Trésors du Mucem

Octobre 2017

Avril 2017 Mai 2017 Juin 2017 Juillet 2017 Août 2017 Septembre 2017 Octobre 2017 Novembre 2017 Décembre 2017

Chaque mois, un membre de l’équipe de la conservation du Mucem est désigné pour sélectionner et travailler autour d'objets issus des collections présentés tous les dimanches à nos internautes sur la page Facebook du Mucem.

En octobre, Jean-Roch Bouiller conservateur, chargé de l'art contemporain et Anaïs Avossa, archiviste nous proposent leur sélection.


Dimanche 29 octobre 2017


Photographie, Enfants au spectacle de marionnettes, milieu du XXe siècle, Mucem
Photographie, Enfants au spectacle de marionnettes, milieu du XXe siècle, Mucem
Enfants au spectacle de marionnettes
Milieu du XXe siècle, photographie
1956.14.22
Cette photographie fait écho au festival « En Ribambelle ! » (festival autour des arts de la marionnette et de l’objet) qui a lieu du 29 octobre au 5 novembre 2017.

Les collections du Mucem relatives aux arts du spectacle sont vastes et font partie des fonds constitués dès l’origine du musée, en 1881. Ces collections, riches de près de 35 000 pièces, concernent en particulier les diverses formes de spectacle familiaux, au premier rang desquels les spectacles pour enfants. Elles comportent des marionnettes, des décors de théâtres, des costumes et accessoires mais aussi des documents divers qui témoignent des pratiques populaires autour de ces spectacles. Ces derniers sont souvent issus de collectionneurs ou de passionnés du monde du spectacle qui ont constitué des ensembles plus rares comprenant maquettes, photographies, reportages, livrets, programmes…

Dimanche 22 octobre 2017


Affichette de prévention contre le SIDA, Rabat, Maroc, vers 2007, Mucem
Affichette de prévention contre le SIDA, Rabat, Maroc, vers 2007, Mucem
Affichette de prévention contre le SIDA
Rabat, Maroc, vers 2007, impression couleur sur papier
Don du Dr Fatiha Rhoufrani
2007.38.29
Cette affichette fait écho à la journée d’études « Conserver et exposer la mémoire des épidémies et de la lutte contre le sida » organisée vendredi 27 octobre de 9h à 17h30.

Le Mucem a conduit dans les années 2000 une importante campagne d’enquête-collecte sur le SIDA et les pratiques sociales qui ont découlé de la diffusion de l’épidémie. Un important fonds documentaire ainsi qu’une collection de plus de 6000 objets constituent aujourd’hui un pôle de référence sur l’histoire de la maladie, de sa réception, des politiques de prévention et de traitement médical dans la société contemporaine.
Le principe de l’enquête-collecte consiste à programmer des recherches de terrain pour observer un fait de société dans sa globalité tout en rapportant des témoignages  matériels et immatériels : entretiens filmés, photographies, objets… L’ensemble est analysé systématiquement (rapports, articles) avant de rejoindre les fonds du musée comme matériel d’étude. Lancées dans le cadre de programmes de recherche pluriannuels, ces campagnes  mobilisent des chercheurs et des personnels scientifiques du musée, mais aussi bien souvent des photographes, des vidéastes, voire des artistes qui travaillent sur le terrain en synergie.
Les fonds ainsi constitués comptent des objets modestes, comme cette affiche collectée au Maroc en 2007, témoins précieux de phénomènes de société difficiles à appréhender dans leur globalité.

Dimanche 15 octobre 2017


Bijou en forme de main de Fatma, XXe siècle, Mucem
Bijou en forme de main de Fatma, XXe siècle, Mucem
Bijou en forme de main de Fatma
XXe siècle, or ajouré, don Michel Yvon, 2004
2004.137.132
Ce bijou fait écho au film « Conjurer la peur » d’Ivan Butel projeté au Mucem en avant-première lundi 16 octobre à 19h00.
Cette main de Fatma fait partie d’une collection de 360 bijoux donnés au Mucem en 2004 par un collectionneur qui s’est intéressé aux pratiques populaires liées au port du bijou. Sa fonction est à la fois décorative et apotropaïque, c'est-à-dire visant à éloigner le mauvais sort. Elle appartient de ce fait aux riches collections du Mucem portant sur les talismans. Ces objets de superstition populaire sont destinés à conjurer la peur face aux dangers multiples de l’existence. Le plus souvent portés en permanence directement sur la peau, ils constituent presque une prolongation du corps humain et possèdent une dimension magique. Ce pouvoir surnaturel est renforcé ici par l’usage de l’or dont l’inaltérabilité et l’éclat contribuent à faire penser qu’il peut aider à braver les dangers. Le Mucem prépare pour 2018 une exposition sur les multiples pouvoirs attribués à l’or.

Dimanche 8 octobre 2017


Marionnette de Zinedine Zidane pour l’émission de Canal + « Les Guignol de l'info », Mucem © Yves Inchierman
Marionnette de Zinedine Zidane pour l’émission de Canal + « Les Guignol de l'info », Mucem © Yves Inchierman
Marionnette de Zinedine Zidane pour l’émission de Canal + « Les Guignol de l'info »
1er quart du XXIe siècle, latex peint sur armature métallique articulée
Acquis par le Mucem en 2017
2017.32.1
Découvrez la marionnette de Zinedine Zidane dans l'exposition « Nous sommes foot » proposée au Mucem du 11 octobre 2017 au 4 février 2018.
Cette nouvelle acquisition vient compléter le fonds du Mucem très riche en matière de marionnette grâce à des campagnes d’enquête-collecte menées tout au long du XXe siècle et encore très récemment. Les Guignols de l’info, peuvent être considérés comme les héritiers télévisuels des théâtres satiriques de marionnettes traditionnels, comme celui de Guignol. Cette émission, diffusée depuis 1988 sur Canal+ s’inscrit également dans une filiation plus récente qui est celle du Téléchat ou du Puppet Show.

D’un point de vue technique, les marionnettes des Guignols de l’info sont créées à partir d’un mélange de latex et de différents composants chimiques. Ce mélange, après avoir été mixé, devient mousseux et est coulé dans un moule puis cuit « à l’étuvée ». Cela crée une mousse de latex, matière souple, élastique et relativement légère. Il faut environ une semaine pour la réalisation d’une sculpture qui servira de modèle au moule. Puis la fabrication du moule prend également une semaine en moyenne. Il faut enfin cinq jours pour les finitions : l’intérieur, le corps, les mains, les cheveux, les cils, etc.

Les marionnettes sont articulées grâce à un système de manipulation mécanique.
Deux personnes sont nécessaires pour articuler la marionnette : quelqu’un à l’avant qui s’occupe des bras et avant-bras et un marionnettiste, au-dessus, pour la manipulation de la tête, des lèvres et du mécanisme des yeux.

 


Dimanche 1er octobre 2017


Photographie, Enquête sur la Sologne, Mucem
Photographie, Enquête sur la Sologne, Mucem
Photographie, Enquête sur la Sologne en 1937 :
Le sabotier Monsieur Ange Marie Aimé Corouge et sa femme, Georges Henri Rivière et Madame Guy Stanislas Pison.
Ph.1937.1548
Cette photographie de Georges Henri Rivière, ethnologue et fondateur du Musée national des Arts et Traditions Populaires dont le Mucem a hérité des collections, fait écho à la table ronde proposée samedi 7 octobre 2017 par la société des Amis du Mucem « L’invention du Mucem, des musées de société : pour qui ? Pour quoi ? ».

« Une institution supportée par la société, au service de la société, à des fins de conservation, de recherche et de culture. »
C’est ainsi que Georges Henri Rivière définit le musée le 6 avril 1968 dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la fondation du Musée national de Prague. Fondateur du Musée national des Arts et Traditions Populaires, il a été à la tête de l'International Coouncil of Museum (ICOM) de 1948 à 1966. Presque 50 ans plus tard, ses mots sonnent toujours aussi vrais et semblent porter encore aujourd’hui la vocation du Mucem.

Retrouvez l’intégralité de son discours dans les fonds d’archives du Mucem, consultables au Centre de conservation et de ressources de la Belle de mai, dans la série des manuscrits (cote MS.68.26).