Thumbnail

Du J4 au fort Saint-Jean


Partez à la découverte de l’architecture contemporaine du bâtiment J4 et du site historique du fort Saint-Jean grâce à ce parcours en accès libre.

Pour qui Tout public
Durée 45 minutes (voir les horaires d’ouverture du site)
Infos pratiques Vestiaire, boire et se restaurer, se rafraîchir


Le J4, une architecture contemporaine en «super béton»

Depuis son ouverture en 2013, le bâtiment conçu par Rudy Ricciotti (associé à Roland Carta) est mondialement reconnu pour son architecture mêlant prouesses techniques et puissance esthétique. Parcours libre à travers le Mucem, côté résille!

Les rampes extérieures

Rendez-vous au rez-de-chaussée, dans le hall du bâtiment J4. D’ici, deux rampes extérieures conduisent au toit-terrasse, invitant le visiteur à vivre une fascinante promenade ascensionnelle avec panorama sur le fort Saint-Jean et sur l’horizon. Passez d’une rampe à l’autre en empruntant les escaliers extérieurs!

Les poteaux arborescents

Lors de la traversée, on remarque d’immenses piliers en forme «d’os de poulet»: le J4 est en effet tenu par 309 poteaux arborescents qui entourent les salles d’exposition et libèrent ainsi le centre du bâtiment de toute fonction porteuse. Ils ont été réalisés en BFUHP (Béton Fibré à Ultra-Hautes Performances), matériau issu des dernières recherches, aussi souple que résistant.

La résille

Nous sommes au plus près de la fameuse résille, cette fine dentelle de béton qui enveloppe délicatement le bâtiment J4: elle aussi réalisée en BFUHP, elle laisse pénétrer la lumière, l’air et les odeurs d’iode, tout en faisant office de brise-vent. Prouesse architecturale et signature visuelle, la résille est le véritable emblème du Mucem.

La passerelle du J4

On arrive sur le toit-terrasse du J4, d’où s’élance une passerelle aérienne vers le fort Saint-Jean. Ici, ni voute, ni haubans, mais un simple trait de béton noir suspendu à 19 mètres de hauteur. Un défi technique réalisé grâce aux propriétés exceptionnelles du BFUHP, ce «super béton».

 

Le fort Saint-Jean: balade avec vue sur 8 siècles d’histoire

Changement de décor: au sortir de la passerelle, l’architecture contemporaine du J4 laisse place à la pierre rose du fort Saint-Jean, dont la partie supérieure fut érigée au XVIIe siècle (au temps de Louis XIV) par Vauban et Clerville, mais dont les origines sont bien plus anciennes. Entre tours, remparts, salles voutées, jardins, et panoramas, la visite du fort est l’occasion d’un voyage à travers l’histoire de Marseille. 

De la tour du Fanal vers le chemin de ronde (1)

La passerelle du J4 débouche sur une vaste esplanade en plein air, la place d’Armes du fort. Sur la droite, la tour du Fanal (ou tour Ronde), bâtie en 1644 à la demande des armateurs marseillais, probablement pour guider les navires arrivant de nuit ou par temps de brume. On fait une pause sur sa terrasse avec vue sur le large, avant de poursuivre le parcours le long des remparts du Chemin de ronde (20 m au-dessus du niveau de la mer), vers la Galerie des officiers.

La Galerie des Officiers

C’est ici qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, était logée une partie de la garde royale.

La cour de la Commande

Dans la partie basse du fort se côtoient, autour de la cour de la Commande, plusieurs vestiges nous rappelant que ce site était occupé depuis le XIIe siècle par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem: la chapelle a en effet été construite au temps des croisades, quand se dressait ici la commanderie de Saint-Jean. Elle disposait d’un hôpital, dont la grande salle a été percée lors de la construction du fort pour créer la montée des canons.


Depuis la cour de la Commande, la montée des canons vous ramènera vers la partie haute du fort.
D’ici, deux choix:

Vers le chemin de ronde (2) et la tour du roi René

Prenez à gauche: libre à vous d’aller vous perdre dans le village et de suivre les remparts du Chemin de ronde (côté ville, cette fois) jusqu’à la tour du roi René (qui tient son nom du roi René d’Anjou, comte de Provence), édifiée au XVe siècle pour contrôler la passe du port. Il est possible d’accéder à sa terrasse offrant une vue spectaculaire sur le Vieux-Port, où auraient autrefois été installés jusqu’à douze canons.

Vers la passerelle du Panier

Prenez à droite: la montée des canons débouche sur la Porte royale, qui fut longtemps l’entrée principale du fort (fermée par un pont-levis). Elle est aujourd’hui encore l’une des entrées du Mucem: une passerelle de 70 mètres (en BFUHP) relie le fort à la ville via le quartier du Panier, le plus ancien de Marseille.

: