• Cueillette du jasmin pour les parfums, photographie : J. Weyer, 1936, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Alpes-Maritimes, Grasse © Mucem
    Cueillette du jasmin pour les parfums, photographie : J. Weyer, 1936, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Alpes-Maritimes, Grasse © Mucem
  • M comme « Marguerite » (Leucanthemum vulgare) ou « Messiflore » Eléments de décoration de boulangerie, verre peint, Ateliers Benoist et fils, Paris, fin du XIXe - début du XXe siècle Mucem © Mucem
    M comme « Marguerite » (Leucanthemum vulgare) ou « Messiflore » Eléments de décoration de boulangerie, verre peint, Ateliers Benoist et fils, Paris, fin du XIXe - début du XXe siècle Mucem © Mucem

La Flore de A à Z

Petit abécédaire des collections
Mucem, fort Saint-Jean— Salle des collections
| Du lundi 29 juin 2020 au lundi 11 janvier 2021

  • Le Mucem déploie un abécédaire floral en 26 lettres, composé à partir des collections du Mucem

A comme « acanthe », B comme « badiane », C comme « chardon », D comme « dent-de-lion »… Pour célébrer l’arrivée du printemps, l’exposition « La Flore de A à Z » déploie un abécédaire floral en 26 lettres, composé à partir des collections du Mucem.
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir », disait Henri Matisse. Et de fait, la flore nous entoure, et pas seulement dans nos jardins ou en pleine nature : elle est depuis toujours une source d’inspiration inépuisable pour l’art populaire et l’art décoratif. Fleurs sauvages ou cultivées sont également convoquées pour d’autres usages tels la pharmacopée, la parfumerie, l’alimentation ou l’artisanat. Et si l’homme a parfois noué des relations culturelles particulières avec certaines plantes à qui il attribue des dimensions symboliques, magiques ou religieuses, la disparition de fleurs des champs comme l’emblématique coquelicot lui a aussi fait prendre conscience de la fragilité de la nature. 

Cet abécédaire, qui fait la part belle aux plantes méditerranéennes, nous invite aussi à parcourir et redécouvrir le jardin des Migrations du fort Saint-Jean, tout proche… et en pleine floraison. Alors dites-le avec des fleurs !
 


—Commissariat : Françoise Dallemagne, chargée de collections et de recherches au Mucem

Entretien avec Françoise Dallemagne,
commissaire de l’exposition 

 
Mucem (M.)

Pourquoi le Mucem a-t-il choisi de s’intéresser au thème de la flore, pour cette nouvelle exposition sous forme d’abécédaire ?

 

Françoise Dallemagne (F.D.)

Après un abécédaire sur la faune (« Les Animaux de A à Z »), on pouvait penser que la flore vienne tout naturellement comme sujet d’exposition dans la salle dédiée aux collections. La nature qui nous entoure, sa protection, est en effet un sujet de société contemporain qui nous préoccupe tous. Et les musées sont en phase avec ce sujet comme le montrent l’exposition « Jardins » qui a eu lieu au Grand Palais en 2017, l’exposition « Nous les arbres » à la Fondation Cartier, ou la démarche de l’artiste Jean-Michel Othoniel, qui a créé son herbier merveilleux à partir des fleurs présentes dans les tableaux du Louvre pour en dévoiler le caractère symbolique et imaginer une installation, La Rose du Louvre. Non seulement les fleurs sont un plaisir des sens, mais on peut aussi trouver pour chacune d’elles un usage – artisanal, pharmaceutique, alimentaire ou même magique –, qui nous permet de les démasquer derrière certains objets des collections du Mucem.

 

M.

Quelles sont les découvertes qui vous ont le plus étonnée lors de vos recherches sur cette exposition ?

F.D.

Que les fleurs, effectivement, comme le disait Henri Matisse, soient partout ; visibles dans l’enroulement de rinceaux d’un carreau de céramique « azulejo » ou sur la devanture d’une boulangerie parisienne, mais cachées derrière les effluves d’un parfum, la confection d’un tissu ou la teinte rouge écarlate d’un pantalon de zouave. Le nom même de certaines fleurs, qu’il soit latin ou vernaculaire, évoque parfois les usages que l’on en fait ou les vertus qu’on leur prête, comme l’églantier, dont le nom latin Rosa canina (« rosier des chiens ») évoque les propriétés supposées de la plante à guérir la rage. Enfin, certaines fleurs, telle l’emblématique tulipe, ont une histoire extraordinaire, digne de celle des plus grands voyageurs. 

 

M.

Au sein de cette sélection, quelles sont les fleurs (et les objets) les plus remarquables ?

F.D.

J’ai un petit faible pour la tulipe, comme je viens de l’expliquer, qui est la seule fleur pouvant se targuer d’avoir provoqué une crise financière aux Pays-Bas au XVIIe siècle, puis une véritable « tulipomania » dans toute l’Europe au XVIIIe siècle, et qui a même son musée (le musée des Tulipes à Amsterdam). Mais aussi pour le crocus, dont les stigmates donnent le safran et dont les fleurs ont été magnifiquement brodées de façon stylisée sur le tablier sarde d’Orgosolo, présenté dans l’exposition. La broderie, en Sardaigne, était l’un des moyens d’expression des femmes sardes. Par leurs broderies, les choix des galons, leurs tailles et leur emplacement, elles donnaient à lire leur personnalité : rêveuses, passionnées, éprises de liberté ou au contraire sérieuses. Le jasmin de Grasse me touche aussi beaucoup pour son odeur enivrante et la beauté de ses fleurs étoilées, mais il ne faut pas oublier que son ramassage dans des petits paniers accrochés à la taille demeure un travail pénible et minutieux. Citons enfin l’enseigne en grès émaillé du céramiste Alexandre Bigot, dont le visage féminin encadré d’héliotropes rappelle les femmes-fleurs de l’artiste du mouvement Art nouveau Alfons Mucha.

 

 


Découvrez l'exposition en ligne 


Durant la période de confinement, le Mucem a déployé en ligne son un abécédaire floral en 26 lettres, composé à partir des collections du Mucem.
Découvrez les lettres florales de l'exposition « La Flore de A à Z » accompagnées de leurs conseils botaniques et de leurs illustrations signée par Reckless Morning que vous pourrez colorier chez vous en famille.

A comme acanthe

(Acantha spinosissimus ou Acanthe spinosus)

Dans la mythologie grecque, Akantha était une nymphe. Apollon, séduit par sa beauté, voulut l'enlever mais elle le griffa au visage. Pour la punir, il la métamorphosa en une plante épineuse aimant le soleil, et qui porte son nom. Les sculpteurs grecs, les premiers, pétrifièrent les feuilles de l'acanthe pour décorer les chapiteaux des temples antiques. Reconnaissable entre toutes par ses feuilles spiralées et griffues, l'acanthe décore aussi nombre d'objets d'art populaire tout autour de la Méditerranée, rivages où elle pérégrine en projetant ses graines noires dans la chaleur de l'été. L'arabesque en est l'ultime stylisation décorative.

A comme Acanthe. Azulejos de faïence, Portugal, XXe siècle Collection d'ethnologie d'Europe, Muséum national d'histoire naturelle, en dépôt au Mucem © MNHN, photo Mucem
Azulejos de faïence, Portugal, XXe siècle Collection d'ethnologie d'Europe, Muséum national d'histoire naturelle, en dépôt au Mucem © MNHN, photo Mucem

 

 Acanthe (Acanthus spinsiossimus ou Acanthus mollis) © Mucem
Plat en faïence, Nabeul, Tunisie Début du 20ème siècle © MNHN, photo Mucem

 


Conseil botanique


Ses feuilles épineuses et vernissées s’enroulent en formant des rinceaux. Elle a inspiré les artistes depuis l’Antiquité grecque. Plante méditerranéenne par excellence, elle apprécie la chaleur mais  dans une terre fraîche et meuble. Ses longs épis floraux crachent des graines noires durant les mois chauds de l’été.  On peut la faire pousser en semant ces graines en plein terre de mai à juillet ou en repiquant une pousse avec des racines. Son nom familier de patte d'ours plaira aux enfants.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.

La Flore de A à Z, illustration A © Reckless Morning

Télécharger l'illustration

B comme badiane

(Illicium verum)

Le badianier produit un fruit en forme d'étoile utilisé pour son parfum anisé et ses vertus digestives. Appelé badiane ou anis étoilé, ce fruit est l'ingrédient de base de nombreuses boissons rafraîchissantes et de sociabilité tout autour de la Méditerranée : sirop d'anis, anisette algérienne, pastis provençal, sambuca italienne, ouzo grec, arak libanais, mastika macédonienne ... Le zammu, fameux sirop d'anis produit selon des recettes propres à chaque famille, était servi par l'acquaio/o, le porteur d'eau, dans les rues de Palerme en Sicile.

B comme badiane ou anis étoilé (Illicium anisetum) © Mucem
Lithographie « Anis Gras », Benjamin Sarraillon Algérie, 1930, Dépôt Montpellier Métropole © MNHN, photo Mucem

 

B comme badiane ou anis étoilé (Illicium anisetum) © Mucem
Modèle réduit de table ambulante de marchand de sirop, Sicile, Italie, 20ème siècle, Collection d'ethnologie d'Europe, dépôt du Muséum national d'histoire naturelle © MNHN, photo Mucem

 

B comme badiane ou anis étoilé (Illicium anisetum) © Mucem
Pot d'herboriste, Faïence de Sarreguemines, France , Vers 1900 © MNHN, photo Mucem

Conseil botanique


Les fruits issus des fleurs de cet arbre originaire du Sud-Est asiatique ressemblent à des étoiles pourvues de huit branches contenant chacune une graine brillante. Ramassés verts puis séchés au soleil, ils prennent alors une teinte mordorée. Le nom de badiane ou anis étoilé vient de la forme de ces fruits qui dégagent une merveilleuse odeur d’anis. Ils sont très utilisés en pharmacopée, pour leurs propriétés digestives, ou pour parfumer boissons rafraîchissantes et plats. La légende veut que Marco Polo (1254-1324) ait ramené la badiane de Chine au 13ème siècle même s’il ne parle pas précisément de cette épice dans son Livre des Merveilles. Disposées avec des bâtons de cannelle ou des tranches d’orangés séchées, les fruits de badiane font merveille en décoration de Noël.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.

La Flore de A à Z, illustration B © Reckless Morning

Télécharger l'illustration 

C comme chardon cardère

(Dipsacus sativus)

 

On a parfois donné au chardon cardère des appellations populaires imagées comme peigne à loup, verge à pasteur, bain de Vénus, lavoir de Vénus ou bénitier des oiseaux car l’eau de pluie s’y retrouve emprisonnée pour la plus grande joie des passereaux. Le chardon cardère est une plante dont on utilisait autrefois les bractées épineuses pour la fabrication de draps de laine. En Provence, quand la nature produisait une anomalie, un chardon à trois fleurs, on le clouait à l’entrée des maisons pour chasser le diable. La fleur, par ses capitules agressifs et son anormalité, prenait alors une fonction prophylactique.
 

C comme Chardon cardère (Dipsacus sativus ou fullonum) © Mucem
Amulette casso diablo, Provence, Début du 20e siècle, collection MNHN, © cliché Mucem

 


Conseil botanique


Qu’il soit sauvage (Dipsacus fullonum) ou cultivé (Dipsacus sativus), le chardon cardère a les mêmes fleurs rose lilas aux aiguillons épineux qui lui donnent sa réputation de plante repoussant le diable. Les aiguillons de l’espèce sauvage montent cependant vers le haut au contraire de ceux de la cardère cultivée qui descendent vers le bas. Si le chardon sauvage pousse dans des endroits incultes, la variété cultivée a longtemps prospéré dans une région comprise entre Rhône, Durance et Alpilles où elle servait à carder les lainages. On peut planter les graines en pleine terre au printemps mais on n’obtiendra des fleurs que l’année d’après car c’est une plante bisannuelle. On pourra alors observer les petits oiseaux venir boire la rosée du matin dans ses capitules hérissés. Les fleurs séchées composent des bouquets secs en ayant pris soin de les cueillir avec des gants !
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration C Flore


Télécharger l'illustration 

D comme dahlia 

(Dahlia)

On dit que tout jardin a ou abritera un dahlia. Favori du jardinier, celui-ci prospère dans toute bonne terre et inspire par sa beauté. C’est une fleur de dahlia qui orne la paire de sabots réalisée par le compagnon sabotier Fradin et présenté à l’Exposition artisanale d’Angers en 1942. Georges Henri Rivière, le « magicien des vitrines » du musée national des Arts et Traditions populaires, touché par la délicatesse de la sculpture de la fleur, s’empressa d’acquérir les sabots pour les collections du musée après les avoir remarqués à l’exposition.

D comme dahlia (Dahlia) © Mucem
Paire de sabots, Compagnon Fradin, Tours, France, 1900-1943 © Mucem/ Christophe Fouin

Conseil botanique


Le dahlia, du nom du botaniste suédois Andreas Dahl (1751-1789), prospère en toute bonne terre de jardin, riche mais qui doit être arrosée souvent. On enterre ses « tubercules » au printemps pour avoir les fleurs en été. Le dahlia dont il existe près de 40 000 espèces différentes, est apprécié pour son extraordinaire floraison. Difficile d’imaginer que les Aztèques se nourrissaient ainsi que leurs animaux avec ces racines appelées « cocoxochilt » ou « chichipatli». Mais attention, il n’aime pas le froid. L’hiver, il convient de rentrer ses bulbes dans une caisse à l’abri du gel.

 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

D illustration Flore


Télécharger l'illustration 

E comme églantier 

(Rosa canina)

L’églantine est la fleur de l’églantier, rosier sauvage appelé par les botanistes antiques « rosier des chiens » car il avait la réputation de soigner de la rage. En pharmacopée, on utilise les fruits de l’églantier appelés cynorrhodons pour leurs propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes. Le rosier sauvage est aussi la fleur des poètes et un symbole d’attachement comme en témoigne ce coffre de mariage des Balkans, sculpté de fleurs d’églantines stylisées. Ce décor floral d’inspiration turque se retrouve souvent associé à d’autres fleurs sur les céramiques d’Iznik.

E comme églantier (Rosa canina) © Mucem
Coffre de mariage, Bosnie-Herzégovine, Fin du 19e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem

Conseil botanique


Délicates fleurs d’églantine dont Marcel Proust comparait les pétales à de la « soie unie de corsage rougissant». Rosier sauvage, on trouve l’églantier dans les haies de campagne où il s’accroche de ses lianes épineuses. Les fleurs donnent de petits fruits rouge orangé de la taille d’une olive, riches en antioxydants, facétieusement remplis de petits poils à l’intérieur qui font la joie des enfants. C’est le fameux poil à gratter ou gratte-cul que l’on glisse dans le tee-shirt des amis pour qu’ils se tortillent.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

E comme églantier Mucem


Télécharger l'illustration

F comme fleur d’oranger

(Citrus aurentium bigaradia)

La fleur d’oranger est associée à la pureté, à la virginité et donc au mariage. On trouve des fleurs d’oranger dans les bouquets ou couronnes de mariées mais cette tradition s’est surtout renforcée après le mariage de la reine Victoria, en 1840, qui portait pour l’occasion une simple couronne de fleurs d’oranger. Dans les familles bourgeoises, la couronne des épousailles était conservée après le mariage dans la chambre des époux, protégée par un globe de verre. On distribuait aussi aux invités des fleurs d’oranger fraîches, porte-bonheur réputé et recherché.
 

F comme Fleur d'oranger (Citrus aurantium bigaradia) © Mucem
Couronne de mariée, Chartres, France, 20e siècle © Mucem

 

F comme Fleur d'oranger (Citrus aurantium bigaradia) © Mucem
Faire-part de mariage, Padry, France, 20e siècle © Mucem

 

F comme Fleur d'oranger (Citrus aurantium bigaradia) © Mucem
Bouquet de mariage, Paris, Vers 1900 © Mucem

Conseil botanique


La famille des Citrus comporte une bonne douzaine d’espèces au feuillage persistant vert vif et brillant et des fleurs le plus souvent blanches très odorantes, composées de cinq pétales et étamines saillantes. Le bigaradier produit les oranges amères et ses fleurs sont utilisées pour leur parfum. Il aime le soleil et les sols souples et peut être cultivés en pot comme plante d’agrément. Il est alors rentré l’hiver, à l’abri du froid et des courants d’air dans une orangerie ou un jardin d’hiver.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

F illustration Flore


Télécharger l'illustration

G comme garance

(Rubia tinctorum)

 « On m’appelle Garance… c’est le nom d’une fleur », disait Arletty avec son accent gouailleur dans Les Enfants du paradis. La garance est surtout utilisée pour sa racine ; elle est une teinture naturelle qui a donné son nom à la couleur rouge garance. Dans l’Antiquité romaine, il y avait déjà en Méditerranée une forte activité industrielle liée à la garance. Au 19ème siècle, c’est dans le Sud de la France que l’on produit le plus de garance avant que les couleurs de synthèse ne fassent leur apparition.

G comme Garance (Rubia tinctorum) © Mucem
Pastilles de couleur pour aquarelliste, Robert Dubois, Paris, 20e siècle © Mucem

 

G comme Garance (Rubia tinctorum) © Mucem
Sachet de racines de garance, Allemagne, 20e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem

Conseil botanique


Elle n’est pas pérégrine comme sa sœur, la garance voyageuse (Rubia peregrina) mais elle partage avec elle ses feuilles en dents de scie et ses petites fleurs jaunes très discrètes. Elle a besoin de beaucoup d’eau pour développer sa racine volumineuse dont on extrait une teinture rouge flamboyante, l’alizarine. Le jardin-conservatoire des plantes tinctoriales à Lauris, dans le Vaucluse,  cultive toujours cette plante pour en assurer l’exploitation dans une démarche de développement durable. Si l’on a la chance de trouver de la poudre de racine de garance, on peut colorer les œufs de Pâques en rouge comme avec des pelures d’oignons.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration G Flore


Télécharger l'illustration

H comme héliotrope 

(Helianthus annuus)

Cette enseigne en grès émaillé est signée Alexandre Bigot, céramiste français du mouvement Art nouveau, spécialisé dans les céramiques architecturales. Le tournesol, autrefois appelé héliotrope, est l’une des fleurs qui s’est le mieux prêtée aux courbes sinueuses de l’Art nouveau et ce visage encadré de fleurs avec son chignon haut rappelle les femmes-fleurs du célèbre affichiste Alfons Mucha. L’enseigne ornait la façade du restaurant Chez Jouanne, rue de Clichy, où l’on mangeait jadis les meilleures tripes à la mode de Caen de toute la capitale.

H comme héliotrope (Helianthus annuus) © Mucem
Enseigne en grès émaillé, Alexandre Bigot, Paris, Vers 1900 © Mucem

Conseil botanique


Héliotrope est un ancien nom donné au tournesol pour ses facultés à suivre la course du soleil. Car il existe une autre fleur tubéreuse et très parfumée appelée elle-aussi héliotrope. Le tournesol, soleil commun des jardins, est une plante haute, à la tige dressée, dont la fleur évoque la figure du soleil. Les fleurs centrales ou fleurons sont disposées dans le cœur du tournesol selon la suite mathématique de Fibonacci et ne finissent pas d’étonner les scientifiques. Une graine de tournesol plantée fin avril, début mai permet une floraison spectaculaire à la fin de l’été.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

illustration H flore


Télécharger l'illustration

I comme iris

(Iris)

Dans la Grèce antique, Iris était la messagère des dieux, personnification de l’arc-en-ciel. Le terme « iris » a d’ailleurs longtemps désigné l’arc-en-ciel. La fleur d’iris est nommée ainsi en raison de la coloration de ses pétales et de ses reflets irisés. Lors d’une enquête menée à Paris sur les décorations de magasins entre 1945 et 1950, Pierre Soulier a photographié une devanture de boulangerie reproduisant un décor de gerbes d’iris ondoyantes. Ce même répertoire décoratif, caractéristique du mouvement Art nouveau, décore ce verre peint publicitaire.

Verre peint et gravé publicitaire, France, Début du 20e siècle © Mucem
Verre peint et gravé publicitaire, France, Début du 20e siècle © Mucem

Conseil botanique


L’iris des jardins est une plante très robuste qui adore la sécheresse, les terrains pauvres et secs. Il redoute surtout l’excès d’humidité et apprécie une situation ensoleillée. Il faut planter à fleur de terre ses rhizomes ou ses bulbes, qu’il convient de très peu recouvrir. La floraison printanière est magnifique avec un éventail de couleurs infini, rappelant le spectre de l’arc-en-ciel. Les fleurs veloutées de l’iris rappellent par leur forme et leurs couleurs les fleurs de l’orchidée. Mais attention, les enfants, cette jolie fleur est toxique.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

illustration flore I


Télécharger l'illustration

J comme jasmin

(Jasminum officinalis)

Le jasmin, implanté pour son parfum sur les collines de la ville au 16e siècle, a fait la fortune de Grasse. Les Grassois l’appellent encore, avec affection et respect, « la fleur ». Celle-ci est ramassée l’été par les mains délicates des cueilleuses. Plusieurs milliers de fleurs sont nécessaires pour former la précieuse essence absolue, note olfactive de célèbres parfums. Le jasmin a aussi voyagé dans tout le bassin méditerranéen. « Les respirer m’emplit de joie, de jeunesse », écrit Albert Camus sur les jasmins d’Alger. Le jasmin est devenu la fleur emblématique de la douceur de vivre tunisienne.
 

J comme Jasmin © Mucem
Aspersoir en métal argenté, Tunisie, 1900-1950 © Mucem

 

 

J comme Jasmin © Mucem
Le vendeur de jasmin, Tunisie, Début du 21e siècle, Peinture sous-verre © Mucem

 

La cueillette du jasmin, J. Weyer, Grasse, France, 1936 © Mucem/ Weyer, J
La cueillette du jasmin, J. Weyer, Grasse, France, 1936 © Mucem/ Weyer, J

 

Chapeau en vannerie, Grasse, France, Années 1950 © Mucem
Chapeau en vannerie, Grasse, France, Années 1950 © Mucem

 

Panier en vannerie, Grasse, France, Années 1950 © Mucem
Panier en vannerie, Grasse, France, Années 1950 © Mucem

 


Conseil botanique


Exhalant de merveilleux effluves, le jasmin, quelle que soit son espèce, est une plante grimpante facile à vivre. Le jasmin d’hiver ou Jasminum nudiflorum se couvre de fleurs jaunes à la fin de l’hiver, alors que les autres espèces fleurissent l’été à exposition chaude et ensoleillée. Quant à l’espèce Jasminum grandiflorum, jasmin de Grasse, utilisée pour la parfumerie, elle ne supporte pas le gel. La plante se marcotte toute seule quand une branche sarmenteuse repose sur la terre ; il est alors très facile de la repiquer pour en faire un autre plant et laisser ses tiges s’évader.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration J Flore


Télécharger l'illustration

K comme kitsch

 

Le terme kitsch vient du mot allemand kitschen signifiant « comment fabriquer du neuf avec du vieux ». Il s’utilise pour désigner ce que l’on estime d’un goût douteux. En effet, quoi de plus kitsch qu’un bouquet de fleurs artificielles, une brouette fleurie ou un gnome doré comme décorations de jardin ? Ces éléments de décor sont pourtant des archétypes emblématiques de l’histoire culturelle comme le souligne l’historienne de l’art Eva Schickler pour la statuette de nain d’Ottmar Hörl. Il n’est donc pas surprenant que ce personnage ait acquis le statut de personnage culte.

Brouette et fleurs en perles de verre Établissements Novel, Lyon 2e moitié du 20e siècle © Mucem
Brouette et fleurs en perles de verre, Établissements Novel, Lyon 2e moitié du 20e siècle © Mucem

 

Nain Sponti, Ottmar Hörl, Allemagne, 1994-2006, Résine © Mucem
Nain Sponti, Ottmar Hörl, Allemagne, 1994-2006, Résine © Mucem

 


Conseil botanique


Le kalanchoé fait partie de la famille des Crassulacées. C’est une succulente, c’est-à-dire une plante grasse aux feuilles charnues et luisantes, remplies de liquide, qui résiste très bien à la sécheresse. Certaines succulentes se consomment en salade, comme le pourpier ou le sedum. Exposé à la lumière mais sans soleil direct, le kalanchoé fleurit en hiver de petites ombelles orange, rouges ou jaunes. La plante redoute l’excès d’humidité et doit donc être arrosée avec parcimonie. Il suffit de mettre la moitié d’une feuille dans la terre pour qu’un nouveau kalanchoé repousse.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration K Flore


Télécharger l'illustration

L comme lin 

(Linum usitatissimum)

De couleur bleue, la très belle fleur de lin est aérienne et éphémère. Mais ce sont ses tiges que l’on utilise pour la fabrication de la toile. La qualité de celle-ci, obtenue à partir de cette plante solaire, est telle qu’elle a depuis toujours été jugée digne de vêtir prêtres et magiciens. Son tissage permet une grande finesse de la toile, appréciée pour être portée aussi bien l’été que l’hiver. Après la récolte, les tiges de lin sont broyées pour récupérer les fibres qui sont ensuite peignées puis filées afin d’obtenir un fil à l’aide d’une quenouille et d’un rouet.
 

Quenouille à lin, Bois de châtaignier, Palmi, Italie 20e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Quenouille à lin, Bois de châtaignier, Palmi, Italie 20e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem

 

Peigne à lin, Estonie, 20e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Peigne à lin, Estonie, 20e siècle, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem

 

Abécédaire, Toile de lin, France 1789 © Mucem
Abécédaire, Toile de lin, France 1789 © Mucem

 


Conseil botanique


Le lin développe au sommet de frêles tiges de douces corolles en forme d’entonnoir, aux couleurs variées dont un bleu couleur de ciel veiné d’un bleu plus foncé pour les espèces Linum usitatissimum et Linum narbonense (le lin bleu ou lin de Narbonne). Il peut être sauvage dans la garrigue méditerranéenne ou cultivé dans des plaines fertiles pour la production du lin. C’est aussi une merveilleuse fleur ornementale, aussi belle qu’éphémère, qui fait merveille dans un jardin. Semez de mai à juillet en pépinière puis en pleine terre au printemps pour une floraison estivale.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration L Flore


Télécharger l'illustration

M comme marguerite  

(Leucanthemum vulgare) ou messiflore

Pour les botanistes, la marguerite, le coquelicot et le bleuet sont des espèces messiflores qui fleurissent l’été, au milieu des champs de blé, peu de temps avant la moisson. On les trouvait donc naturellement associées à des gerbes de blé dans les éléments de décoration des boulangeries. Ces fleurs des champs, menacées aujourd’hui de disparition, sont aussi les symboles des soldats morts sur les champs de bataille durant la Première Guerre mondiale : le bleuet des soldats français, le coquelicot des soldats britanniques et la marguerite des soldats belges.

Éléments de décoration de boulangerie, Ateliers Benoist et fils, Paris Fin du 19e – début du 20e siècle, Verre peint © Mucem
Éléments de décoration de boulangerie, Ateliers Benoist et fils, Paris Fin du 19e – début du 20e siècle, Verre peint © Mucem

 

Éléments de décoration de boulangerie, Ateliers Benoist et fils, Paris Fin du 19e – début du 20e siècle, Verre peint © Mucem
Éléments de décoration de boulangerie, Ateliers Benoist et fils, Paris Fin du 19e – début du 20e siècle, Verre peint © Mucem

Conseil botanique


La marguerite commune est une fleur des champs qui se rencontre dans les prés, les accotements, ou les bois clairs dans toute l’Europe. Elle aime le soleil, une terre ordinaire, même pauvre et bien drainée. Cette plante fleurit en juin et juillet, souvent associée au coquelicot et au bleuet des moissons. La fleur de marguerite est simple, blanche et possède de 20 à 30 pétales. Comme la pâquerette, sa petite sœur en tous points, on l’effeuille pour savoir si l’on aime un peu, beaucoup, à la folie ou pas du tout.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration M Flore


Télécharger l'illustration

N comme nénuphar  

(Nymphea)

Le nénuphar est une plante purifiante et oxygénante des eaux douces ou stagnantes. Cette beauté aquatique doit sa célébrité au peintre impressionniste Claude Monet et à sa série des « Nymphéas ». Symbole de pureté, la fleur de nénuphar a été choisie comme emblème en 1974 par l’organisation écologiste néerlandaise Stichting Reinwater, qui œuvre pour une gestion durable de l’eau. Peut-être l’organisation savait-elle aussi, comme le dit le dicton, que « si le nénuphar blanc se ferme et plonge sous l’eau, la pluie n’est pas loin » ! 
 

Banderole en toile, Stichting Reinwater, Pays-Bas, 20e siècle © Mucem
Banderole en toile, Stichting Reinwater, Pays-Bas, 20e siècle © Mucem

Conseil botanique


Les nénuphars font merveille dans les eaux dormantes des bassins. Ces plantes aquatiques donnent naissance à des feuilles rondes et charnues flottant à la surface de l’eau et à une magnifique floraison de juin à septembre. On trouve des nénuphars blancs sauvages sur le bord des rivières au milieu de prêles ou de calthas des marais. Les espèces colorées, sources d’inspiration du peintre impressionniste Claude Monet, sont quant à elles des espèces hybrides développées par les horticulteurs. On peut faire sur sa terrasse ou son balcon un petit jardin d’eau en immergeant les racines des nénuphars dans des pots au fond de l’eau, mettre à la surface une jacinthe et des lentilles d’eau et rajouter quelques petits poissons rouges !
.


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration N Flore


Télécharger l'illustration

O comme œillet  

(Dianthus)

Les panneaux de céramique tunisoise sont souvent ornés de motifs standardisés comme le mihrâb et le bouquet de fleurs. Ici des œillets en diagonale offrent une grande variété de combinaisons d’un panneau à l’autre, et témoignent de la liberté du céramiste. Cet ensemble provenant d’une demeure algéroise, mais réalisé dans les ateliers de céramique très réputés de Qallaline à Tunis, montre les influences ottomanes mais aussi italiennes qui se sont croisées dans la Régence d’Alger entre 1515 et 1830. Le motif d’œillet se retrouve sur des tapis de prière persans de la même période où une tendance naturaliste influence alors l’artisanat.

Carreaux de faïence, Ateliers de Qallaline, Tunis 18e siècle © Mucem
Carreaux de faïence, Ateliers de Qallaline, Tunis 18e siècle © Mucem

 


Conseil botanique


Œillets d’Inde, œillets de poète, œillets mignardises ou sauvages œillets hérissés, œillets giroflées sèment leurs pétales colorés dans les lieux secs. Tous ces œillets très florifères durant l’été apprécient un sol calcaire, la chaleur et une exposition ensoleillée. Certains œillets sont remontants, c’est-à-dire qu’ils fleurissent une deuxième fois et parfois jusqu’aux gelées si on prend soin de les abriter. Selon les espèces, ils sont obtenus par semis ou par bouturage. Des œillets d’Inde plantés au potager repousseront par leur odeur forte les insectes nuisibles mais attireront les abeilles et les bombyx.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration O Flore


Télécharger l'illustration

P comme pivoine   

(Paeonia)

Cultivée dans nos jardins pour la beauté de ses fleurs, la pivoine de Chine est acclimatée en Europe à la fin du 18e siècle mais elle est présente dès le 17e siècle comme motif décoratif sur des tissus de coton imprimés appelés « indiennes » et des papiers imprimés à la planche. La somptueuse flore exotique d’Extrême-Orient fascine alors les Européens qui la reproduisent sur les tissus et les papiers peints pour décorer leurs intérieurs. Ce bois d’impression sculpté dans un bois fruitier très dur révèle sur le papier la floraison d’une magnifique pivoine.
 

Bois d’impression et son papier imprimé, Attribué à l’atelier Pellé, Orléans, France, 2e moitié du 18e siècle, collection Mucem © cliché Orléans, Musée des Beaux Arts
Bois d’impression et son papier imprimé, Attribué à l’atelier Pellé, Orléans, France, 2e moitié du 18e siècle, collection Mucem © cliché Orléans, Musée des Beaux Arts
Bois d’impression et son papier imprimé, Attribué à l’atelier Pellé, Orléans, France, 2e moitié du 18e siècle, collection Mucem © cliché Orléans, Musée des Beaux Arts
Bois d’impression et son papier imprimé, Attribué à l’atelier Pellé, Orléans, France, 2e moitié du 18e siècle, collection Mucem © cliché Orléans, Musée des Beaux Arts

Conseil botanique


Il faut être patient avec la pivoine de Chine, car la floraison peut prendre plusieurs années, mais ce spectacle éblouissant nous y invite sans peine. Plantée dans un terrain fertile à exposition ensoleillée ou semi-ombragée, avec un apport régulier de fumier, la pivoine devient d’année en année de plus en plus florifère. Cueillies à peine ouvertes, les fleurs coupées s’épanouissent en s’alanguissant dans un vase. Et si l’expression populaire « rouge comme une pivoine » fait penser qu’il n’en existe que de cette couleur, la merveilleuse pivoine de Chine blanche à fleurs doubles vous prouvera le contraire.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration P Flore


Télécharger l'illustration

Q comme mimosa quatre-saisons   

(Acacia retinodes)

Le mimosa, originaire d’Australie, a été implanté dans le Midi de la France au 19e siècle pour son parfum et sa floraison exceptionnelle. Il est depuis devenu la fleur emblématique de la Côte d’Azur car il fleurit au cœur de l’hiver, saison où l’aristocratie européenne était en villégiature sur la Riviera. C’était aussi le moment du carnaval de Nice avec son corso et ses batailles de fleurs. Ce chapeau décoré de fleurs artificielles de mimosa fait partie du costume de Nissa la Bella, version déjantée du costume traditionnel de la Niçoise, arboré lors d’une récente bataille de fleurs.

Chapeau, Nissa la Bella, Hervé Moreau, Nice 2009 © Mucem
Chapeau, Nissa la Bella, Hervé Moreau, Nice 2009 © Mucem

Conseil botanique


Le mimosa des quatre saisons partage avec le mimosa argenté des « fausses feuilles » ou phyllodes qui lui permettent de supporter des terrains secs et calcaires, et une floraison de petits pompons jaunes, mousseux et très odorants. Cet arbre emblématique de la Côte d’Azur, qui a colonisé les collines du Tanneron, est originaire d’Australie. Et si le mimosa argenté ne fleurit qu’au cœur de l’hiver sous un climat doux, le mimosa des quatre saisons, comme son nom l’indique, a une floraison presque ininterrompue tout au long de l’année. Mais si l’on n’a pas de mimosa dans son jardin ou sur son balcon, pourquoi ne pas préparer des œufs mimosa avec les enfants ?
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration Q Flore


Télécharger l'illustration

R comme rose

(Rosa)

La rose est la reine des fleurs, née dit-on d’une coupe de vin renversée sur Vénus par Cupidon, dieu de l’Amour. On offre ainsi une rose rouge pour déclarer sa flamme. Cette serviette décorée de roses et de cygnes est un présent de mariage russe. Mais la rose possède des épines et cette carte postale de prévention anti-sida rappelle symboliquement que l’amour peut aussi faire mal. Si elle a été l’une des premières fleurs utilisées pour son parfum, elle est aussi connue pour les vertus apaisantes de son eau de rose.

Serviette de mariage imprimée et carte postale de prévention anti-sida, Russie, Début du 21e siècle © Mucem
Serviette de mariage imprimée, Russie, Début du 21e siècle © Mucem


 

Serviette de mariage imprimée et carte postale de prévention anti-sida, Russie, Début du 21e siècle © Mucem
Carte postale de prévention anti-sida, Russie, Début du 21e siècle © Mucem
Bouteilles d’eau de rose, Bulgarie et France, 20e et 21e siècles, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Bouteille d’eau de rose, Bulgarie, 20e et 21e siècles, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Bouteilles d’eau de rose, Bulgarie et France, 20e et 21e siècles, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Bouteille d’eau de rose, France, 20e et 21e siècles, Collection d’ethnologie d’Europe, collection MNHN, © cliché Mucem

 

 


Conseil botanique


Le rosier demande au jardinier un entretien de tous les instants pour lui assurer une belle floraison au mois de mai. Tous les rosiers cultivés sont greffés souvent sur un rosier sauvage comme l’églantier (Rosa canina). Il faut d’abord couper les drageons, les repousses du porte-greffe. Puis tailler en mars les rosiers remontants (ceux qui refleurissent), mais seulement après la floraison les non-remontants. Et surtout, il faut surveiller l’ennemi sournois du rosier, l’oïdium, une maladie qui lui laisse les feuilles blanchâtres et menace sa survie. Un autre ennemi visible s’attaque parfois à ses jeunes pousses, le puceron. Rien de tel alors qu’un couple de coccinelles ou une bonne pulvérisation de savon noir.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

illustration R Flore


Télécharger l'illustration

S comme safran

(Crocus sativus)

Le safran est le crocus que les Arabes nomment za’faran, venant du mot assfar signifiant jaune. On tire des stigmates de la fleur une précieuse épice utilisée d’abord pour ses propriétés médicinales et tinctoriales. Elle est si onéreuse qu’elle doit être pesée avec soin et précision. Le plus grand producteur de safran est depuis longtemps l’Iran mais il y a de nombreuses productions importantes en Méditerranée, notamment en Sardaigne. Comme le corail, l’envoûtant safran est parfois appelé l’or rouge de la Méditerranée.
 

Balance à safran, Iran, 20e siècle © Mucem
Balance à safran, Iran, 20e siècle © Mucem
Tablier brodé de crocus, Orgosolo, Sardaigne, 1900-1963, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem
Tablier brodé de crocus, Orgosolo, Sardaigne, 1900-1963, Collection d’ethnologie d’Europe, dépôt du Muséum national d’histoire naturelle, collection MNHN, © cliché Mucem

 

Flacon avec étamines de safran, Maison Francou, Paris, 20e siècle © Mucem
Flacon avec étamines de safran, Maison Francou, Paris, 20e siècle © Mucem

 


Conseil botanique


« Colchiques dans les prés, fleurissent, fleurissent, / Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été ». Cette comptine populaire chante le colchique, qui est un crocus ou safran des prés très toxique à la floraison rose mauve automnale. Il ne faut surtout pas le confondre avec le Crocus sativus qui, lui, est cultivé pour le safran. On les distingue par le nombre de leurs étamines, appelées stigmates, six pour l’espèce toxique, contre trois pour les vrais crocus à safran.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration S Flore


Télécharger l'illustration

T comme tulipe

(Tulipa)

La tulipe tire son nom du turc tulbent, signifiant plante-turban. Originaire de Turquie, elle fut implantée en Europe au 16e siècle. Cultivée avec fièvre aux Pays-Bas, elle donna naissance à l’une des premières crises spéculatives au 17e siècle : la « tulipomania ». Elle est depuis devenue l’emblème de la Hollande et possède à Amsterdam un musée qui lui est entièrement consacré. La tulipe, par la simplicité de sa fleur, ne cessa d’inspirer l’art décoratif. Ce pichet en faïence, en pleine période Art nouveau, voit s’entrelacer deux ondulantes tulipes sur sa panse.
 

Pichet en faïence, Orchies, France, France © Mucem
Pichet en faïence, Orchies, France, France © Mucem

 


Conseil botanique


La diversité des tulipes permet une utilisation très facile en plate-bande, rocaille ou en pot à partir de bulbes que l’on plante dans la terre. Il faut les planter dans le bon sens, la petite pointe vers le haut, le côté plat vers le bas, et attendre la floraison au printemps. Certaines tulipes sont hâtives, flammées, frangées ou crispées, zébrées, perroquet, à fleur de pivoine, Georgette pour les espèces horticoles, mais toutes redoutent l’excès d’humidité. Les tulipes existent aussi à l’état sauvage où elles laissent de petites taches colorées au milieu des champs.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration T Flore


Télécharger l'illustration

U comme urtica 

(Ortie)

« J'aime l’araignée et j’aime l’ortie, Parce qu’on les hait » écrivait Victor Hugo. L’ortie est une plante urticante considérée comme de la mauvaise herbe. Bien que mal aimée de nos jours, on réapprend à connaître ses multiples vertus. On avait en effet oublié ses propriétés médicinales, l’apport vitaminé de ses feuilles dans la soupe, les qualités d’insecticide naturel de son purin. Et que les fibres de l’ortie, comme celles de la mauve sauvage, furent utilisées pour la fabrication de toiles certes grossières mais solides.
 

Caraco, toile de coton et d’ortie, Poitou-Charentes, France, Fin du 19e – début du 20e siècle © Mucem
Caraco, toile de coton et d’ortie, Poitou-Charentes, France, Fin du 19e – début du 20e siècle © Mucem

 


Conseil botanique


Dans certains jardins, les mauvaises herbes sont la dernière trace de la flore originelle et elles favorisent le maintien d’animaux sauvages ou d’insectes comme les abeilles. Nombre d’entre elles, telle l’ortie, peuvent être bénéfiques à la terre en accumulant des éléments minéraux. On les met alors sur le sol en paillage et on les bine pour les incorporer à la terre. Le purin d’ortie est aussi un excellent engrais liquide qui rend les plantes plus résistantes aux maladies. Et en apprenant à la ramasser en touchant ses feuilles piquantes par le dessous, on peut consommer l’ortie dans de délicieuses soupes, cuisinée comme des épinards ou en tisane.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

illustration U Flore


Télécharger l'illustration

V comme violette  

(Viola odorata)

Les fleurs de violettes (Viola odorata), peut-être parce qu’elles ressemblent aux pensées (Viola tricolor), figurent souvent sur des cartes envoyées à un être cher, comme les fleurs garantes du souvenir. Cette carte d’anniversaire brodée de fleurs violettes fut envoyée par le documentariste ethnographique Jean Rouch et sa femme Jane. Elle était adressée à Georges Henri Rivière (To Giorgio Enrico, 1965), gage de leur amour commun du cinéma. Jean Rouch venait en effet d’obtenir le lion d’or à la Mostra de Venise pour son film La Chasse au lion à l’arc.
 

Couronne d’épines, Guardia Sanframondi, Italie, 1975, Bois © Mucem
Couronne d’épines, Guardia Sanframondi, Italie, 1975, Bois © Mucem

Conseil botanique


La modeste violette se cache dans les sous-bois pour fleurir. Elle a besoin de fraîcheur pour exhaler son délicat parfum qui lui a donné son nom latin, Viola odorata. Elle peut être sauvage mais certaines espèces comme la violette odorante des quatre saisons ou la violette de Parme se cultivent dans des endroits ombragés ou en pot. Les fleurs servent à la fabrication de la spécialité de Toulouse, les bonbons à la violette, et peuvent aussi se parsemer en touches de couleur pour décorer une salade. 
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration V Flore


Télécharger l'illustration

W comme wallpaper 

(papier peint)

Réservée auparavant à l’aristocratie, la décoration intérieure s’ouvre au 19e siècle à la bourgeoisie. Celle-ci reproduit alors dans son intérieur domestique, grâce au papier peint, la nature qui l’entoure. Après les papiers peints imprimés à la planche, les manufactures vont créer au début du 20e siècle des rouleaux en bois et cuivre pour imprimer en continu des motifs surtout végétaux et floraux. Les Anglais, grâce au mouvement Arts and Crafts mené par l’artiste William Morris, sont alors la figure de proue de la fabrication du papier peint en Europe.

Rouleau d’impression de papier peint, Société française des papiers peints, 1900-1950 © Mucem
Rouleau d’impression de papier peint, Société française des papiers peints, 1900-1950 © Mucem

Conseil botanique


Wisteria sinensis (glycine de Chine)

Comme les nymphéas, les glycines ont beaucoup inspiré Claude Monet qui en avait planté une dans son jardin de Giverny, sur le pont japonais. Il faut planter la glycine de préférence à l’automne dans un sol bien préparé. La glycine est l’une des plus belles plantes grimpantes et ses grandes lianes peuvent atteindre 10 mètres de long ! En mai, les fleurs violet clair groupées en grappes odorantes offrent un spectacle d’une rare beauté. Il faut la tailler en été et en hiver pour bien la contrôler, ou la laisser plutôt « au naturel » comme sur le pont japonais de Giverny.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

illustration W Flore


Télécharger l'illustration

X comme xérophile ou xérophyte 

 

Les plantes xérophiles ou xérophytes, peu gourmandes en eau, sont les favorites des jardiniers respectueux de l’environnement et attentifs à une bonne gestion des ressources en eau. Les arrosoirs sont des outils, tels les cisailles ou les sécateurs, qui ponctuent le jardinage et rythment la botanique. Leur fonction est commune à tous les jardiniers. Cette présentation d’arrosoirs, ventrus et pansus, rappelle l’importance d’une utilisation raisonnée de l’eau qui doit présider dorénavant dans tout jardin responsable.
 

Arrosoirs en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem
Arrosoir en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem

 

Arrosoir en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem
Arrosoir en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem

 

Arrosoir en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem
Arrosoir en métal, France, 19e et 20e siècles © Mucem

Conseil botanique


Xéranthème (Xeranthemum inapertum)

Le xéranthème fermé (du grec xêros « sec » et anthos « fleur ») ou immortelle bleue est l’une des composées sauvages les mieux adaptées à la sécheresse. Elle développe en haut de ses tiges de curieuses fleurs ressemblant à de petits essaims écaillés d’argent doré, laissant s’échapper de fins pétales bleus. On peut la ramasser dans la garrigue pour composer des bouquets de fleurs séchées.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration X Flore


Télécharger l'illustration

Y comme ylang-ylang 

(Cananga odorata)

L’ylang-ylang, fleur au parfum tubéreux, est la note de cœur du premier parfum « oriental » créé en 1920 par la maison Molinard, parfumeur de Grasse. Le parfum Habanita, toujours fabriqué dans la cité du parfum, était conditionné dans un flacon créé par Lalique. Il devait couvrir l’odeur du tabac fumé par les garçonnes dans les Années folles. Cette publicité a été conçue dans les années 1970 pour les stations de métro et bus parisiens, en plein période hippie. Elle faisait l’apologie du Flower Power, symbole d’une idéologie non violente et de la libération de la femme.

Affiche publicitaire Metrobus Jean-Pierre Guillemot et Elvira Navares, France 1972 © Mucem
Affiche publicitaire Metrobus Jean-Pierre Guillemot et Elvira Navares, France 1972 © Mucem

 


Conseil botanique


Ylang-ylang (Cananga odorata)

L’ylang-ylang ou ilang-ilang est un arbre de la famille des magnolias qui ne pousse pas sous nos climats. L’ylang-ylang est originaire des zones tropicales humides d’Inde, Indonésie, Malaisie et Philippines. Il pousse aussi à la Réunion ou à Mayotte dont il décore les armoiries. Les fleurs dégagent une odeur suave et sont utilisées en parfumerie, aromathérapie (propriétés apaisantes), et plus surprenant, pour aromatiser glaces, bonbons ou chewing-gums en Asie.
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration Y Flore


Télécharger l'illustration

Z comme ziziphus spina Christi 

(jujubier épine du Christ)

Le jujubier est un arbre autrefois très présent en Méditerranée. C’est avec les branches de cet arbre que serait faite la couronne d’épines, instrument de la Passion du Christ, durant l’ascension jusqu’au Calvaire. Selon les botanistes, la Sainte Couronne acquise par saint Louis et conservée dans le trésor de Notre-Dame de Paris est faite de jonc tressé et piquée d’épines de jujubier. Cette couronne d’épines imite celle en jujubier. Elle était portée la Semaine sainte suivant l’Assomption de la Vierge par les pénitents de la procession de Guardia Sanframondi en Italie.

Couronne d’épines, Guardia Sanframondi, Italie, 1975 Bois, collection MNHN, © cliché Mucem
Couronne d’épines, Guardia Sanframondi, Italie, 1975 Bois, collection MNHN, © cliché Mucem

Conseil botanique


Son nom latin est à même de faire rire les enfants, mais c’est sous son appellation vernaculaire que l’on connaît cet arbre, le jujubier. C’est un arbre très épineux bien implanté tout autour de la Méditerranée, dont il existe une centaine d’espèces et qui produit de petits fruits marron de la taille d’une olive, la jujube. Elle se mangeait à l’automne en Provence, vendue sur les marchés dans de petits cornets de papier. C’est la fameuse chichourle de l’interjection populaire bien connue dans les rues de Marseille : Fan de chichourle !
 


Illustration à colorier


Téléchargez cette illustration puis envoyez-nous la photo de votre coloriage sur abecedaireflore@mucem.org
À la fin de l'abécédaire, nous reconstituerons un poster collectif de l'herbier avec une sélection de vos productions, que nous diffuserons sur nos réseaux sociaux.
 

Illustration Z Flore


Télécharger l'illustration


Les petits abécédaires des collections


Depuis février 2018, le Mucem dédie un espace à la présentation de ses collections : située au fort Saint-Jean, la « salle des collections » interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois.

Une façon originale de faire connaître au grand public la diversité des collections du Mucem, riches de plus de 350 000 objets conservés parmi plus d’un million d’items : qu’ont-elles à nous dire sur nos sociétés, nos passions, nos peurs, nos croyances ? La grande variété des collections du Mucem permettra de faire le tour de différentes thématiques, de A à Z.

Après « L’Amour de A à Z » (février - octobre 2018), « Les Animaux de A à Z » (octobre 2018 - mars 2019), « Les Reliquaires de A à Z » (avril 2019 - septembre 2019), « Le Hasard de A à Z » (octobre 2019 - mars 2020), la salle des collections accueille l’exposition « La Flore de A à Z » du 29 juin au 6 décembre 2020. Elle sera suivie, en février, de l’exposition
« Résistances de A à Z».

 


Informations pratiques


Entrée des expositions gratuite du 29 juin au 20 juillet 2020 (sans réservation)

 

(Re)vivez le live de réouverture du Mucem !

Coulisses des nouvelles expositions, invités, découvertes et musique en live

Replay