• Charles-Alexandre Lesueur, Etoile de mer, première moitié du XIXe siècle Aquarelle et crayon, 30 x 46 cm Le Havre, Muséum d'histoire naturelle © Ville du Havre, Muséum d'histoire naturelle
    Charles-Alexandre Lesueur, Etoile de mer, première moitié du XIXe siècle Aquarelle et crayon, 30 x 46 cm Le Havre, Muséum d'histoire naturelle © Ville du Havre, Muséum d'histoire naturelle

Le Temps de l'île


J4 niveau 2 (800 m²) | Du mercredi 17 juillet 2019 au lundi 18 novembre 2019

Achetez vos billets

Les îles ne laissent personne indifférent. Elles évoquent émotions, expériences et savoirs variés : souvenirs, désirs, lectures, images ou peurs sont des forces qui dépassent la géographie physique. Plus qu’une exception marginale, « Le temps de l’île » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde, bien
au-delà de la Méditerranée.


Îles de l’ambiguïté
Dès l’entrée de l’exposition, la « mosaïque aux îles » romaine découverte en Tunisie en 1995, souligne le caractère énigmatique de ces îles méditerranéennes disposées à la façon d’un puzzle de 25 m2. Le cinéma, les profils relevés par les explorateurs, l’île d’If à la fois prison et lieu touristique, donnent à voir les contradictions propres à toute île :
l’artiste canadien Rodney Graham, dans son film Vexation Island, incarne avec humour le personnage de Robinson Crusoé et les paradoxes de l’île déserte.

Îles de la connaissance
Les îles ont aussi contribué à construire des sciences : des spécimens d’animaux naturalisés, des objets traditionnels océaniens, deux cartes de navigation des îles Marshall prêtées par le musée du Quai Branly,
comme un ensemble exceptionnel d’aquarelles sur vélin d’Alexandre Lesueur montrent la dynamique de ce savoir en devenir. Une riche galerie cartographique présente en particulier des portulans issus de la bibliothèque de l’Alcazar ou l’Atlas Miller (Lopo Homem, 1519), prêté par la Bibliothèque nationale de France.

Îles du pouvoir
La mondialisation passe aussi par les îles, comme l’enseigne le colonialisme européen. La collaboration  artographique avec le journal Le Monde souligne le rôle de l’insularité aujourd’hui dans une géopolitique de l’environnement, des migrations, des conflits militaires…
Des oeuvres du collectif Map Office, de David Renaud apportent un regard d’artiste sur les îles aujourd’hui.

Îles de l’imagination
Christo, Jochen Gerner, Gilles Clément, Stalker, les concours d’architecture du XIXe siècle, l’Utopie de Thomas More (1516) : tous soulignent la capacité créative et utopique des îles. Leur énergie incite le visiteur à se rendre sur l’île d’If voisine, où une section « hors les murs », organisée avec le Centre des Monuments Nationaux, permet de
prolonger l’exposition par une expérience de l’île.

L’exposition présente près de 200 oeuvres :
peintures, cartes géographiques, mosaïque romaine, relevés d’explorateurs, installations d’artistes contemporains, sculptures, photographies, animaux naturalisés, objets de curiosité, vidéos. De nombreuses commandes passées à des artistes sont complétées par des prêts provenant d’institutions d’envergure, françaises, européennes et méditerranéennes.


—Commissariat : Jean-Marc Besse, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS
Guillaume Monsaingeon, commissaire d’expositions, professeur de philosophie
—Scénographie : BgC Studio
Catalogue : en coédition avec les éditions Parenthèses

Partenaires et mécènes

Avec le soutien de : la Caisse d'Epargne - CEPAC, mécène fondateur