couverture - Carlo Ginzburg

Carlo Ginzburg

Programmation

Barbarie, barbares: quelques réflexions - Conférence du cycle "Civilisation et barbarie"

Entre janvier et décembre 2014, le Mucem a initié le cycle de grandes conférences «Pensées du monde». Accompagnés par l’essayiste et historien des idées Tzvetan Todorov, Patrick Chamoiseau, Carlo Ginzburg, Anne Cheng, Sanjay Subrahmanyam, Achille Mbembé et Elias Khoury ont partagé avec nous l’indispensable «regard de l’autre» sur la dualité «civilisation/barbarie». Leurs noms font entendre la présence des Antilles, du Moyen-Orient, de l’Europe, de la Chine, de l’Inde et de l’Afrique. Dans cette histoire où, sous prétexte de civilisation, le monde occidental a trop souvent imposé son modèle voire son empire, ces auteurs nous convient à un regard critique et décentré.

Né à Turin en 1939, Carlo Ginzburg est parmi les fondateurs de la micro-histoire, qui aborde les grands problèmes en analysant des cas spécifiques, portant souvent sur des individus ou des faits singuliers, dédaignés par l’historiographie traditionnelle. Réfutant le scepticisme postmoderne, Ginzburg refuse d’assimiler le récit historique à une simple narration qui l’apparenterait à la fiction. L’historien doit essayer de saisir, analyser et communiquer le réel : chercher «ce qui s’est authentiquement passé», tout en sachant que les vérités sont révocables. Sa démarche est d’autant plus subtile et originale qu’il tient la littérature pour une source du savoir historique. Il est professeur émérite à l’University of California (Los Angeles) et à la Scuola Normale Superiore (Pise).

À lire : Batailles nocturnes (Verdier, 1980)

Le Sabbat des sorcières (Gallimard, 1992)

Le Fromage et les vers (Aubier, 1993)

Le Fil et les traces. Vrai faux fictif (Verdier, 2010)

Mythes emblèmes traces. Morphologie et histoire (Verdier, 2010)

Peur révérence terreur – Quatre essais d’iconographie politique (Les Presses du réel, 2013)

 

Conception graphique: David Poullard

Télécharger au format .pdf  Tous nos livres