Georges Henri Rivière et Joséphine Baker © Mucem

Pour en finir avec le vieux monde !

À l’époque du Bœuf sur le toit !

Rencontres-débats/Conférences

Avec Germain Viatte (conservateur général du patrimoine, commissaire de l’exposition « Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre »), Marie-Charlotte Calafat (adjointe du département des collections et des ressources documentaires du Mucem, commissaire de l’exposition « Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre »), Béatrice Joyeux-Prunel (historienne de l’art moderne et contemporain), Éric Le Sage (pianiste).

Modérateur : Tewfik Hakem (journaliste)

Dans le bouillonnement des années 1920 et 1930, le jeune Georges Henri Rivière fréquente artistes, musiciens, écrivains et intellectuels au cabaret « Le Bœuf sur le toit », rue Boissy-d’Anglas à Paris, où s’inventent, dans toutes les disciplines, de nouvelles formes de création.
À travers le parcours de Georges Henri Rivière, cette table ronde ponctuée de lectures explore le tumulte des Années folles, et dresse le portrait de ces avant-gardes réunies dans un même élan « pour en finir avec le vieux monde ! »

Germain Viatte

Inspecteur des musées de province (1963), Germain Viatte participe en 1967 à la création du Centre national d’art contemporain (CNAC) puis à la programmation du Centre Georges Pompidou (1969-1977). Il y crée le service Documentation puis est chargé en 1979 des collections du musée national d’Art moderne (MNAM), organisant dans le même temps de nombreuses expositions (« Paris-Paris », 1981 ; « Paul Éluard et ses amis peintres », 1982 ; « Présences polonaises », 1983 ; « Japon des avant-gardes », 1986). Devenu directeur des musées de Marseille en 1985, il les réorganise et présente de nombreuses expositions dont « La Planète affolée » (1986) et « Peinture-Cinéma-Peinture » (1989). Il dirige l’Inspection des musées de France (1989-1990) puis revient au Centre Pompidou où il dirige le MNAM de 1992 à 1997. De 1997 à 2006 il est responsable du projet muséographique du musée du quai Branly.

Marie-Charlotte Calafat

 

Adjointe du département des collections du Mucem et responsable du pôle documentaire et du secteur Histoire du musée, Marie-Charlotte Calafat a participé au transfert des collections du musée des Arts et Traditions populaires. Elle a eu plaisir à repérer dans l’immense fonds reçu du musée des ATP l’apport de Georges Henri Rivière, de ses amis et collaborateurs.

Béatrice Joyeux-Prunel

Béatrice Joyeux-Prunel est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’École normale supérieure de Paris (ENS, Université Paris-Sciences Lettres) au département d’Histoire et théorie des arts. Elle travaille sur l’histoire des avant-gardes et l’internationalisation artistique, à partir de problématiques transnationales et sociologiques, tout en formant les jeunes chercheurs aux humanités numériques. Elle a notamment publié Les avant-gardes artistiques. Une histoire transnationale : volume 1, 1848-1918 (Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 2016) ; volume 2, 1918-1945 (paru en 2017) ; volume 3, 1945-1970 (à paraître en 2019).

Éric Le Sage

Né à Aix-en-Provence, Éric Le Sage est l’un des représentants les plus incontournables de l’école française de piano.
L’année 2010 est pour lui l’aboutissement d’un ambitieux projet qui lui tient à cœur depuis ses débuts : enregistrer et jouer sur scène l’intégrale de la musique pour piano de Schumann.
Il a par ailleurs enregistré, notamment chez BMG-RCA, Denon, Harmonia Mundi, Naive et EMI, un grand nombre de disques, qui ont été chaleureusement salués par la critique. En 2014 sort le dernier des cinq opus qui constituent l’enregistrement de l’œuvre intégrale avec piano de Gabriel Fauré.
Éric Le Sage est aussi, avec Paul Meyer et Emmanuel Pahud, le créateur et le directeur artistique du célèbre Festival Musique à l’Empéri à Salon-de-Provence. Il enseigne à la Hochschule für Musik Freiburg.

 

 

Tarif

Entrée libre

Lieu Auditorium
Horaires

Samedi 15 décembre 2018 à 17h

Voir aussi

  • ©-Boris-Lipnitzki-Roger-Viollet-;-cliche-©-Mucem

    À l’époque du Bœuf sur le toit !

    Temps fort autour de l’exposition « Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre »

    En savoir plus