Mucem, Concept store Lou'Bess

Lou’Bess au Mucem

Du 21 mars au 30 mai 2017, un nouveau concept-store intitulé «Lou’Bess au Mucem» ouvrira ses portes au fort Saint-Jean, en lien avec l’exposition temporaire «Vies d’Ordures». Les visiteurs pourront ainsi y poursuivre leur visite et découvrir une sélection riche et colorée d’objets fabriqués à partir de matériaux recyclés.

Présentée par la jeune créatrice originaire du Sénégal, Oumy Kamara, cette sélection fera écho aux artistes et créateurs mis en avant dans sa boutique solidaire et équitable «Lou’Bess», installée en plein cœur de Marseille.


Une démarche solidaire et équitable


Avec sa boutique «Lou’Bess» (qui signifie «Quoi de neuf» en wolof), la pétillante Oumy Kamara valorise l’artisanat et les créations africaines du Sénégal à l’Afrique du Sud, en passant par le Mali, le Kenya, le Burkina Faso, le Cameroun ou encore le Maroc.

Dans cet espace, se côtoient des créations colorées et originales, fabriquées à partir de matériaux de récupération ou de matières naturelles: on y trouve des paniers ou calebasses, du mobilier, des tapis, des bijoux et de nombreux accessoires ou objets de décoration.

Mais c’est aussi plus qu’une boutique ou qu’un «paradis des beaux objets» comme la décrivent certains visiteurs. Oumy Kamara cherche, en effet, à créer des passerelles avec des artistes (africains pour la plupart, marseillais pour certains d’entre eux), à partager des expériences et savoir-faire, à développer des réseaux pour créer des synergies. Elle aimerait également aller plus loin en proposant des ateliers et des projections de documentaires ou en permettant la consultation d’ouvrages africains.


Des objets avec une histoire propre


Les objets viennent principalement d’Afrique. Ils sont réalisés par des artistes locaux, avec lesquels Oumy Kamara collabore. Elle retravaille également avec eux certains produits traditionnels ou du quotidien, pour leur apporter une touche d’originalité (en mélangeant les matières notamment) ou leur donner une seconde vie (récupération éthique, qui commence aussi à être valorisée dans certains pays africains).

Elle présente, par ailleurs, les objets de créatrices installées à Marseille: la «chantilly de karité» de Pop!; les accessoires (sacs, besaces, porte-monnaie) produits à partir de pneus de Nathalie Bonino; les carnets ou chapeaux en wax de la marque Izikoko.


Lou’Bess au Mucem dans le cadre de l’exposition «Vies d’Ordures»


C’est tout naturellement que le Mucem s’est tourné vers Oumy Kamara, pour qu’elle s’installe au Mucem—dans la boutique/pop-up store du fort Saint-Jean—dans le cadre de l’exposition temporaire Vie d’Ordures (qui débute le 21 mars 2017).

Au sein de cette boutique éphémère (du 21 mars au 30 mai), elle proposera une sélection d’objets en lien avec les thématiques de cette exposition, et notamment des porte-clés touaregs conçus avec des chutes de cuir, des éventails traditionnels fabriqués à partir de plastique recyclé, des petits objets de décoration taillés dans de la tôle ou réalisés à partir de canettes ou capsules, etc.

Elle proposera également des animations autour du recyclage à destination des visiteurs, en lien avec le département des publics.

Avec cette collaboration, Lou’Bess crée ainsi de nouvelles passerelles et participe aux réflexions de l’exposition: valorisation d’artistes qui créent à partir de déchets ou d’objets recyclés, devenir d’artistes qui travaillent le plastique, alors même que ce matériau est controversé, voire interdit dans des pays africains comme le Sénégal.

Découvrir l'exposition Vies d'ordures