Lampe de Hannouca, Algérie, MHFA

Les juifs d’Algérie, du décret Crémieux à l’exil

Algérie-France, la voix des objets

Rencontres-débats/Conférences
Table ronde, installation et musique

Avec : Annie Cohen-Solal (historienne) et Joann Sfar (auteur, illustrateur et réalisateur)

Modération : Florence Hudowicz (conservatrice), Tewfik Hakem (journaliste, producteur à France Culture)

Préambule musical : Ensemble de musique Chaâbi avec Hassen Karbiche (chant, mandole), Farid Zebroune (bandjo), Zohir Djemai (violon) et Youcef Kasbadji (percussions)

À partir de 1840, les autorités françaises commencent à planifier la colonisation définitive de l’Algérie, mais le conflit armé avec les résistances locales se prolonge bien au-delà. Par ailleurs, la colonie de peuplement reste minoritaire par rapport à la population indigène. Sous le Second Empire, la voie de la naturalisation française est expérimentée : très parcimonieuse et ciblée, ses effets bouleversent sensiblement le destin des habitants concernés, notamment les juifs d’Algérie.

Sous le régime turc, les juifs d’Algérie étaient soumis à un statut particulier, dont les contraintes furent longtemps dépréciatives. Pour la plupart citadins établis dans les zones côtières, ils ne sont pas forcément hostiles au nouvel occupant venu du nord de la Méditerranée. Les juifs français, émancipés sous la Révolution, s’emploient à promouvoir auprès d’eux l’évolution favorable de leur propre situation.

En 1870, le ministre de la Justice Adolphe Crémieux publie une série de décrets dont le plus fameux permet la naturalisation des « Israélites indigènes d’Algérie ». Cette mesure exceptionnelle, qui provoque des réactions antisémites en Algérie et en France, déclare « citoyens français » plus de 35 000 personnes juives arabophones, mais les distingue dans le même temps des musulmans, demeurés quant à eux « indigènes ». Cette séparation initie une autre histoire : en 1962, la plupart de ceux qu’on appelait « juifs d’Algérie » s’exilent en France.


Dans la vitrine du forum sont présentés des photographies anciennes, des dessins orientalistes et des objets religieux, nous invitant dans l’intimité quotidienne de cette communauté juive d’Algérie et nous permettant de mieux connaître son histoire.

 

Annie Cohen-Solal

Annie Cohen-Solal est née à Alger. Docteur ès lettres, ancien conseiller culturel aux USA, professeur des universités (Berlin, Jérusalem, NYU, Caen EHESS, ENS). Auteure de la première biographie de Sartre (Gallimard, 1985), elle a consacré plusieurs travaux à l’histoire sociale de l’artiste (notamment américain) dont Mark Rothko (Actes Sud, 2013), Magiciens de la terre : retour sur une exposition légendaire, avec Jean-Hubert Martin (Centre Pompidou et Xavier Barral, 2014) ; Un jour, ils auront des peintres, (Folio Histoire 2017).  Elle est commissaire général de l’exposition « Picasso, un étranger dans la cité » (musée de l’immigration, 2021).

Joann Sfar

Joann Sfar est né en 1971 à Nice. Il est dessinateur et scénariste de bandes dessinées, mais aussi romancier, réalisateur et chroniqueur. Chef de file de la génération qui a renouvelé la bande dessinée dans les années 1990, il compte plus d'une centaine d'albums à son actif. Son chef-d'oeuvre reste Le Chat du rabbin, publié chez Dargaud (plus d'un million d'exemplaires vendus). Une série culte qu'il a adaptée en 2011, en collaboration avec Antoine Delesvaux, sous la forme d'un film d'animation qui a reçu un César. Une distinction qu'il avait déjà obtenue pour son Gainsbourg (vie héroïque), une biographie filmée du chanteur. Il a récemment publié deux romans : Comment tu parles de ton père (Albin Michel, 2016) et Vous connaissez peut-être (Albin Michel, 2017).

 


Suivez la soirée en direct sur Facebook


Facebook live Algérie-France

 

 

 

Tarif

Entrée libre

Lieu Auditorium
Horaires

Lundi 9 avril à 18h30

Voir aussi

  • Plateau Algérie, XIXe-XXe siècle Cuivre, fil d’argent, fil de cuivre rouge © Mucem

    Algérie-France

    La voix des objets

    En savoir plus
  • Photographie datée de la période de la guerre d'Algérie, milieu du 20e siècle, MHFA

    L’émigration harkie, un rapatriement pas comme les autres

    Algérie-France, la voix des objets

    En savoir plus
  • (Tribu des) Beni-Yenni, collier, début du 20e siècle, Mucem

    Les Berbères kabyles, des insurrections aux premières émigrations

    Algérie-France, la voix des objets

    En savoir plus