«Vivre au temps du confinement», la collection

En avril dernier, le Mucem lançait une grande collecte participative autour de nos vies confinées. Vous avez été nombreux à y répondre. Voici quelques exemples de ce que cet appel aura pu permettre de collecter. 

 


Mercredi 25 novembre 2020


 

Laurie Giraud, Saisies, Empreintes de poignées de mains en porcelaine crue, tailles variables. D'après la photographie d'Isaac Lawrence "Saisie d'écailles de pangolin à Hong Kong", 5 septembre 2018, AFP, 2020 © Mucem

Laurie Giraud, Saisies, Empreintes de poignées de mains en porcelaine crue, tailles variables. D'après la photographie d'Isaac Lawrence "Saisie d'écailles de pangolin à Hong Kong", 5 septembre 2018, AFP, 2020 © Mucem

Cette photographie représente une œuvre réalisée pendant le confinement au printemps dernier,  pour un collectif artistique lancé sur un réseau social, Le journal d’un Pangolin (au temps du coronavirus), qui a rassemblé des créations multiples évoquant ce petit fourmilier : la pandémie conférait alors à cet animal une triste et subite notoriété, l’hypothèse ayant été un temps émise qu’il pouvait être l’hôte intermédiaire de la transmission du virus aux humains. 

Etudiante en arts plastiques, la personne qui a réalisé cette oeuvre est également infirmière à domicile. Elle a demandé à ses proches et à ses patients de prendre l’empreinte de leur poignée de main. Ces empreintes sont semblables aux écailles précieuses d’un pangolin stockées dans de petits sacs. Du métier d’infirmière à celui d’artiste, du geste de soin au geste de création, se lit un parcours de vie tout autant qu’une expérience partagée : celle du contact physique devenu empêché.

Lire la suite

L’homme est un animal doué de langage, nous dit Aristote, mais la linguistique, l’anthropologie, la philosophie ou encore la médecine nous ont aussi appris combien nous joignons le geste à la parole. La pandémie nous aura rappelé cruellement l’importance de cette communication non verbale. Qu’elle soit une simple convention sociale ou un geste intime d’affection, la poignée de main et ses variantes – accolades, embrassades, bises… sont désormais proscrites, au profit des gestes « barrières » de prévention sanitaire.  Révérences, inclination de la tête, mains à la poitrine ou jointes en prière, checks du coude ou des pieds inspirent de nouvelles salutations en traversant les codes culturels, géographiques ou générationnels.  

L’ambivalence de nos gestes, qui renvoient à des attitudes de respect, de soin, de douceur ou au contraire de menaces, risques ou repli se devine dans cette œuvre. La bienveillance du geste de soin consistant à saisir des mains inverse en fait la photographie d’Isaac Lauwrence dont elle est inspirée, beaucoup plus sinistre : car les écailles stockées dans les sacs, ce sont en fait celles d’une saisie douanière record en 2018.  Le pangolin est en effet l’animal le plus braconné au monde pour les vertus supposées thérapeutiques qu’on lui attribue.  Une manière de suggérer ainsi combien les bouleversements imposés au monde animal et aux écosystèmes (trafic illicite mais aussi élevage industriel, déforestation et privation d’habitat naturel,  circulations accélérées,…), au nom de ce que nous associons à notre confort de vie, accentuent pourtant les risques de contamination de l’animal à l’homme à l’origine de bien des épidémies.  



 


Mercredi 18 novembre 2020


Joëlle Hallou, Carte de périmètre de sortie, photographie numérique, 2020 © Mucem

Joëlle Hallou, Carte de périmètre de sortie, photographie numérique, 2020 © Mucem

Voici le plan d’une ville dont le nom n’est pas précisé. L’échelle de la carte n’est pas non plus indiquée, mais nous la devinons au premier coup d’œil car cela nous parle d’une expérience partagée par tous : le cercle représente le rayon d’un kilomètre autour de son domicile autorisé pour les sorties journalières. Tracé au compas, il évoque nos lointains exercices de géométrie d’écoliers. Déroulé sur la table, en vision surplombante,  le plan du quartier traduit aussi un espace mental, et les perplexités qui ont été les nôtres : le périmètre se calcule-t-il « à vol d’oiseau », selon une expression qui évoque une liberté enviable, ou en fonction d’un parcours au sol permettant de démultiplier comme par magie les distances?  Les accidents du tracé urbain, la toponymie des rues, les équipements de l’espace public balisent les échappées, offrent des points d’intérêt inédits dans l’espace pourtant si familier de notre environnement immédiat.

Lire la suite

Pour la première fois, une épidémie a été partagée par l’ensemble de la planète. C’est la communauté humaine qui s’est retrouvée dans une proximité inattendue face à la propagation du virus, l’échelle est mondiale. Au niveau du territoire national, tout le pays s’est trouvé confiné. Si nos situations personnelles ne sont pas toutes identiques, nous sommes cependant tous contraints dans nos déplacements. Nous partageons tous cela. Mais paradoxalement, ce qui marque ce moment, ce dont on se souvient, ce ne sont pas ces échelles nationales ni mondiales. C’est plutôt le quotidien de l’espace vécu. Chacun a son périmètre, ses balades, ses déplacements, ses tactiques de contournements aussi.  

Est-ce à dire que la multiplication de ces rapports individuels à l’espace a fait disparaître toute communauté sensible entre nous ? Pas nécessairement ! Ce que nous avons partagé c’est l’intériorisation de cette limite, la découverte de l’inexploré et pourtant proche, c’est un autre rapport au quartier, au voisinage et à l’espace public : la marche, les détours, les pauses deviennent l’exercice concret, physique, de nos manières de composer individuellement ou collectivement avec les lois d’urgence.  

 


Mercredi 11 novembre 2020


 

Gaëtan Arrondeau, Jeu de backgammon sur planche à découper, photographie numérique, 2020 ©️ Mucem

Gaëtan Arrondeau, Jeu de backgammon sur planche à découper, photographie numérique, 2020 ©️ Mucem

Cette photo présente un jeu de backgammon pyrogravé sur une planche à découper. Les hésitations du graveur témoignent de l’application donnée à sa fabrication. Les pions, sortis de leur petite bourse, sont des bouchons de liège et des capsules de canettes en verre. Des plaisirs du repas à ceux du backgammon, le plateau de fromage est devenu plateau de jeu : la solitude du confinement s’amuse à confondre les sociabilités.

Lire la suite

Le Mucem a reçu plusieurs exemples de créations qui ont permis d’occuper les temps de loisir en s’exerçant à des talents nouveaux. L’activité consacrée à fabriquer un objet prend un tout autre relief. En l’occurrence, l’artisan autodidacte est ingénieur et il a beaucoup joué en ligne à ce jeu, il en a même développé une application virtuelle. Alors même que le confinement nous rive plus que jamais à nos écrans, il a quitté ici l’univers virtuel pour réaliser minutieusement, avec un fer à souder en guise de pyrographe, ce plateau de jeu. La confection du backgammon est le résultat d’une série de détournements et de reconversions : du support (la planche), de l’outil (le fer à souder), du virtuel à la matérialité du bois, de l’activité professionnelle à l’activité de loisir. Car, nous dit son créateur, « j’ai trouvé une grande importance à savoir profiter de l’ennui (…) c’est pour moi une représentation positive de cette période étrange. » Le bricolage réinvente les objets, leurs fonctions dans une liberté et une ingéniosité qui proposent de nouveaux partages.

Ce divertissement est donc, au sens plein du mot, une forme de culture. Car l’action de détourner, c’est justement le sens premier du mot divertissement, qui signifie d’abord détourner un héritage, puis par glissement détourner quelqu’un de ses préoccupations, par exemple en s’exerçant à des choses agréables jugées secondaires ou futiles, comme les jeux. Bien au contraire, le divertissement est essentiel à nos existences, rétorque la philosophie ! Pour Blaise Pascal, il sert à échapper à l’anxiété de notre condition humaine, et pour Roger Caillois, le jeu suspend les usages du réel pour nous permettre de nous retrouver avec d’autres règles et d’imaginer d’autres partages. Cela ne sert à rien et c’est pour cela que c’est si utile.


Mercredi 4 novembre 2020


 

Sébastien Dufeu, Sans titre, tirage photographique, 2020. © Mucem

Sébastien Dufeu, Sans titre, tirage photographique, 2020. © Mucem

Ce photomontage est issu d’une série de variations autour d’un célèbre petit gâteau.  « La madeleine, dit l’auteur de cette image, est si identifiable qu'il n'y a pas besoin de mots pour exprimer ce qu'elle représente, ce qu'elle suggère : une certaine douceur, chaleur et bienveillance liées à l'enfance.» Nombreux ont été les participants de la collecte « Vivre au temps du confinement » à proposer des représentations de passe-temps réconfortants comme la cuisine, mais aussi de créations personnelles qui, à la manière de « l’art pauvre » ou des « arts modestes », animent et ré-enchantent le quotidien en détournant les objets les plus simples de leur fonction première : nous les regardons autrement, nous voyons autrement et nous nous voyons autrement avec eux. La rue n’est plus la même vue par une madeleine, et cette madeleine à sa fenêtre, c’est aussi nous.

 

Lire la suite

Ronde, espiègle, sur la pointe de ses pieds de raisin, elle regarde par une fenêtre, une limite qui nous sépare de l’extérieur, mais aussi qui nous relie à lui, dans un mélange de mélancolie et de curiosité. Cette ambivalence des seuils, limites entre l’intérieur et l’au-dehors, a été soulignée de multiples façons dans la collecte : l’horizon est borné, mais le regard est plus aigu, les objets détournés de leur usage nous défamiliarisent, pour interroger notre relation à l’extérieur et notre relation à nous-mêmes. Ils deviennent des révélateurs. 
La madeleine de l’écrivain Marcel Proust est désormais proverbiale : c’est la dégustation d’une pâtisserie qui fait ressurgir de manière involontaire le passé, c’est l’émotion provoquée par un objet banal ou une sensation anodine qui déclenche « l’édifice immense du souvenir », et restitue une vérité enfouie. A la manière de la madeleine, les objets d’un musée conservent eux aussi une mémoire sensible, à la fois intime et collective. Ils ne révèlent pas une vérité absolue, mais ils suggèrent un nouveau point de vue, de nouvelles interrogations sur l’expérience du confinement : c’est pour regarder et pour s’interroger ensemble que le Mucem a lancé cet appel à dons.