film allo berlin Après Babel, traduire

Le cinéma, langue universelle ?

Depuis les intertitres du muet, cette affirmation n’a cessé d’être démentie. Mais si, ensuite, la traduction a souvent tâché de se faire oublier, elle est ici très présente, et de façon surprenante: les dialogues détournés hilarants de «La classe américaine»; dans un mélange français/allemand convoquant Babel pour le conjurer (Allô Berlin? Ici Paris!); dans une VF modifiant l’intrigue (Le Port de la drogue); et dans «l’anglais navajo» des sous-titres de Film Socialisme, racontant presque un autre film, différemment.


Samedi 4 février

16h30—Conférence Entrée libre
De Samuel Bréan traducteur , membre fondateur de l'Association des Traducteurs et Adaptateurs de l'Audiovisuel, et de la revue l’Ecran traduit

18h30—Film Socialisme 6€, 4€
De Jean-Luc Godard (France/Suisse, 2010, 1h42) – VF (avec sous-titres en « anglais navajo » de Godard)
Avec Catherine Tanvier, Christian Sinniger, Agatha Couture

Méditation cinématographique itinérante et polyglotte, Film Socialisme possède, entre mille particularités, celle d’être diffusé à l’international avec des sous-titres en « anglais navajo » : élaboré par le réalisateur lui-même, ce sous-titrage extrêmement singulier ne traduit pas toujours ce que l’on voit à l’écran, ou alors différemment. C’est presque un autre film qui nous est raconté.

21h—La classe américaine, le grand détournement 6€, 4€
De Michel Hazanavicius et Dominique Mezerette
Avec Lionel Abelanski, Jean-Eric Bielle, Marc Cassot
 
George Abitbol, «l'homme le plus classe du monde», meurt tragiquement lors d'une croisière dans l'atoll de PomPom Galli. Ses derniers mots, «Monde de merde» suscitent la curiosité de trois journalistes enquêteurs qui vont tout faire pour en comprendre le sens. De ces extraits de films de la Warner, montés et doublés par des acteurs français, émerge à coup sûr des rires très fous ! Un film culte !


Dimanche 5 février 6€, 4€

15h—Allô Berlin? Ici Paris!
De Julien Duvivier (France, 1931, 1h29)
Avec Josette Day, Germaine Aussey, Wolfgang Klein

Lily, une standardiste française, passe ses journées à communiquer avec Erich, son collègue allemand, pour les nécessités de son service. Malgré la barrière de la langue, les deux jeunes gens finissent par se comprendre et sympathiser... Un étonnant film bilingue où, à l’image de leurs personnages, acteurs français et allemands parlent chacun dans leur langue… Ce qui ne sera pas sans créer quelques quiproquos et malentendus !

17h15—Le Port de la drogue 6€, 4€

De Samuel Fuller (Etats-Unis, 1953, 1h20)—VO
Avec Richard Widmark, Jean Peters, Thelma Ritter

En modifiant seulement quelques dialogues, on peut littéralement transformer une histoire. La preuve avec Le Port de la drogue : si en VF, le film met en scène une enquête policière sur fond de trafic de stupéfiants, sachez qu’en VO, il n’est absolument pas question de « drogue », mais bien d’un « microfilm » convoité par un réseau d’espions communistes…

Lieu J4 niveau 2 (800 m²)
Type de public Tout Public
Horaires

4 et 5 février 2017