Durant la fermeture du Mucem, 

la programmation se poursuit en ligne et les Jardins du fort Saint-Jean restent ouverts au public de 9h à 18h 7jours/7
autour d'une installation de l'artiste Thomas Mailaender.
Réouverture du Mucem sous conditions de jauge mercredi 19 mai 2021.
  • Tampon-encreur, modèle Trodat printy, Paris, entre 1989-2013, matière plastique, encre noire, 9 x 8,7 x 3,8 cm. Don des Balayeuses archivistiques LGBT.  Mucem, 2018.75.156 © Mucem / Marianne Kuhn
    Tampon-encreur, modèle Trodat printy, Paris, entre 1989-2013, matière plastique, encre noire, 9 x 8,7 x 3,8 cm. Don des Balayeuses archivistiques LGBT. Mucem, 2018.75.156 © Mucem / Marianne Kuhn

Je signe donc je suis de A à Z


Mucem, fort Saint-Jean— Salle des collections
| Du mercredi 20 octobre 2021 au lundi 18 avril 2022

Achetez vos billets

La signature est au cœur de l’abécédaire « Je signe donc je suis ». Écrire son nom sur un objet artisanal est la marque d’une revendication par son auteur de l’authenticité et de l’unicité de son œuvre, loin d’une série standardisée et anonyme. Signer, c’est signifier un statut social et artistique.
Chaque lettre de l’alphabet renvoie à un métier d’art, c’est-à-dire, au sens de la loi,
« à une activité de production, de création, de transformation (…) caractérisée par la maîtrise de gestes et techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique ». Le maître-mot est ainsi le talent exprimé par ces créateurs.

L’utile ici est beau et bien réalisé : une terrine, un éventail, un coffre. La rue est embellie par une girouette, un dessin au pastel sur un trottoir, une enseigne ou une devanture de boutique. On pourrait s’y méprendre et prendre un joug de bœuf ou une tuile vernissée pour une sculpture moderne. On constate aussi la minutie du travail manuel d’un horloger, la patience des brodeuses travaillant durant des centaines d’heures à leur ouvrage, la qualité des matériaux constituant une vielle à roue.

Le savoir-faire se distingue par la maîtrise d’un répertoire de formes et de techniques anciennes ou modernes de fabrication, suite à l’apprentissage au sein d’un atelier, d’un corps de métier, d’une corporation d’artisans. La diversité des matériaux employés est ici mise à l’honneur, des matières les plus courantes aux plus insolites ou précieuses : cheveux, or, terre, zinc, etc…
Cette exposition fait sortir de l’anonymat des femmes et hommes du XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui : Marie Talbot, Lucien Corné, Antoine Oleyant… Au-delà de leur création, elle donne aussi à voir leurs portraits, leurs outils et leurs archives. Elle témoigne de leur apprentissage ainsi que de leur démarche créatrice et innovante, certains le faisant de manière isolée, d’autres appartenant à des lignées d’artisans ou pratiquant au sein d’ateliers.

L’abécédaire « Je signe donc je suis » est un appel à regarder les formes et les matières à travers les productions et les expressions artistiques les plus diverses. Les riches collections d’art populaire du musée sont convoquées pour valoriser les métiers d’art et les savoir-faire qui peuvent embellir notre quotidien. Loin de la hiérarchie des genres, elle interroge la nature de l’artiste-artisan.
 

—Commissaire : Marie-Charlotte Calafat, conservatrice du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires au Mucem