Durant la fermeture du Mucem,

la programmation se poursuit en ligne et les Jardins du fort Saint-Jean restent ouverts au public de 9h à 18h 7jours/7
autour d'une installation de l'artiste Yohanne Lamoulère.

En raison des vents violents, l'entrée au fort Saint-Jean se fait uniquement par le 201 quai du Port via la Cour de la commande.
makeNoiseblack © Caetano et Leandro Nerefuh

makeNoiseblack © Caetano et Leandro Nerefuh

#makeNoiseBlackAgain ≈ MaNoBA & #DANGERBA$$

Wâq du wâq

Spectacles/événements

Performance #makeNoiseBlackAgain ≈ MaNoBA & #DANGERBA$$, par Bartira & Caetano 
Performeur : Giovana Targino 
Activateur : Yoan Sorin 

MaNoBA existe comme un espace virtuel qui pourrait se manifester (ou se matérialiser) sous diverses formes. Il est un assemblage interdisciplinaire d’expérimentations de formes d'actions. MaNoBA propose une performance entre DJ set, odeurs mélangées à la gravure de sons, sampling, spoken word et expérimentations avec des cultures de fermentation. 

« Résidus de noir de carbone. Un noir allégorique émerge du retrait de l’eau et de composants volatiles. Une ironie face au déplacement atavique, linéaire, transitoire, soudain et radical du noir allégorique. On sait que le bruit blanc envahit subrepticement les pores, nettoyés par des hacks de charbon. Les résidus de noir de carbone, enfouis dans la boue, en ressortent propres. Le noir de carbone, le noir allégorique, le charbon est ici, et à la fois ne l’est pas, il s’épanouit, se contredit, et contre-attaque. Humide et sec. Caché dans le sol, brûlant de devenir. Le noir allégorique filtre l’air, et absorbe le poison à travers les nombreuses ondes longitudinales de réalité. Masques de charbon. Des masques noirs nettoyant le gaz de l’effondrement. N’a-t-il pas toujours été question d’effondrement pour le noir allégorique ? Le noir de carbone est ici et à la fois ne l’est pas. Les zones arbustives de Xereca, où l’évaporation est plus importante que la pluie. Le bruit blanc invaginant brutalement. Il est ici, et à la fois, ne l’est pas. Le noir de carbone brûle, mais ne périt pas, il évite les contrats d’effondrement, et trahit pour survivre. De nature éphémère, autonome et temporaire. » Bartira

Bartira

Bartira est artiste sonore et musicienne d'électro expérimentale. Son travail prend également la forme d’installations et de collaborations avec d’autres artistes, ce qui lui permet d’explorer des pratiques sonores marginalisées, de créer des podcasts qui mélangent le spoken word et le bruitage, de créer des expériences sonores immersives inspirées de la mythologie indigène brésilienne, des déchets électroniques et des références esthétiques diasporiques dans le contexte des cultures numériques. 

Caetano

Caetano conçoit des installations qui incluent son, lumière et performance, et font écho aux enjeux politiques et technologiques actuels. Il explore les failles du système comme terrain fertile pour l’émergence de nouvelles rencontres. 
Son travail a été présenté sous forme d’installations, d’impressions, de fichiers numériques, d’images en mouvement, d’objets, de scénographies, de sons, de danses, de performances et de DJ sets. 

Tarifs
Lieu À suivre sur les réseaux sociaux du Mucem

Voir aussi