Mucem

Le Mucem

Un musée pour la méditerranée


À Marseille, le Mucem s’affirme comme le grand musée consacré à la Méditerranée.

La singularité du Mucem est de retracer, d’analyser et d’éclairer, dans un même élan et un même lieu, les antiques fondations de ce bassin de civilisation, et les tensions qui le traversent jusqu’à l’époque contemporaine. D’être un lieu d’échange autour des enjeux méditerranéens.

Dans ses expositions comme dans sa programmation culturelle, il propose une vision pluridisciplinaire où se conjuguent anthropologie, histoire, archéologie, histoire de l’art et art contemporain, afin de montrer au public les diverses facettes du monde méditerranéen et de son dialogue permanent avec l’Europe.  


Ses racines

Premier musée consacré aux cultures de la Méditerranée, le Mucem est un musée inédit. Né de la métamorphose d’un grand musée de société—le Musée des arts et traditions populaires créé en 1937 à Paris, il représente le premier véritable transfert d’un musée national en région. Ouvert à Marseille en juin 2013, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) est entré dès l’année suivante dans le cercle des 50 musées les plus visités du monde.


Un musée, trois sites

Le Mucem se déploie sur trois sites. Côté mer, à l’entrée du Vieux-Port, le bâtiment J4 (l’emblématique geste architectural de Rudy Ricciotti et Roland Carta), et le fort Saint-Jean (monument historique entièrement restauré) incarnent parfaitement, avec leurs deux passerelles, le projet d’établir un trait d’union entre les deux rives de la Méditerranée. Ils accueillent les grandes expositions et les rendez-vous de la programmation artistique et culturelle. Côté ville, dans le quartier de la Belle de Mai, le Centre de conservation et de ressources (CCR) abrite les collections du musée. Cet ensemble unique permet au Mucem de démultiplier ses propositions culturelles.

Le J4
16 500 m2 dont 3 690 m2 d’espaces d’exposition
«L’un des symboles du nouveau visage de Marseille»

Depuis son inauguration en juin 2013, le bâtiment conçu par Rudy Ricciotti (associé à Roland Carta) est l’un des symboles du nouveau visage de Marseille. Ce cube minéral—carré parfait de 72 mètres de côté—est enserré par une fine résille de béton, signature visuelle forte contribuant à hisser le Mucem au rang d’«objet-monde», repéré à l’international.

Entouré de darses, posé face à la mer, le J4 offre des panoramas à 360 degrés sur le fort Saint-Jean et la Méditerranée, visibles depuis les salles d’exposition vitrées, le toit-terrasse, ou les rampes extérieures qui encerclent le bâtiment. Il est relié au fort Saint-Jean par une passerelle aérienne de 135 mètres.

Le J4 constitue le véritable «cœur» du Mucem, accueillant les grandes expositions permanentes et temporaires; ainsi que les cycles réguliers et temps forts de la programmation artistique et culturelle.

Mucem, J4

Fort Saint-Jean
15 000 m2 dont 1 100 m2 d’espaces d’exposition et 12 000 m2 de jardins
«Un monument historique entièrement restauré, en libre accès»

Si le fort Saint-Jean trouve ses origines au XIIe siècle, cet ancien fort militaire, totalement inaccessible au public, avait jusqu’ici des allures de forteresse imprenable. En 2013, son ouverture fut donc une première historique: entièrement restauré, le fort s’ouvre, depuis, gratuitement aux Marseillais, qui se sont immédiatement réapproprié le site, à la manière d’un nouvel espace public. Si certains bâtiments accueillent des expositions, le fort Saint-Jean est avant tout un nouveau lieu de vie au cœur de la cité phocéenne, offrant une large palette d’activités, entre parcours historique, promenade botanique au fil du Jardin des Migrations, et découverte de panoramas spectaculaires, invisibles jusqu’alors.

Fort Saint-Jean © Spassky Fischer Mucem

Le CCR
13 000 m2 dont 7 000 m2 de réserves
«Conservation et valorisation des collections: cette double responsabilité est le fondement de l’activité du CCR»

Ce grand monolithe teinté d’ocre conçu par l’architecte Corinne Vezzoni (associée à André Jollivet) renferme le trésor des collections du Mucem, soit plus d’un million d’objets. Il assure des fonctions de conservation, d’étude et de restauration des collections, mais aussi, de manière plus originale, de valorisation. Cette double responsabilité est le fondement de l’activité du CCR. Professionnels des musées, chercheurs, étudiants, ou simples curieux et amateurs peuvent ainsi avoir accès à l’intégralité des collections, consultables sur place. Un «appartement témoin» (des réserves spécialement conçues pour l’accueil de visiteurs) et une salle d’exposition constituent autant d’occasions pour le grand public de faire l’expérience du Mucem, côté «coulisses».

Mucem, CCR

Une cité culturelle

Le Mucem s’intéresse aux civilisations de l’Europe et de la Méditerranée dans leur dimension contemporaine. Ses collections sont composées de plus de 350.000 objets, ainsi que d’un important fonds documentaire, correspondant au total  à un million d’œuvres, documents et objets; une richesse exceptionnelle mise en valeur au fil d’un ambitieux programme d’expositions permanentes et temporaires.

Musée du XXIe siècle, il se veut une véritable cité culturelle qui couvre un vaste champ historique; il s’appuie sur toutes les disciplines des sciences humaines et sociales; il mobilise les expressions artistiques des deux rives de la Méditerranée


Un carrefour en Méditerranée

Son ambition est de valoriser le patrimoine méditerranéen, de prendre part à la création de nouveaux échanges dans cette région ; et, dans une période de profonds bouleversements, de contribuer à poser les bases du monde méditerranéen de demain. À Marseille, le Mucem est un des lieux, à l’échelle nationale et internationale, où il est possible de mieux comprendre la Méditerranée.

Le Mucem.pdf