Yves Ternon © DR

Frère arménien, frère juif, frère tutsi : les combats d’une vie

Rencontres-débats/Conférences

Rencontre
Avec Yves Ternon (historien) et Gérard Chaliand (spécialiste des relations internationales)

Jeune chirurgien, Yves Ternon se voit prier par la Fédération de France du FLN d’opérer les blessés algériens de la guerre que se livrent OAS, gaullistes et indépendantistes. Cette irruption tragique de l’histoire dans son quotidien déterminera son engagement pour la justice et les droits de l’homme, mais aussi sa volonté d’établir la vérité des faits.

Dès 1965, il entame des recherches qui le conduisent à publier trois livres sur les crimes des médecins nazis. L’étude de la Shoah, par une série de hasards, l’amène à découvrir que les Arméniens de l’Empire ottoman, en 1915, furent eux aussi victimes d’un génocide oublié, auquel il s’intéresse au moment même où des voix s’élèvent contre sa négation par le gouvernement turc.

Conduit sur près de quarante ans, son travail lui permettra de rapprocher les deux événements, mais aussi de proposer une définition juridique universelle de la notion de génocide. Celui des Tutsis au Rwanda, en 1994, viendra confirmer l’importance d’une telle approche comparée.

Le 9 décembre 2018, en présence d’Yves Ternon, le rapport de la mission Génocides a été remis aux ministres de l’Éducation nationale et des Universités. Il a été convenu que les élèves de terminale recevraient un enseignement spécifique sur les génocides du XXe siècle. Alors que les autorités françaises viennent de décider de commémorer le génocide arménien chaque 24 avril, alors qu’une exposition sur le génocide des Tutsis se tient au Mémorial de la Shoah à Paris, les Mémoires d’Yves Ternon, guidés par les impératifs de liberté, d’égalité et de fraternité, offrent un plaidoyer contre la haine raciale et le négationnisme.

Dans le cadre de la 8e édition d’Amnésie internationale, organisée par la Jeunesse arménienne de France.
Yves Ternon

Né en 1932, docteur en histoire, pionnier des genocides studies, Yves Ternon a exercé la chirurgie jusqu’en 1997. Son travail sur les violences de masse aboutira, entre autres, à la publication de L’État criminel (Le Seuil, 1995). Président du Conseil scientifique international sur l’étude du génocide des Arméniens et membre du conseil scientifique du Mémorial de la Shoah, il a contribué, avec Gérard Chaliand, à l’ouvrage collectif Le Crime de silence (L’Archipel, 2015).

 

Tarif

Entrée libre

Lieu Auditorium
Horaires

Jeudi 18 avril 2019 à 18h45