• Bateau camouflé en rade de Toulon Pierre Gatier (1878-1944), après 1919. Huile sur toile © Musée national de la Marine / A. Fux
    Bateau camouflé en rade de Toulon Pierre Gatier (1878-1944), après 1919. Huile sur toile © Musée national de la Marine / A. Fux
  • Sphère armillaire Anonyme, XIXe siècle. Bois, carton, papier, laiton © Musée national de la Marine / A. Fux
    Sphère armillaire Anonyme, XIXe siècle. Bois, carton, papier, laiton © Musée national de la Marine / A. Fux

La Chambre d’amis

Musée national de la Marine
Mucem, J4— niveau 2
| Du mercredi 6 avril 2022 au lundi 22 août 2022

  • Dix œuvres et objets issus des collections du musée national de la Marine

Achetez vos billets

Le Mucem met son réseau de musées partenaires à l’honneur. Après le musée archéologique de La Canée en Crète (reçu d’octobre 2021 à février 2022), la Chambre d’amis du Mucem accueille au printemps 2022 une sélection de dix œuvres et objets issus des collections du musée national de la Marine (MnM). 

Ces dix objets incarnent la longue histoire d’un musée qui puise ses origines au XVIIIe siècle avec la collection donnée par Duhamel du Monceau, homme des Lumières, au roi Louis XV. Aujourd’hui en pleine transformation, le Musée national de la Marine souhaite se tourner vers les enjeux du XXIe siècle, une ambition qu’illustre à merveille la rénovation de son site parisien du Palais de Chaillot. 

Les objets présentés dans la Chambre d’amis du Mucem peuvent se lire comme une invitation au voyage. Voyage des femmes et des hommes, mais aussi voyage des marchandises et voyage des imaginaires. Si bien sûr, les modèles et les objets scientifiques sont présents dans cette sélection (une barque syrienne ou la « sphère armillaire » de Berteaux), les œuvres exposées incarnent aussi le rêve et les lointains. Par exemple à travers ces étiquettes de bagages de la Compagnie générale transatlantique, dérisoires mais tellement symboliques : nous voilà transportés, sinon ramenés, à l’émerveillement de l’enfance face à la mer, figuré par la beauté des bateaux jouets.

Avec la Méditerranée pour toile de fond, ces dix objets constituent le témoignage de la richesse des collections du musée national de la Marine et de ses thématiques qui d’ailleurs, nous ramènent parfois vers les rivages du Mucem. 

 

—Commissariat :
Vincent Bouat-Ferlier, conservateur en chef du patrimoine, directeur scientifique du Musée national de la Marine
Émilie Girard, programmatrice de « La Chambre d’amis », directrice scientifique et des collections du Mucem  

Entretien avec Émilie Girard (Mucem) et Vincent Bouat-Ferlier (musée national de la Marine)

 
Mucem (M.)

Y a-t-il des liens entre le Mucem et le musée national de la Marine ? 

 

Vincent Bouat-Ferlier (V.B.-F.)

Les liens sont naturels et pour ainsi dire organiques. Nous avons d’ailleurs dans notre histoire un très beau lieu en commun : le palais du Trocadéro, actuellement palais de Chaillot !
Nos deux établissements sont aussi tournés vers la mer ; et de nombreux sujets que nous abordons se rejoignent, se complètent et s’enrichissent. Nos ambitions sont voisines : il s’agit d’aborder de grandes questions de société, essentiellement maritimes, évidemment, pour le musée national de la Marine, mais dont les prolongements ont des conséquences directes sur notre société. Qu’il s’agisse d’environnement, de géopolitique, d’économie, de cultures partagées : tous les sujets ayant des conséquences sur la vie quotidienne de nos contemporains nous ramènent à la mer. 
Entre terres et mer, nos musées sont donc de formidables ponts en perpétuelle évolution pour partager le plus largement possible, de façon vivante et inclusive, les passions et sensibilités qui agitent l’humanité.
Pour cela, nous bénéficions de magnifiques collections. Dans ce domaine, les partenariats déjà existants, et à venir, sont enthousiasmants. À travers cette Chambre d’amis évidemment, mais aussi les dépôts qui émaillent nos parcours ou les prêts en cours ou à venir pour faire circuler les œuvres et les histoires. À cela s’ajoute un dialogue scientifique qui permet aux équipes des deux musées d’échanger régulièrement, que ce soit de façon informelle ou dans des instances plus officielles, comme par exemple le comité scientifique de l’exposition inaugurale du musée national de la Marine, où le Mucem est représenté.
La notion de partage est enfin très importante. Partager largement, transmettre et recevoir, est une mission qui anime les musées : le Mucem comme le MNM se rejoignent dans cette ambition de placer le musée au cœur de la cité, comme lieu vivant et changeant. Comme la mer, finalement.

 

Émilie Girard (E.G.)

C’est vrai que nos deux musées sont nés sur le même site !
Du point des vues des collections, le rapprochement entre les deux « maisons » est aisé. Les collections du musée national de la Marine et du Mucem ont d’abord en commun leur caractère protéiforme. Tous deux conservent des objets pluriels, émanant de typologies variées : objets usuels, pratiques, professionnels, issus de la vie quotidienne mais aussi œuvres d’art. Tous ces artefacts témoignent des sociétés qui les ont produits et permettent d’évoquer les modes de vie.
Au musée national de la Marine comme au Mucem, la dimension historique est forte, mais avec un intérêt très prononcé pour le monde d’aujourd’hui et nos contemporains. Je crois que nous partageons la même envie de donner un éclairage historique, de fournir des clés de compréhension du monde dans lequel nous évoluons à l’aune des siècles passés.
La dimension interdisciplinaire est aussi très présente dans nos manières d’aborder les sujets que les deux musées traitent. On ne se considère plus seulement comme musée d’histoire ou musée d’ethnologie, mais nous nous pensons comme des lieux où les différentes disciplines (anthropologie, histoire de l’art, histoire, géographie, entre autres) viennent chacune à leur manière apporter un éclairage et enrichir l’appréhension du sujet.
Je suis également convaincue qu’on ne peut plus penser le musée aujourd’hui comme un simple lieu de diffusion de savoir, mais comme un espace d’échanges, de débat, de parole, un lieu ouvert à la participation et au partage de l’expertise.

 

M.

Comment s’est effectuée la sélection des objets présentés dans la Chambre d’amis ? 

 

V.B.-F.

Le choix s’est opéré autour de trois axes qui permettent de rappeler le lien fort entre nos deux institutions et la mer, en particulier la Méditerranée : « Voyager », « Transporter » et « Rêver ».
À partir de ces trois thématiques, une sélection a été faite, suffisamment variée en termes de supports et de formats, mais permettant de s’adapter à l’espace de la vitrine.
 
Pour « Voyager », d’abord, la question de l’apprentissage nous a semblé importante car elle est l’un des objectifs premiers du musée de la Marine, né de la donation à Louis XV par Duhamel du Monceau de sa collection pour former les futurs ingénieurs constructeurs de la Marine. La question centrale des arts de la navigation sera d’ailleurs au cœur du futur parcours du musée, et c’est pourquoi nous allons exposer l’un des trésors de nos collections, la sphère armillaire de Berteaux (XIXe siècle).
Nous présenterons aussi une très belle affiche des Messageries maritimes pour aborder la question des routes maritimes et évoquer l’espace méditerranéen comme zone d’échanges permanents. Des étiquettes de bagage de la CGT enfin témoigneront par leur simplicité de tout l’imaginaire lié au voyage. Elles incarnent le départ, temporaire ou définitif, la traversée et le port d’attache comme celui d’arrivée.
 
Pour le thème « Transporter », nous avons orienté nos choix vers le transport des hommes comme des marchandises. Ces questions sont essentielles dans nos sociétés à l’heure où près de 90 % du commerce mondial est maritime. En ce qui concerne le transport des hommes, il sera illustré par une toile de Pierre Gatier (le paquebot Lutetia, utilisé pour le transport des troupes à Salonique pendant la Première Guerre mondiale), ainsi qu’un modèle réduit de galère accompagné de l’épée d’un sergent (pour évoquer l’histoire de Marseille et Toulon). Quant au transport des marchandises, il sera matérialisé par la maquette d’une barque syrienne afin de rappeler que les liens commerciaux n’ont jamais cessé d’exister entre les deux rives de la Méditerranée.

Enfin, pour « Rêver », nous aurons une peinture de Lanfant de Metz, une statuette, des bateaux jouets, une Arche de Noé… Ces objets nous ramènent à l’imaginaire, à l’émotion, qui est aussi un sentiment fort porté par les musées. Ils sont aussi un clin d’œil à nos collections, celles du MNM comme celles du Mucem, permettant de faire appel aux arts et traditions populaires qui nous rassemblent.

 

E.G.

Cette sélection est pour le Mucem très pertinente : elle rencontre de nombreux sujets centraux dans l’appréhension de la Méditerranée comme espace d’échanges, de flux, de rencontres. Ces objets parlent de l’histoire méditerranéenne, mais aussi de l’imaginaire qui y est associé. Ils montrent comment l’idée méditerranéenne s’est instaurée, comment les Européens ont progressivement mis en image la Méditerranée.
C’est un sujet que nous aborderons bientôt, dans la prochaine exposition semi-permanente du Mucem, mais nous aurons l’occasion d’en reparler.

 

M.

Qui seront les prochains invités de la Chambre d’amis ?  

 

E.G

Nous avons eu la chance de débuter la série avec le musée archéologique de La Canée, en Crète, qui a su mettre en avant des objets magnifiques issus d’une grande civilisation antique ; et nous continuons aujourd’hui avec un musée français « cousin » du Mucem dans son approche et ses collections. Ces deux premières invitations illustrent, je crois, notre envie de montrer la variété des musées qui émaillent les territoires. Nous sommes très désireux de mettre en avant d’autres institutions qui comme le Mucem, à leur manière, parlent de l’humain et des différentes façons d’être au monde, hier et aujourd’hui, ici et plus loin. On ne s’interdit pas un jour d’inviter un partenaire qui sortirait de l’aire euro-méditerranéenne.
Plusieurs contacts ont été pris, nous attendons des réponses à nos invitations. Il faudra encore un peu patienter pour connaître le programme des saisons qui viennent…

 

 

 

 


Activités et événements associés

  • Portes ouvertes © Julie Cohen, Mucem

    Portes ouvertes des expositions «Abd el-Kader» et «La Chambre d’amis»

    Mardi 5 avril 2022 à 16h00

    Mardi 5 avril 2022, découvrez gratuitement et en avant-première les nouvelles expositions du Mucem « Abd el-Kader » et « La Chambre d’amis : Musée national de la Marine ». 

    L’exposit…


Partenaires et mécènes

Avec le soutien de