Le passe sanitaire est obligatoire pour les mineurs de 12 ans depuis le 30 septembre 2021, il consiste en la présentation numérique via l'application TousAntiCovid ou papier d'une preuve sanitaire.

Tous les détails à retrouver dans la rubrique « Votre visite > Vous accueillir en toute sécurité »

Yves Coppens © DRFP

Yves Coppens © DRFP

Yves Coppens : Guiddam (Devant)

Colloques/Journées d'études/Formations

Colloque

Dans un monde en perpétuelle mutation, l’association Planète Émergences propose deux journées de réflexion et d’échanges sur le thème de l’avenir, avec le professeur Yves Coppens (en partenariat avec le Mucem).

Avec Yves Coppens, Philippe Brenot, Michel Brunet, Valentin Carayol, Philippe Charlier, Sabrina Krief, Thomas Langrand, Lek & Sowat, Pascal Picq, François Rodhain , André Stern, Amélie Vialet.

« Ce colloque se propose, en quatre tables rondes de deux heures chacune, de susciter un débat sur “l’avenir” d’une douzaine de scientifiques et d’artistes, apportant chacun le point de vue de sa discipline et le “frottant” aux autres. Comme le choix des participants s’est fait délibérément d’un “bout” de la culture à l’autre, de la biologie qui inspire à celle qui agresse, de l’humanité triomphante qui crée et communique à celle conquérante qui détruit pour s’agrandir, l’organisateur espère parvenir à d’intéressants échanges entre exemples de succès et de prédations, entre merveilles universelles et fragilités permanentes. Il ne s’agira que de constats d’experts chacun dans son domaine, et de jeux d’échanges sans aucune connotation de quelque nature qu’elle soit, ni prétention autre que celle de livrer très humblement un peu de connaissances à ceux que cette rencontre intéresse… et aux participants eux-mêmes. »

Yves Coppens
 


Déroulé


Samedi 25 septembre – de 14h à 16h 

— Ouverture : Yves Coppens

— Le Temps 

Michel Brunet (paléoanthropologue), « Hors d'Afrique, tous des Migrants »

Amélie Vialet (paléoanthropologue)

Samedi 25 septembre – de 17h à 19h

— La Nature

Sabrina Krief (vétérinaire, primatologue), « Crise sur la planète des singes »

— Le genre 

Philippe Brenot (psychiatre, anthropologue), « Erectus Homo »

Pascal Picq (paléoanthropologue), « L'Homme du futur, quel genre ? »

Dimanche 26 septembre – de 11h à 13h

— Le Virus 

François Rodhain (virologiste), « Héraclite avait raison »

Philippe Carlier (médecin légiste, paléopathologiste), « Les virus d'hier sont peut-être nos virus de demain »

— Premier et Deuxième Arts, Architecture et Sculpture

André Stern (architecte), « L'art post-pandémique »

Thomas Langrand (sculpteur), « Le temps de l'accomplissement »

Dimanche 26 septembre  – de 15h à 17h 

— Troisième Art, Peinture, Dessin

Lek et Sowat (artistes plasticiens, graffeurs), « Demain, c'est loin »


— Quatrième Art, Musique

Valentin Carayol (compositeur, pianiste concertiste), « La fugue du soupir »

 


Biographies

Yves Coppens

Professeur au Muséum National d'Histoire naturelle (Anthropologie biologique) de 1969 à 1983, professeur au Collège de France (Paléoanthropologie et préhistoire) de 1983 à 2005, membre de l'Académie des Sciences de  l'Institut de France, de l'Académie nationale de Médecine (France), de l'Académie nationale des Sciences de Rome, de l'Académie royale de Médecine de Belgique, de l'Académie royale des Sciences de Belgique, honorary fellow du Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, foreign associate de la Royal Society d'Afrique du Sud, Membre de l'Académie malgache, de l'Académie Hassan Il des Sciences et des Techniques du Maroc, de l'Académie de médecine de Sao Paulo, de l'Académie des Sciences, Arts et Culture d'Afrique et des diasporas africaines (Côte  d'Ivoire), de l'Académie pontificale des Sciences, etc. Titulaire de nombreuses distinctions et lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux (Belgique, Italie, Suède, Allemagne, Grande-Bretagne, Ethiopie, Tchad, Afrique du Sud, USA, Canada, Brésil, Inde, etc.), est aussi docteur honoris causa des Universités de Bologne, de Liège, de Chicago, de Mons, etc.
Il a dirigé ou  codirigé à partir des années 60 d'importantes expéditions paléontologiques au Tchad, en  Éthiopie (Omo et Afar), en Sibérie, en  Chine, en Mongolie, mais aussi en Afrique du Nord, en Indonésie, aux Philippines.
Yves Coppens, dont la spécialité est la paléontologie des Vertébrés et la paléontologie humaine, est l'auteur d'environ un millier d'articles et livres concernant ces disciplines et le signataire ou co-signataire de trois genres nouveaux et de six espèces nouvelles d'Hominidés fossiles. Le principal résultat de ses années de recherche est sans doute la mise en corrélation de l'évolution des Hominidés et de celle de leur environnement, la seconde expliquant la première - l'Homme serait né de la nécessité de s'adapter à un changement climatique.

Philippe Brenot

MD, MA, PhD, écrivain, psychiatre et anthropologue, Philippe Brenot dirige les enseignements de sexologie et sexualité humaine à l’université de Paris et préside l’Observatoire International du Couple. Ses recherches concernent l'anthropologie, la physiologie sexuelle et le couple.  Il tient le blog Liberté-Égalité-Sexualité sur lemonde.fr. Il a publié, entre autres ouvrages : Les Mots du corps (l'Esprit du Temps, 1992), Les Mots du sexe (l'Esprit du Temps, 2002), Inventer le couple (Odile Jacob, 2001), Le Nouvel Éloge de la masturbation (L'Esprit du Temps, 2013), et SEX STORY, Une Histoire du Sexe, première histoire de la sexualité en BD (avec Laetitia Coryn, Ed. Les Arènes BD, 2017).

Michel Brunet

Michel Brunet a étudié les sciences de la nature et la paléontologie à la Sorbonne (Paris) où il a soutenu son doctorat de spécialité (paléontologie) en 1966. Il devient professeur titulaire de paléontologie en 1989 et, à partir de 1976, ses recherches se concentrent sur les hominidés fossiles d’abord en Afghanistan puis en Irak. Ses premières missions africaines débutent en 1984 au Cameroun, puis en 1993 au Tchad où il crée la Mission Paléoanthropologique Franco-Tchadienne (MPFT) sur la thématique : « Origine, évolution et environnements des Hominidés anciens ».
 En 1995 Michel Brunet décrit un nouvel hominidé daté de 3.5 Ma, Australopithecus bahrelghazali le premier Australopithèque décrit à l’Ouest du grand Rift Africain. Il le surnomme « Abel » pour honorer la mémoire de son collègue et ami décédé au Cameroun au cours d’une de leurs missions de terrain.
En 2002 et 2005 Michel Brunet publie, dans le magazine scientifique Nature, un crâne sub-complet, des mandibules et des dents isolées qu’il attribue à une nouvelle espèce d’hominidé, Sahelanthropus tchadensis, le plus ancien (7 Ma) représentant connu à ce jour de la famille humaine, surnommé « Toumaï » (« espoir de vie » en Goran, la langue locale).
Plus récemment, il a initié et conduit des missions de terrain en Libye, en Egypte, au Cameroun à la recherche d’hominidés et de panidés anciens ; mais aussi sur le continent Antarctique et en Patagonie chilienne à la recherche des ancêtres des singes d’Amérique du Sud.
Actuellement, Michel Brunet est Professeur émérite, Chaire de Paléontologie (2007-11) du Collège de France Paris et à l’Institut International de Paléoprimatologie et Paléontologie humaine (IPHEP) UMR 7262 CNRS-Université de Poitiers.

Sabrina Krief 

Sabrina Krief est professeure au Muséum national d’Histoire naturelle. Elle est vétérinaire et écologue de formation et étudie depuis plus de 20 ans les chimpanzés sauvages en Ouganda. Elle a fondé en 2006 avec son mari, Jean-Michel Krief, photographe, l’association Projet pour la Conservation des Grands Singes (PCGS) ayant pour objectif de protéger et faire connaitre les grands singes et leur écosystème, la forêt tropicale. Ensemble, ils gèrent la station de recherche et de préservation des chimpanzés de Sebitoli en Ouganda. 
Les travaux scientifiques de Sabrina Krief portent sur l’alimentation, la santé et l’automédication des grands singes mais également sur la résilience des grands singes et des forêts tropicales aux activités humaines (pollution, fragmentation de la forêt, braconnage, etc.). Aujourd’hui, elle pilote le programme « Forêt, Faune, populations en Ouganda » du MNHN (www.forest-fauna-uganda.mnhn.fr), mené en collaboration avec des partenaires ougandais et français. Ce projet vise à concilier agriculture durable et réduction des conflits hommes-faune sauvage pour améliorer le bien-être et les revenus des populations locales grâce à la préservation des chimpanzés et des éléphants.

Thomas Langrand

Thomas Langrand est né en 1973 à Saint Yrieix La Perche (Haute Vienne). Il réalise très tôt une « sculpture lumineuse » très remarquée, à l’occasion de la dernière vente aux enchères de design à l’hôtel Drouot, et il obtient en 2000 le diplôme supérieur d’arts appliqués en stylisme d’objets de l’institut Saint Luc (Belgique). Son mémoire La nature des formes porte sur l’observation et l’analyse des formes présentes dans la nature. 
Il a conçu et réalisé le prototype « PULSE », engin nautique équipé d'un propulseur oscillant, reproduisant le mouvement des nageoires des mammifères marins. Un projet soutenu par l’Agence Nationale pour la Valorisation de la Recherche (ANVAR).

Lek (1971, France) & Sowat (1978, France / USA)

Travaillant en binôme depuis 2010, Lek & Sowat partagent un goût commun pour l’Urbex, ou exploration urbaine, discipline qui consiste à sillonner la ville à la recherche de ruines modernes. Repoussant les limites du graffiti traditionnel, leurs installations in situ réunissent abstractions architecturales, typographies déstructurées, installations éphémères et vidéos en time-lapse. En 2012, le projet Mausolée qui les voit organiser une résidence artistique sauvage dans un centre commercial abandonné du nord de Paris leur ouvre les portes du Palais de Tokyo. Entourés d’une cinquantaine d’artistes iconiques des arts urbains, Lek & Sowat passent deux années à créer une exposition expérimentale dans les issues de secours du bâtiment, initiant ce qui deviendra le Lasco Project. Depuis, ils multiplient les projets à l’étranger (Inde, Hong Kong, Abu Dhabi, Europe) ainsi que les collaborations avec des artistes d’horizons aussi variés que le poète beat John Giorno, les stylistes Agnès b et Jean Charles de Castelbajac, les pionniers du graffiti que sont Futura, Mode2 et Jonone, ou encore Jacques Villeglé, précurseur de l’art urbain. C’est avec ce dernier qu’ils réalisent le projet Tracés Directs, première œuvre de graffiti à entrer dans la collection permanente du Centre Pompidou. En 2016, ils sont les premiers artistes issus du graffiti à intégrer, comme pensionnaires, la prestigieuse Villa Médicis à Rome. En 2018, ils sont invités par le Centre des Monuments Nationaux à intervenir dans les tours de La Rochelle dans le cadre de la saison « Sur les Murs », avant de plonger dans les sous sols parisiens pour peindre en collaboration avec l’entreprise NGE un tunnelier, outil premier de l’édification des tunnels du futur métro du Grand Paris.

Valentin Carayol

Valentin Carayol est compositeur, pianiste concertiste, et professeur de musique. Triple facette qu’il veut continuer à faire évoluer. Il débute le piano en cours particuliers très jeune avec Lionel Dibot. De 2007 à 2013, il fait ses études supérieures à l’Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot dans la classe de piano d’Odile Catelin-Delangle en cycle professionnel supérieur d’exécution.

Depuis 2011, Valentin se perfectionne également dans la classe de Gabriel Tacchino à la Schola Cantorum. Il entretient pendant plusieurs années un duo à quatre mains avec Arthur Doué et désormais avec plusieurs pianistes dont Galatée Berlioz, ainsi qu’un duo avec le violoniste Jean-Baptiste Gellert. Valentin a suivi l’enseignement de J.L. Caillard et A. Gasparov en musique de chambre. À noter, le succès de ses Etudes-Fantaisies pour piano; de son lied en trio pour soprano, ténor et piano Edda & Leonida; de sa Pièce brève sur le nom de Francis Poulenc pour piano ou flûte et piano; ou encore de  Paradoxe – sonatine pour flûte et piano, œuvres créées à l’Institut National des Jeunes Aveugles.

Pascal Picq 

Pascal Picq est un paléoanthropologue français. Il a été maître de conférences au Collège de France à partir de 1991, pendant la période où Yves Coppens était titulaire de la chaire de paléoanthropologie et préhistoire (1983-2005). N'étant pas professeur élu par l'Assemblée, il n'y a dispensé aucun enseignement, mais a participé à certaines recherches. Il s'oriente initialement vers les études de physique à l'Université de Villetaneuse puis à l'Université Pierre-et-Marie-Curie. Au cours de l'année de sa licence, il rencontre les professeurs Bernard Vandermeersch et Yves Coppens qui le font s'orienter vers la paléoanthropologie. Après un DEA de paléontologie des vertébrés et de paléontologie humaine et une thèse sur l'articulation temporo-mandibulaire des hominidés, il obtient son doctorat en 1983. Ses études post-doctorales ont lieu aux États-Unis à l'Université Duke où il devient chercheur associé et enseignant en anatomie au Duke University Medical Center sous la houlette de l'anthropologue William Hylander. C'est au cours de son séjour américain qu'il rencontre sa femme. Il rentre en France avec elle et leurs deux premiers enfants en 1991 et devient maître de conférence au Collège de France, attaché à la chaire de Paléoanthropologie et Préhistoire du professeur Yves Coppens, position qu'il occupe de nombreuses années avant de devenir responsable de l'unité de paléoanthropologie et d'anatomie fonctionnelle (UPAF) appartenant à cette chaire. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles scientifiques autour de la question de « Qu'est-ce que l'humain ? ».

François Rodhain 

François Rodhain est Professeur Honoraire à l'Institut Pasteur. Médecin et Entomologiste, spécialiste d'épidémiologie des maladies transmises par vecteurs (principalement des maladies tropicales), l'essentiel de sa carrière scientifique s'est déroulé à l'Institut Pasteur, de 1969 à 2004. Il y a dirigé durant 14 ans (de 1987 à 2001) l'Unité d'Ecologie des Systèmes Vectoriels, où étaient menées des recherches sur les relations entre divers agents infectieux (virus, bactéries, parasites) et leurs vecteurs respectifs dans l'optique d'une meilleure compréhension de l'épidémiologie des maladies correspondantes. A l'occasion de ces travaux, il a réalisé des très nombreuses missions outre-mer, soit missions de recherche entomo-épidémiologique sur le terrain, soit missions d'enseignement.
Il fut ensuite Directeur de l'Ecole Pasteurienne d'Infectiologie (2002-2004).
François Rodhain a publié, dans la collection Que sais-je ?, un ouvrage intitulé Les Maladies à vecteurs (P.U.F., 1999). Il a également coordonné, avec Jean-François Saluzzo, un livre : Le mystère des épidémies (Editions Pasteur, 2005). Il a rédigé, avec Maxime Schwartz, un ouvrage destiné à un large lectorat : Des microbes ou des hommes, qui va l'emporter ? (éditions Odile Jacob, 2008). Son dernier ouvrage publié est : Le Parasite, le Moustique, l'Homme et les autres (éditions Docis, 2015).

André Stern

André Stern est architecte, urbaniste, scénographe. Membre Iconomos (Conseil International des Monuments et des sites) et Lauréat de concours nationaux et internationaux.
En 1963, il fonde et dirige l’atelier pluridisciplinaire STERN INTERNATIONAL sur « l‘espace éthique ». Il introduit en 1994 les notions de santé environnementale avec la création d’observatoires d’Urbanisme, et travaille à l’exportation sur la problématique urbaine et la mémoire identitaire. Il est lauréat de concours nationaux et internationaux. 
Expert au collège des experts architectes de la région PACA. Il réalise depuis 1994 des décors d’opéra, de théâtre et des shows multimédia. En 2014, il est élu académicien au fauteuil 09.

Philippe Charlier 

Philippe Charlier, 44 ans, est docteur en médecine (médecine légale et anatomo-pathologie), docteur ès-lettres (archéo-anthropologie) et docteur ès-sciences (bioéthique). Maître de conférences des universités (Paris-Saclay) et praticien hospitalier (AP-HP), HDR, il est, depuis 2018, le directeur du département de la recherche et de l'enseignement au musée du quai Branly - Jacques Chirac (Paris). Il travaille sur les rituels magico-religieux autour de la lutte contre l’inconnu (mort, maladie, lendemain), et dirige ou co-dirige des programmes archéologiques et anthropologiques en Haïti, au Bénin et au Cameroun.

Amélie Vialet 

Amélie Vialet est paléo-anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle (UMR 7194 du CNRS, CERP de Tautavel). Ses travaux portent sur l’évolution morphologique des premiers hommes d’Eurasie. Dans ce cadre, elle est responsable d’un programme de recherche en Turquie et d’un autre dédié aux grottes préhistoriques de Montmaurin ayant déjà livré plusieurs fossiles humains attribués à Néandertal et ses ancêtres. Au centre de recherches de Tautavel, elle contribue à l’étude des restes humains mis au jour à la Caune de l’Arago et aux campagnes de fouilles archéologiques. En parallèle, elle dirige, à l’Institut des Sciences du Calcul et des Données de Sorbonne-Université, l’équipe pluridisciplinaire « Origins of Speech » dont les recherches portent sur l’origine du langage chez les hominines fossiles par la modélisation des tissus mous de l’appareil vocal, en utilisant comme modèles les Homo sapiens et les primates non-humains.
Pour faire connaître ses recherches, Amélie Vialet a récemment été invitée à plusieurs reprises dans les émissions Carbone 14 et La méthode scientifique de France Culture. Elle a coordonné avec le professeur Yves Coppens un livre qui vient de paraître chez CNRS éditions, intitulé « Un bouquet d’ancêtres. Qui était qui ? Où et quand ? ».

 

Tarifs
Lieu Mucem, J4— Auditorium
Renseignements / Réservation

Entrée libre