Ecritures urbaines © DR

Ecritures urbaines © DR

Écritures urbaines, écritures exposées

Colloques/Journées d'études/Formations

Colloque

L’actualité récente relative aux « écritures urbaines » – mouvements sociaux, commémorations de mai 68 – a montré l’importance que celles-ci revêtent dans l’espace public et médiatique. Ce séminaire international et interdisciplinaire propose d’interroger leurs inscriptions dans l’espace. 

Modalités graphiques d’expression et de publicisation de voix plurielles, les écritures urbaines – et plus largement les écritures « exposées » – produisent des discours dont les enjeux politiques, culturels, sociaux et esthétiques intéressent de nombreuses disciplines.

Ce colloque international est organisé dans le cadre du projet POSSIBLE(S) (programme Émergences de la Ville de Paris)et de la revue bilingue et transdisciplinaire Biens symboliques/ Symbolic Goods, publiée en ligne par les Presses Universitaires de Vincennes. Organisé en partenariat avec le Mucem, il est également soutenu par la MSH Paris Nord, par l’Université Paris Lumière, par le Laboratoire d’études en Sciences de l’art (LESA) d’Aix-Marseille université et par la fondation A*MIDEX.

 

Aix-Marseille Université     Biens Symboliques     HAR     Labex    Ville de Paris    Maison des sciences Paris


Programme


9h00—9h15
Accueil des participants


9h30—10h
Tags et graffs, graffitis, graffitis carcéraux : état des lieux des enquêtes-collectes au Mucem (2018-2020)
Resp. : Zoé Carle, Sabrina Dubbeld

10h—12h
Écritures cachées, écritures exposées : les graffitis contestataires, un art de la résistance ?
Resp. : Éric Brun, Zoé Carle

Emmanuel FUREIX (histoire, CRHEC, Université Paris-Est Créteil), Graffitis d’insurgés prisonniers : résistances graphiques (1848-1852).
 
Ariane MAK (histoire, LARCA, Université Paris Diderot), Murs en guerre. Les graffitis du Home Front en Grande-Bretagne (1938-1945).
 
Grégoire LE QUANG (histoire, IHTP, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Quand les murs murmurent : mutations du graffiti contestataire dans l’Italie des années 1970.
 
Guillaume MARCHE (civilisation américaine, IMAGER, Université Paris-Est Créteil), La force de l’inaboutissement politique ? Graffitis, émotions et rapport social esthétisé : étude d’exemples de San Francisco.

 


12h—14h    Pause

14h—15h30
Graffiti Writers : quels espaces d’activité ?
Resp. : Wenceslas Lizé, Julie Vaslin

Pierre-Édouard WEILL (sociologie, Lab-LEX / SAGE, Université de Bretagne Occidentale), (Ex)poser son blaze. Diversité des pratiques et des rapports aux institutions des graffiti writers.
 
Aude LE SAULX-SLIMANE (sociologie, UPEC – LIRTES), L’entrée dans le Graff’ game aux prises d’une aire culturelle rendue planétaire ?

16h—18h
Table ronde – Au-delà des frontières : itinéraires de writers
Resp. : Sabrina Dubbeld, Anne-Sophie Aguilar

Table ronde avec Fabrizio URETTINI, directeur artistique et activiste, Murad SUBAY, street artiste et activiste, Artist Protection Fund Fellows et LabexMed/IREMAM, Sélim MONDZIE, superviseur des effets spéciaux visuels, et Francesco MAGNOCAVALLO, journaliste.

 

Prices

Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

Place Mucem, fort Saint-Jean— I2MP
Day and time

Vendredi 18 octobre de 9h à 18h