Kenny, photo Gabriel Kenny Ryder
  • Mosaïque aux îles, III-IVe siècle apr. J.-C., Haïdra, Tunisie. 492 × 536 × 7 cm. Institut national du patrimoine, Tunisie © Institut national du patrimoine, Tunisie, photo Rémi Bénali - MDAA / CD13
    Mosaïque aux îles, III-IVe siècle apr. J.-C., Haïdra, Tunisie. 492 × 536 × 7 cm. Institut national du patrimoine, Tunisie © Institut national du patrimoine, Tunisie, photo Rémi Bénali - MDAA / CD13
  • Journal illustré du voyage de Francis Drake aux Indes occidentales, folio 14, 1595-1596. Manuscrit aquarellé sur papier, 32,5 × 20,5 cm. Bibliothèque nationale de France, Paris © BnF
    Journal illustré du voyage de Francis Drake aux Indes occidentales, folio 14, 1595-1596. Manuscrit aquarellé sur papier, 32,5 × 20,5 cm. Bibliothèque nationale de France, Paris © BnF
  • David Renaud, Pacifique II (ZEE) et Pacifique I (fuseaux horaires), 2019. Acrylique sur bois verni, 203 × 150 cm chacun. Collection de l’artiste © David Renaud, photo Florian Kleinefenn
    David Renaud, Pacifique II (ZEE) et Pacifique I (fuseaux horaires), 2019. Acrylique sur bois verni, 203 × 150 cm chacun. Collection de l’artiste © David Renaud, photo Florian Kleinefenn
  • Davide Bertocchi, Tropicalnocturnal (EP), éd. 1 / 3, 2019. Jet d’encre pigmentaire sur papier archival, 103 × 146,7 cm. Collection particulière © Davide Bertocchi
    Davide Bertocchi, Tropicalnocturnal (EP), éd. 1 / 3, 2019. Jet d’encre pigmentaire sur papier archival, 103 × 146,7 cm. Collection particulière © Davide Bertocchi
  • Louis Boitte, Chapelle sur un rocher, projet pour un concours d’émulation, 1850. Crayon, aquarelle et rehauts de gouache blanche, 45,7 × 27,1 cm. Paris, musée d’Orsay, don de Mlle Alice Boitte © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
    Louis Boitte, Chapelle sur un rocher, projet pour un concours d’émulation, 1850. Crayon, aquarelle et rehauts de gouache blanche, 45,7 × 27,1 cm. Paris, musée d’Orsay, don de Mlle Alice Boitte © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Le temps de l'île


Mucem, J4— niveau 2
| Du mercredi 17 juillet 2019 au lundi 11 novembre 2019

  • Derniers jours

Nous sommes tous habités par les îles. Chacun garde à l’esprit des souvenirs, des projets ou des rêves insulaires. Les romans, les films, les atlas leur confèrent une force d’évocation sans pareille, même lorsqu’on les dit imaginaires.
 
La Méditerranée compte plus de dix mille îles. Son histoire est marquée par ces lieux tour à tour centres et marges, plaques tournantes et repoussoirs, paradis et espaces de rétention. Mais il existe, dans d’autres mers, des archipels porteurs d’enjeux cruciaux : autant que Chypre et Lampedusa, les Spratleys, les Comores, la Nouvelle-Calédonie, les Caïmans contribuent à façonner le monde contemporain.
 
Plus qu’une exception marginale, « Le temps de l’île » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde. L’exposition explore les effets des îles sur les imaginaires, les savoirs, la réalité géopolitique, les utopies d’hier et de demain. Habitants ou non des îles, nous sommes tous des insulaires.
 
Cartes géographiques, relevés d’explorateurs, animaux naturalisés, mais aussi mosaïque romaine, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations… « Le temps de l’île » présente au Mucem près de 200 pièces provenant d’institutions françaises, européennes et méditerranéennes, ainsi que des œuvres d’art contemporain réalisées spécialement pour ce projet.
 
En prolongement de l’exposition, et afin de rendre l’expérience insulaire plus sensible, le Mucem et le Centre des monuments nationaux invitent le public à prendre la mer pour rejoindre l’île d’If, toute proche du Vieux-Port de Marseille, à la découverte d’une série d’œuvres de l’artiste David Renaud dans le cadre de l'exposition « L'invention du lointain ».


—Commissariat : Jean-Marc Besse, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS
Guillaume Monsaingeon, commissaire d’expositions, professeur de philosophie
—Scénographie : BgC Studio
—Catalogue : en coédition avec les éditions Parenthèses
Cette exposition a fait l'objet d'une collaboration avec le LabexMed de l'Université d'Aix-Marseille, dans le cadre du cycle de séminaires "Le temps de l'île".
En collaboration avec le Centre des monuments nationaux
Centre des monuments nationaux

 

Entretien avec Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon, commissaires de l’exposition

 
 

 

Mucem (M.)

 

L’exposition déborde largement des frontières de la Méditerranée… 

 

Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon (J-M. B. et G.M.)

Il était important pour nous de montrer que, au-delà de la Méditerranée, la question des îles caractérise tous les espaces, à commencer par l’océan Pacifique, qui couvre environ un tiers de la surface totale du globe, et qui accueille aujourd’hui les échanges économiques les plus importants.
Cela ne nous empêche pas, bien entendu, de souligner la force de la matrice méditerranéenne : nous ouvrons d’ailleurs l’exposition sur un chef-d’œuvre du IVe siècle après J.-C., prêté par la Tunisie : une mosaïque qui représente à sa façon ce monde marin. Et la figure d’Ulysse plane sur toute l’exposition : ce héros qui circule (même malgré lui) d’une île méditerranéenne à l’autre répond à Robinson, l’homme qui reste sur une seule île.En réalité notre approche n’est ni exotique ni géographique : nous ne privilégions ni la Méditerranée ni aucune autre zone. La plupart du temps, nous abordons un thème précis à partir de telle ou telle île. La naissance d’espèces végétales ou animales, par exemple, est abordée à l’aide de Madagascar. Les conflits militaires sont abordés à la fois à travers Malte, les îles Spratleys en mer de Chine et les explosions atomiques en Océanie.

 

 

M.

 

L’exposition traite autant des îles réelles que des îles imaginaires ? 

 

J-M. B. et G.M.

Tout à fait ! C’est même un point central : nous voulons montrer comment la réalité des îles existe aussi bien dans les imaginaires que dans l’économie ; dans la géopolitique comme dans les formes artistiques.
Nous fêtons cette année le tricentenaire de Robinson Crusoé. L’ouvrage de Daniel Defoe a tout de suite remporté un succès foudroyant. Il a été imité des centaines de fois. Marx, Rousseau, Virginia Woolf, Borges… tout le monde a écrit sur ce récit qui a façonné mythologies et réalités modernes. Qui peut croire que cet ouvrage soit seulement fictionnel, alors qu’il a façonné les comportements de soldats en guerre, des amateurs de télé-réalité, comme des vacanciers ?
Les îles, c’est bien plus qu’une métaphore ou une mode : c’est une façon de s’adresser à tout le monde. Les Romains, qui s’y connaissaient en matière de villes, ont tout de suite parlé d’« îlots urbains ». Ce n’est pas une image décorative, c’est une façon de montrer que l’espace est construit en archipels et en îles. À travers les îles, nous soulignons que rien dans l’espace n’est totalement isolé ni complètement continu. Les îles nous aident à penser le monde lointain, mais aussi notre présent quotidien.

 

M.

 

Il s’agit d’aborder les îles comme un « miroir grossissant » permettant de comprendre notre monde ?

 

J-M. B. et G.M.

La troisième section de l’exposition est consacrée à la géopolitique contemporaine. On entend tous les jours parler d’îles paradis fiscaux, de refuge ou de pièges migratoires. Les îles sont souvent évoquées à propos des menaces environnementales, ou encore des risques de conflits : nous pensons que les îles, souvent petites et méconnues, doivent être mieux comprises pour déchiffrer un monde complexe et souvent violent.

 

M.

 

En quoi les îles constituent-elles un enjeu géopolitique majeur aujourd’hui ? 

 

J-M. B. et G.M.

Au-delà d’un affrontement directement militaire (la troisième guerre mondiale pourrait bien éclater en mer de Chine, autour des îles Spratleys…), l’enjeu est économique. Nous cherchons à expliquer par exemple comment à l’aide de tout petits îlots perdus dans l’océan, les États-Unis ou la France se sont taillé respectivement le premier et le deuxième domaine maritime mondial en termes de « zone exclusive économique » (ZEE) : une île comme Clipperton, qui mesure moins de 2 km², produit au bénéfice de la France une ZEE de plus de 400 000 km². Bel effet insulaire, non ? Grâce aux îles et aux archipels, la France revendique une ZEE de presque 10,7 millions de km². Coïncidence : en 1907, l’empire colonial français à son apogée était estimé à 10,4 millions de km²… Les îles n’y étaient pour presque rien à l’époque, elles sont devenues des acteurs essentiels. Le Tribunal international de La Haye a dû préciser encore récemment en quoi consistait une île, ce que signifiait être « habitable » : rien de tout cela ne va de soi.

 

M.

 

Quelle place occupe la cartographie dans l’exposition ?

 

J-M. B. et G.M.

Nous nous sommes tous deux rencontrés grâce à notre passion commune des cartes. Mais nous n’avons pas voulu réduire notre projet à une exposition cartographique. Par exemple, la première section se nourrit de profils qui correspondent bien plus à l’expérience des navigateurs : ils ne savent pas très bien où ils arrivent, ni s’il s’agit bien d’une île. Montrer la carte d’emblée, ce serait apporter une réponse à la question que nous n’avons pas encore posée.
Les cartes interviennent dans la deuxième section, pour montrer comment les îles ont nourri la construction des savoirs. La Bibliothèque nationale de France nous a prêté des pièces extraordinaires comme l’Atlas Miller, ou l’exemplaire ayant appartenu à Louis XVI d’une carte représentant les routes des différents navigateurs autour du monde – un document de deux mètres de long. La BMVR de Marseille a prêté des atlas nautiques dont l’un, inachevé, montre bien la façon dont on construit la représentation cartographique de la Méditerranée.
Mais nous abordons aussi les cartes scolaires ; et nous avons travaillé avec le service infographie du journal Le Monde pour concevoir des cartes de la troisième section. L’exposition présente donc une sélection variée de cartes très originales et colorées, même si le parcours est enrichi de nombreux autres types d’objets.

 

M.

 

Quels autres types d’objets peut-on voir dans l’exposition ?

 

J-M. B. et G.M.

Des pièces venues d’Asie, comme un vase présentant le monde comme une « île-Japon », ou un « rocher de lettrés » provenant du musée Guimet. Le Muséum national d’Histoire naturelle et le musée de l’université d’Aix-Marseille, héritier du musée colonial de Marseille, nous ont prêté des spécimens rares. On verra par exemple un lémurien naturalisé familièrement appelé « aye-aye » : c’est un animal très laid, qui mesure environ 50 cm de long. Il fait assez peur avec son index surdéveloppé pour aller chercher les larves, et il n’existe que dans l’île de Madagascar. Heureusement, juste à proximité se trouvera un ensemble de cinq oiseaux naturalisés, bien plus jolis, qui soulignent la façon dont les espèces s’adaptent, sur une île, à des environnements diversifiés.

 

M.

 

Au-delà de ses dimensions historique et scientifique, l’exposition fait aussi la part belle à l’imaginaire…

 

J-M. B. et G.M.

Oui : le cinéma, bien entendu, avec des affiches (qui jouent toujours sur ces représentations) et surtout un montage de films de fiction soulignant l’ambivalence de l’île dans Les Chasses du comte Zaroff comme chez Nanni Moretti (Journal intime) ou Jacques Rozier (Les Naufragés de l’île de la Tortue).
Mais aussi la mosaïque romaine déjà mentionnée, un chef-d’œuvre de 25 m² qui présente les îles de Méditerranée dans le désordre : c’est une énigme qui excite les scientifiques, et nous espérons bien qu’elle intriguera plus d’un visiteur.
Les chansons ne sont pas en reste, avec Jeanne Moreau et Caetano Veloso : c’est tellement évocateur ! Nous jouons aussi bien avec de très nombreux timbres-poste représentant des îles avec le visage du souverain, avec l’avion qui relie l’île au monde extérieur. Il y en a des centaines, qui expriment cette force et ce lien entre les îles du bout du monde. Plus ils sont petits, plus ils voyagent et représentent une charge affective et esthétique.

 

M.

 

L’art contemporain joue aussi un rôle-clé dans l’exposition ?

 

J-M. B. et G.M.

Les artistes sont tellement nombreux à travailler sur ou avec les îles, tous médiums confondus. Nous avons commandé plusieurs œuvres, dont une série à une jeune vidéaste, Pauline Delwaulle, qui nous a accompagnés tout au long du projet : nous avons sélectionné ensemble 18 thèmes sur lesquels elle a réalisé des « haïkus vidéo », petites virgules en boucle disséminées dans l’exposition : la marée qui déforme l’île, le faisceau nocturne des phares, l’incertitude de l’arrivée dans la brume…
Tous ces artistes, souvent nourris de travaux scientifiques pointus, restituent la charge affective et émotionnelle des îles. On le voit bien avec l’œuvre de Chris Kenny utilisée pour l’affiche de l’exposition et la couverture du catalogue : Fetish Map of the British Isles dégage à la fois amour et violence, les îles croulent sous une attention… qui ne manque pas de piquant.

 

M.

 

L’exposition se conclut par une invitation à prendre la mer pour rejoindre l’île d’If, avec l’artiste David Renaud…

 

J-M. B. et G.M.

Nous espérons en effet faire basculer le visiteur, de la connaissance vers l’expérience de l’île. David Renaud a lui aussi été un compagnon de route durant tout le projet. Nous lui avons commandé pour l’exposition deux œuvres sur l’effet-île dans le Pacifique. Mais connaissant le travail qu’il mène depuis des années sur les îles, nous avons proposé au Centre des monuments nationaux d’organiser à If une exposition de quelques-unes de ses pièces. Nous espérons que ces œuvres fascinantes, ajoutées au plaisir de quitter la terre ferme et au charme de la traversée en bateau vers If, constitueront un prolongement naturel à l’exposition.

 

 

Publications

Catalogue d'exposition Le Temps de l'île, Mucem

Catalogue d'exposition

Direction d’ouvrage : Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon Avec les contributions de Jean-Luc Arnaud, Fathi Bejaoui, Nathalie Bernardie-Tahir, Jean-Marc Besse, Marie-Noëlle Bourguet, Louis Brigand, Catherine Delacour, Nicolas Garnier, Franck Lestringant, Camille Louis, Evangeline Masson-Diez, Guillaume Monsaingeon, Diego Muñoz, Élise Olmedo, Philippe Pelletier, Claire Pignol, Sophie Rabau, Marie Redon et Gilles A. Tiberghien.
Coédition Mucem / Parenthèses 22 x 27 cm à la française
256 pages
120 illustrations couleur
36 €
Parution : juin 2019
ISBN : 978‑2‑86364‑349-5

Découvrir



Parcours de l'exposition

Les îles de l’ambiguïté

Charles-Alexandre Lesueur, Relèvements au lavis des côtes des terres Australes, réalisé depuis le Géographe au mouillage à port du Roi-George : vue n° 209, 18 février 1803. Encre sur papier, 54 × 62 cm © Archives nationales (France), Paris
Array
Thomas Tronel-Gauthier, L’Île engloutie, 2015. Coffre en bois, silicone teinté, résine teintée. 72 × 83 × 49 cm © Thomas Tronel-Gauthier / ADAGP, Paris 2019
Array

Combien sont-elles, et faut-il chercher à les définir ?

Les navigateurs craignent les écueils plus que les grandes îles ; les îles à peine recouvertes par la marée plus que celles qui s’érigent fièrement.

L’île est une étendue de terre entourée d’eau : ce qui semblait aller de soi se révèle complexe et les îles nous forcent à perdre nos certitudes.

Elles sont à la fois incertaines (dans leur localisation, leur taille, leur nom) et ambivalentes, lieux de plaisir et de peurs, d’évasion et d’enfermement.

 

Les îles de la connaissance

Journal illustré du voyage de Francis Drake aux Indes occidentales, folio 14, 1595-1596. Manuscrit aquarellé sur papier, 32,5 × 20,5 cm. Bibliothèque nationale de France, Paris
Array
Capitaine du génie en chef A. Leré, Plan d’ensemble des forts et batteries de la rade de l’île d’Aix, 1862. Manuscrit entoilé, 119 × 83 cm. Cartothèque de l’IGN, Saint-Mandé © Collection Cartothèque IGN
Array

Dans bien des domaines, les îles ont constitué des accélérateurs de connaissance, et leur étude a permis de structurer des savoirs et des méthodes.

Il a fallu apprendre à connaître les îles : les localiser, les nommer, circonscrire leur taille, dessiner leur forme, décrire leurs caractères naturels et leurs populations. C’est le rôle de la cartographie.

Les îles ont toujours été des espaces privilégiés pour le développement des connaissances, dans les sciences de la nature comme dans les sciences humaines et sociales.

L’inventaire des sols et des minéraux qu’ils contiennent, des plantes et des animaux, mais aussi l’observation des pratiques, des organisations politiques et des croyances sociales ont été, dans les mondes insulaires, les occasions de l’émergence de théories scientifiques nouvelles qui n’auraient sans doute pas pu apparaître dans un autre cadre : ainsi par exemple, la théorie de l’évolution de Darwin, ou l’analyse des règles sociales de l’échange par les anthropologues.
 

 

Les îles du pouvoir

David Renaud, Pacifique II (ZEE) et Pacifique I (fuseaux horaires), 2019. Acrylique sur bois verni, 203 × 150 cm chacun. Collection de l’artiste © David Renaud, photo Florian Kleinefenn
Array
Map Office, Moving Lemuria from the Indian to the Pacific Ocean, 2017. Coquillages de Sanibel Island, déchets plastiques récoltés sur la plage, sable blanc fin, contreplaqué, 300 × 200 × 30 cm. Collection de l’artiste © mapoffice
Array

Bien qu’appelée « Terre », notre planète est d’abord façonnée par des mers et des océans, donc des îles.

Séparées des autres terres par les eaux, celles-ci ne sont pas pour autant isolées.

Souvent regroupées en archipels, liées entre elles ou à une métropole, à un centre parfois très distant, les îles jouent, dans l’organisation du monde contemporain, un rôle décisif ici abordé en six thèmes : l’environnement, les conflits politico-militaires, l’exploitation économique, les connexions, les migrations, la résilience.
 
Les îles nous aident à décrypter la situation souvent complexe du monde contemporain : cette section en partie pédagogique vise à donner au visiteur des clés de compréhension.

Cela motive le choix d’une cartographie développée avec le service cartographique du journal Le Monde. Cette collaboration a permis de sélectionner des îles illustrant des caractéristiques insulaires contemporaines.

Les îles retenues constituent ainsi des « études de cas » qui racontent des enjeux planétaires et expliquent une situation précise. Chaque sélection est présentée en duo : situation régionale et lecture plus détaillée de l’île elle-même. Entre les deux, un texte, servant de légende, analyse la situation en fonction du thème retenu.
 

Les îles de l’imagination

Guy Debord, The Naked City. Illustration de l’hypothèse des plaques tournantes en psychogéographique, Copenhague (Danemark), 1957. Lithographie, encre sur papier, 33,3 × 48,3 cm. Orléans, Frac Centre-Val de Loire © Collection Frac Centre-Val de Loire © Alice Debord
Array
Rocher de lettrés, Chine. Pierre de ying, 45 × 33 × 14 cm. Musée national des arts asiatiques− Guimet, Paris © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Mathieu Rabeau
Array


Les îles ne sont pas seulement des espaces physiques, géographiquement localisés et délimités, qu’il serait possible de décrire scientifiquement.

Elles sont aussi des entités mentales, des lieux imaginaires, des modèles intellectuels, des motifs pour la création littéraire et artistique.

On peut dissocier la notion d’île de la réalité physique à laquelle on l’associe le plus souvent.

Ainsi, c’est sur une île fictive que Thomas More place le royaume d’Utopie, et nombreux seront par la suite les projets d’utopies insulaires. Une édition originale de 1516 de Utopia de Thomas More est présentée dans cette section (prêt de la BMVR Marseille).

Mais l’île permet aussi de lire, voire de construire les espaces urbains, comme s’ils étaient composés comme de vastes archipels. L’île est une manière de voir et d’interpréter le monde.

Elle est dotée d’une énergie positive et confère un enthousiasme communicatif, comme le souligne Honoré de Balzac : « Emmène-moi donc au bout de la terre, dans une île où personne ne nous sache » (La Fille aux yeux d’or).
 


Activités et événements associés

  • Escales en Méditerranée © Julie Cohen, Mucem

    Escales en Méditerranée

    Dimanche 26 janvier 2020 à 15h00

    Petits voyages

    Visite-atelier en famille pour les 4-8 ans

    Après avoir navigué au sein de l’exposition « Voyage, voyages », les petits marins en herbe font escale à l’Atelier de l’île pour imaginer,…

  • Chris Kenny Fetish Map of the British Isles©Chris Kenny, photo Gabriel Kenny Ryder

    Portes ouvertes «Le Temps de l'île»

    Mardi 16 juillet 2019 à 16h00

    Découvrez gratuitement et en avant-première, la nouvelle exposition « Le Temps de l'île…

  • © ADAGP, Paris, 2019 photo © Coll. Jonas/KHARBINE-TAPABOR

    Des robinsonnades aux nouveaux Robinsons

    Jeudi 3 octobre 2019 à 19h00

    Avec Guillaume Pigeard de Gurbert (philosophe) et les commissaires de l’exposition « Le temps de l’île », Jean-Marc Besse (philosophe, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS)…

  • mk Robinson © Andrea Macchia 9

    Robinson

    Jeudi 3 octobre 2019 à 21h00

    Chorégraphie : Michele Di Stefano
    Avec Philippe Barbut, Biagio Caravano, Marta Ciappina, Andrea Dionisi, Laura Scarpini, Saverio Francesco Cavaliere

    Musique : Lorenzo Bianchi…

  • Pierrot le fou © Mucem

    Pierrot le fou

    Dimanche 6 octobre 2019 à 16h00

    Autour de l’exposition « Le temps de l’île »

    La projection de Stromboli prévue dimanche 6 octobre est remplacée par Pierrot le fou

    De Jean-Luc Godard (France, 1965, 1h55), film tourné en partie sur l'île de…

  • Mosaïque aux îles © Institut national du patrimoine, Tunisie Photo, Rémi Benali

    Promenade autour de l'île

    Samedi 12 octobre 2019 à 14h30

    Lorsqu'on vous dit «île», des images de plages désertes et de lagons bleus vous viennent immédiatement en tête ?

    Pour découvrir les multiples usages que nous faisons des îles, partez à la…

  • Crabe Phare © Gaëtan Borde, Benjamin Lebourgeois, Claire Vandermeersh

    Petits archipels

    Du 20 octobre au 25 octobre 2019

    Autour de l’exposition « Le temps de l’île »

    Pendant la première semaine des vacances de la Toussaint, cap sur le Mucem et ses Petits archipels !

    Entre cinéma et ateliers, ce programme à partager en famille nous invite à n…


Partenaires et mécènes

Avec le soutien de : la Caisse d'Epargne - CEPAC, mécène fondateur

En partenariat avec le Monde et France bleu provence