Trésors du Mucem

Septembre 2017

Avril 2017 Mai 2017 Juin 2017 Juillet 2017 Août 2017 Septembre 2017 Octobre 2017 Novembre 2017 Décembre 2017

Chaque mois, un membre de l’équipe de la conservation du Mucem est désigné pour sélectionner et travailler autour d'objets issus des collections présentés tous les dimanches à nos internautes sur la page Facebook du Mucem.

En septembre, Julia Ferloni Conservateur du patrimoine nous propose sa sélection.

 

 

 


Dimanche 24 septembre 2017


Photographies d’un jeune acteur du Baïar portant une toque © Marcel Boulin, Mucem
Photographies d’un jeune acteur du Baïar portant une toque © Marcel Boulin, Mucem
Photographies d’un jeune acteur du Baïar portant une toque
Clichés pris par Marcel Boulin
Hautes-Pyrénées, Esquièze-Sère, Esquièze
30/03/1956
6 x 6 cm
Ph.1956.70.161, Ph.1956.70.162,  Ph.1956.70.163
L'édition 2017 d'Actoral, festival international des arts et des écritures contemporaines s'ouvre ce mardi 26 septembre. Jusqu'au 14 octobre, il présente de nombreux spectacles à Marseille, et, en particulier, au Mucem.

Entre mars et avril 1956, les ethnologues Claudie Marcel-Dubois et Marie-Marguerite Pichonnet-Andral ont arpenté les Pyrénées Centrales afin de collecter instruments de musique, enregistrements et témoignages de musiciens, accompagnées par le photographe Marcel Boulin. Dans la commune d’Esquièze-Sère, nos chercheuses se sont intéressées à la danse dite du Baïar. 
Le Baïar est, en ancien français, un cheval-bai. Il fait vraisemblablement référence au cheval le plus célèbre du Moyen Age, Bayard, lié à la geste de Charlemagne. La danse du Baïar associait étroitement la danse proprement dite avec des scènes mimées et des dialogues. Elle avait pour personnage central un acteur, le Baïar, portant une tête et une encolure de cheval en bois sculpté sur le ventre.

Dimanche 17 septembre 2017


Disque 45 tours « Paroles… Paroles… », France, 1972, Mucem
Disque 45 tours « Paroles… Paroles… », France, 1972, Mucem
Disque 45 tours « Paroles… Paroles… »
France, 1972
Carton et disque vinyle
18.1x 18.2 cm
2001.69.16.2479.1-2
Jeudi 21 septembre se déroule à l’Institut des Métiers Méditerranéens du Patrimoine, au Fort Saint-Jean, la première Biennale Internationale d’Etudes sur la Chanson, consacrée aux Espaces de la chanson contemporaine. Les collections du Mucem renferment un fond impressionnant lié à la chanson, principalement française. Partitions, disques, enregistrements, souvenirs de stars de la variété témoignent de la richesse d’un domaine populaire encore peu étudié.

Parole parole est une chanson italienne de Mina et Alberto Lupo composée par Gianni Ferrio et écrite par Leo Chiosso et Giancarlo Del Re en 1972. Ce duo est classé numéro 1 au hit-parade italien en mai 1972, mais en France, c’est surtout son interprétation par Dalida et Alain Delon qui reste dans les mémoires. Enregistré en octobre 1972, Paroles… Paroles… se classe l’année suivante à la 26e place des hit-parades. Sa popularité et sa promotion durent alors beaucoup à Dalida. Retenu par des tournages à l'étranger, Alain Delon était indisponible. Afin de contourner cette difficulté,  la chanteuse interpréta son titre parfois seule, … parfois au téléphone !

Dimanche 3 septembre 2017


Tu Za, El Xupet Negre, Barcelone, 2010, Mucem
Tu Za, El Xupet Negre, Barcelone, 2010, Mucem
Tu Za
El Xupet Negre
Barcelone, 2010
Métal peint
205 x 242 cm
2017.5.1
En ce moment, vous pouvez admirer au Fort Saint-Jean une partie de la collection du Mucem consacrée au rap, tag et graff, présentée dans l’exposition « Graff en Méditerranée ». Notre fonds dans ce domaine ne cesse de s’enrichir, puisque cette année, nous avons acquis l’une des œuvres de l’emblématique graffeur espagnol El Xupet Negre, peinte sur un rideau métallique.
Le graffeur barcelonais El Xupet Negre commence par faire des tags « classiques » (principalement son nom) en 1986. La fameuse « tétine noire » fait son apparition sur les murs de Barcelone dès 1987, réalisée exclusivement au marqueur pendant ses deux premières années d’existence. A partir de 1989, l’utilisation de la bombe permet à Xupet de réaliser des œuvres de couleur en grand format. Très vite, portes cochères, toilettes, stores, murs, autoroutes seront ornés de cette énigmatique tétine. L’originalité du logo vient justement du fait même que ce soit un motif figuratif, fait inédit parmi les signatures de l’époque.
Le sens caché de cette « choupette » répond à un symbolisme résolument naïf mais néanmoins militant : la tétine « chupa » pour « l’union, car on l’a tous quand on est petit », selon l’artiste. Le noir,  pour l’antiracisme.