Le passe sanitaire est obligatoire pour les mineurs de 12 ans depuis le 30 septembre 2021, il consiste en la présentation numérique via l'application TousAntiCovid ou papier d'une preuve sanitaire.

Tous les détails à retrouver dans la rubrique « Votre visite > Vous accueillir en toute sécurité »

Beyrouth ya Beyrouth

Le Mucem dresse une passerelle entre Marseille et Beyrouth. À travers une programmation pluridisciplinaire mêlant installations, rencontres, performances, cinéma et concerts, il s’agit de faire découvrir ses réalités contemporaines. « Mémoires, guerres et représentations » : ces trois mots sont les fils conducteurs d’une programmation qui se déploie en plusieurs moments.

Installations et parcours : le Mucem aux couleurs du Liban

Le fort Saint-Jean se métamorphose : cèdre suspendu, images projetées, films, installations visuelles et sonores… Autant de visions singulières et d’évocations poétiques de Beyrouth, à découvrir au fil de multiples parcours imaginés par le plasticien Patrick Laffont, avec Zeina Abirached (illustratrice), Rani Al Rajji (conteur urbain) et Ghassan Salhab (cinéaste).

Rencontres : de Jean Genet à la nouvelle scène littéraire

À travers une série de trois rencontres dédiées à Jean Genet (les 4 et 5 mai), résonne la voix de l’auteur du Captif amoureux, en écho avec l’exposition qui lui est consacrée. Place ensuite à la nouvelle scène littéraire libanaise : trois journées (du 6 au 8 mai), pour donner un aperçu de la richesse de ce qui s’écrit aujourd’hui de l’autre côté de la Méditerranée, conclues en musique par un concert de Rima Khcheich en plein air.

Cinéma : cinéastes libanaises engagées

Soirée cinéma avec le film Nahla de Farouk Beloufa (le 20 mai), suivie d’un week-end consacré aux cinéastes libanaises engagées (les 21 et 22 mai), avec une sélection de films dont certains furent (ou sont toujours) interdits de diffusion dans leur pays d’origine.

Performances : la création contemporaine en scène

Les 4 et 5 juin, trois performances artistiques évoquent le Liban entre mémoire et actualité. La tour du Fanal ouvre exceptionnellement ses portes pour accueillir l’installation-performance de Sirine Fattouh. En parallèle, le Dictaphone Group propose une exploration du pays à travers la question des frontières et l’artiste cinéaste Ahmad Ghossein nous mène à la rencontre d’étranges monuments.

Concerts de clôture

Le 18 juin, rendez-vous au fort Saint-Jean dès 19h, avec Gurumiran et son électro-rock empreint de sonorités orientales, avant le concert à la belle étoile du maître oudiste Rabih Abou-Khalil.

Entretien avec Rani Al Rajji

Architecte, designer, DJ et conteur urbain, fondateur de Studio Beirut.
Il propose l’installation / parcours sonore Pas de mer à Beyrouth.
Mucem

Comment va Beyrouth ?

Rani Al Rajji

Beyrouth souffre de l’oubli : une amnésie due à la guerre civile des années 1980. En Europe, on associe en effet encore Beyrouth à la guerre, alors que l’essence et la mission de cette ville, c’est d’être un creuset des cultures de l’Orient et de l’Occident. L’Orient, c’est le « Levant » de notre imaginaire, ce sont les contes qu’on raconte aux enfants, mais aussi la
réalité post Sykes-Picot… La guerre et la brutalité furent certes un trauma qu’il ne faut pas oublier, mais Beyrouth c’est avant tout une fureur de vivre et une source intarissable de contes.

Mucem

Vous êtes à la fois architecte et conteur urbain : une façon, justement, de recréer le lien entre la ville et son imaginaire : est-ce aussi dans cet esprit que vous avez créé le collectif d’artistes et d’architectes « Studio Beirut » ?

Rani Al Rajji

Studio Beirut veut promouvoir la vitalité des espaces publics en ville. Pendant les années de conflit, les lieux abandonnés en premier furent les espaces publics. Ceux-ci ne sont pour autant pas réapparus avec le retour de la paix : les autorités privilégient des espaces dont l’accès est réglementé, et donc contrôlables. Ce qui n’est pas sans incidence sur la vie et la mentalité des gens. Pour Studio Beirut, promouvoir l’ouverture d’espaces publics, c’est promouvoir le dialogue ; c’est retrouver la culture du trottoir et de la corniche en bord de mer, avec tout l’impact que cela peut représenter pour la vie de la cité.

Mucem

Pourquoi avoir nommé votre installation
pour le Mucem Pas de mer à Beyrouth ?

Rani Al Rajji

À Beyrouth et au Liban, la mer est jugée incontrôlable par les décideurs qui désirent en premier lieu l’apprivoiser : pour eux, pouvoir y accéder visuellement est beaucoup plus important que pouvoir y accéder physiquement. Car cela a un prix. Ainsi, à Beyrouth, la plus grande partie du littoral est bétonnée, il reste très peu d’espaces naturels. Toutes ces opérations immobilières poussent les gens vers les collines. Alors que, géographiquement, Beyrouth est une péninsule, aujourd’hui, la ville tourne le dos à la mer : c’est une aberration dangereuse ! Car le lien avec la mer est la raison d’être de Beyrouth : la ville est la fille du port.

Mucem

Vous avez découvert Marseille pour la première fois, afin de préparer votre projet pour le Mucem. Quel regard portez- vous sur cette ville ?

Rani Al Rajji

Mon voyage à Marseille fut une révélation. Quand j’ai vu le rapport qu’entretient Marseille avec son port, j’ai pensé à tout ce que Beyrouth n’a plus : la possibilité de communier avec la mer. Une ville ne se juge pas à ses problèmes économiques. Une ville, c’est là où les gens peuvent se rencontrer, un lieu multiculturel. Voir Marseille m’a attristé pour Beyrouth : tant d’occasions ratées ! Mais je sais aussi qu’ici, cette connexion entre la ville et son port est récente. Pour Beyrouth, c’est un espoir. On peut redresser le navire : Marseille peut devenir l’exemple d’un avenir possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Événements passés

Promenade dessinée, Zeina Abirached

Installation

Cette promenade dessinée se feuillette comme les pages d’un roman graphique : de la terrasse du J4 au fort Saint-Jean, le Mucem est parsemé de dessins grand format créés par Zeina Abirached, à découvrir au fil d’une balade en 3 étapes.

 

Pour autant de fenêtres s…

Sous Beyrouth

Installation

Le Mucem a confié à l’artiste Patrick Laffont le soin d’imaginer la scénographie d’un fort Saint-Jean métamorphosé : cèdre suspendu, immeubles vertigineux, visions singulières…

 

A travers images et installations, ce parcours poétique nous projette d…

Panorama de la littérature libanaise

Rencontre

Avec Najwa Barakat, Hassan Daoud, Charif Majdalani, Fadi Tofeili, Pierre Parlant, Oliver Rohe et Hyam Yared.

Animée par Élodie Karaki, critique littéraire

 

Table ronde avec les auteurs invités des trois jours de rencontres littéraires des…

Beyrouth, histoires au féminin

Lecture et rencontre

Avec Hyam Yared et Najwa Barakat

Animée par Sophie Quetteville, journaliste.

Lecture d’extraits par Darina Al Joundi, actrice.

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 ma…

L’Année de l’automatique

Lecture et rencontre

Lecture en français et en arabe de textes d’Hassan Daoud par Darina Al Joundi.

Entretien-portrait par Tewfik Hakem, critique littéraire.

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 mai sont organisées en collaboration avec la Maison internationale…

Grand entretien avec Charif Majdalani

Lecture et rencontre

Rencontre animée par Thierry Fabre (essayiste).

Lecture par Serge Renko (acteur).

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 mai sont organisées en collaboration avec la Maison internationale des écrivains à Beyrouth (Beyt El Kottab) et en coproduction…

Beyrouth, une ville au présent

Lecture et rencontre

Rencontre avec Pierre Parlant, Oliver Rohe et Fadi Tofeili

Animée par Sophie Quetteville, journaliste.

Lecture par Serge Renko, acteur.

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 mai sont organis…

Une trace à suivre : récit de voisinage, de ville et de lieu

Lecture et rencontre

Lecture du texte de Fadi Tofeili par Darina Al Joundi, actrice.

Entretien-portrait par Tewfik Hakem, critique littéraire.

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 mai sont organisées en collaboration avec la Maison internationale des écrivains à Beyr…

Influences : de Camus à Genet en passant par Giono

Lecture et rencontre

Rencontre avec Najwa Barakat, Hassan Daoud, Charif Majdalani et Oliver Rohe

Animée par Thierry Fabre.

Lectures par Darina Al Joundi et Serge Renko (acteurs)

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7…

La littérature, entre mémoire et oubli

Lecture et rencontre

Rencontre avec Najwa Barakat, Hassan Daoud et Charif Majdalani

Animée par Élodie Karaki, critique littéraire

Lecture par Serge Renko (acteur)

 


 

Les rencontres littéraires de 6, 7 et 8 mai sont o…

Rima Khcheich

Musique

Avec Rima Khcheich (chant), Maarten Ornstein (clarinette), Maarten Van Der Grinten (guitare), Tony Overwater (contrebasse), Ruven Ruppik (percussions)

 

La chanteuse libanaise Rima Khcheich puise son inspiration dans les répertoires arabes vocaux traditionnels po…

Ciné-Beyrouth

Film d'archive

Projection en continu de films d’archives, documentaires, œuvres d’artistes pour autant de regards sur la ville de Beyrouth et ses représentations.

 


 

Du 12 au 23 mai

 

Bidayyat, ou l’amour du cin…

Pas de mer à Beyrouth

Installation

Beyrouth / Marseille : deux villes aux antipodes du monde méditerranéen réunies et superposées dans l’imaginaire de l'artiste Rani Al Rajji.

 

Au fil d’un parcours sonore et visuel à découvrir en 5 « stations » disséminées à travers diff…

son image

Installation

Une immersion dans le Beyrouth du cinéaste Ghassan Salhab : son image est un diptyque vidéo, comme on pourrait le dire d’une peinture.

 

« Portrait » subjectif de sa ville, en sons et images séparés, en deux tableaux, deux vidéos…

Nahla

De Farouk Beloufa

Avec Roger Assaf, Yasmine Khlat, Lina Tebbara

 

Beyrouth 1975 : un journaliste algérien est pris dans le tourbillon des événements qui précèdent la guerre civile. Au-delà des mythes d’une arabité moderne, il déc…

Trêve

Cinéastes libanaises engagées

Riad et ses amis, anciens combattants de la guerre civile, ne vivent plus qu’à travers la passion des fusils et des parties de chasse. En faisant leur portrait, Myriam El Hajj (née en 1983) tente de remonter aux origines de la violence. Pour comprendre comment sa génération pourra sortir du…

Home, sweet home

En raison des difficultés financières de son père, directeur d’une école progressiste dans la banlieue sud de Beyrouth (zone d’influence du Hezbollah), la réalisatrice retourne au Liban. En famille, les discussions sont drôles et animées. À partir de ces confrontations se dessine l…

Civilisées

De Randa Chahal Sabbag

Avec Tamim Kasdi Chahal, Sotigui Kouyate, Jalila Baccar

 

A Beyrouth, pendant la guerre civile, une partie des Libanais ont fui en Europe, abandonnant leurs grands appartements, leurs majestueuses maisons et... leurs…

Leila et les loups

Cinéastes libanaises engagées

De Heiny Srour (, , )

Avec Nadia Zeitouni, Rafic Ali Ahmed

 

Etudiante libanaise en exil, Leila lutte contre le conformisme de la version coloniale et masculine de l'Histoire, et voyage à travers le temps et l'espace à la recherche…

En cette terre reposent les miens

Cinéastes libanaises engagées

De Reine Mitri

 

Voyage à travers les peurs territoriales et démographiques des différentes communautés du Liban. Ou comment la guerre civile a laissé place à une sorte de guerre cadastrale, morcelant totalement le pays. Ce film fut interdit de diffusion au Liban…

Femmes cinéastes au Liban : partages d’expériences

Débat

Avec Myriam El Hajj, Reine Mitri, Nadine Naous et Rania Rafei (réalisatrices), Katia Saleh et Jinane Dagher (productrices)

Modérateur : Samir Ardjoun (journaliste et critique)

 

Avec réalisatrices et productrices, un état des lieux du…

74 (la reconstitution d'une lutte)

Cinéastes libanaises engagées

De Rania et Raed Rafei

 

1974. Une poignée d’étudiants occupe l’Université américaine de Beyrouth durant 37 jours pour protester contre l’augmentation des frais de scolarités. En 2011, Rania et Raed Rafei réunissent un groupe de jeunes militants…

D'une Place des Martyrs à une place martyr

Rencontre

De Fadi Yeni Turk

 

Dans le hors-champ de son film Monumentum, le réalisateur Fadi Yeni Turk propose une exploration de la place des martyrs de Beyrouth et de son monument.

 

« En 2011, j’ai commencé ma recherche sur les…

Monumentum

De Fadi Yeni Turk

 

Une relecture de l’histoire contemporaine à travers l’espace public : alors que dans le monde arabe, les statues à la gloire des anciens régimes sont tombées ; on continue au Liban d’inaugurer de nouveaux monuments céléb…

When the Ventriloquist Came and Spoke to Me

Cette performance est adaptée d'un texte écrit en collaboration avec Rasha Salti

Performance en arabe surtitré en français

 

De Ahmad Ghossein

Opératrice vidéo Nesrin Khodr

Surtitrage Dima…

Une histoire du Liban à travers les œuvres de ses artistes

Par Sirine Fattouh

Concept et performance Sirine Fattouh

Enregistrement sonore en arabe de Gheith Al-Amine

Conseiller son Fouad Bechwati, Studio 21dB

Assistante technique Ch…

Nothing To Declare

Dictaphone Group

Performance en arabe surtitré en français

La performance du 4 juin est suivie d’une discussion avec Pierre Sauvageot, directeur de Lieux Publics (centre national de création)

 

Production: AFAC

Recherch…

Rabih Abou Khalil | Gurumiran

Musique

Le 18 juin, rendez-vous sur la place d’armes du fort Saint-Jean pour la soirée de clôture : dès 19h30, un apéro musical nous invite à la découverte de l’électro-rock empreint de sonorités orientales de Gurumiran ; puis, à la tombée de la nuit, le maître du oud Rabih Abou-…