• 1. Liza lou the damned, 2004 © Liza Lou photo Charles Duprat 2. Jason et la toison d'or, cratère en calice à figures rouges © RMN Grand Palais (Musée du Louvre) Hervé Lewandowski
    1. Liza lou the damned, 2004 © Liza Lou photo Charles Duprat 2. Jason et la toison d'or, cratère en calice à figures rouges © RMN Grand Palais (Musée du Louvre) Hervé Lewandowski

Or


J4 niveau 2 (1 200 m²) | Du mardi 24 avril 2018 au lundi 10 septembre 2018

Objet de convoitise et de conquête, traditionnellement symbole de pouvoir et de richesse, l’or est aussi, par sa plasticité même, le matériau de toutes les métamorphoses, qualité faisant de lui un support privilégié dans les arts.
Croisant histoire et création contemporaine, cette exposition rassemble des chefs-d’œuvre témoignant de la fascination des civilisations euro-méditerranéennes pour ce matériau depuis plus de trois mille ans.
On y trouvera à la fois des objets archéologiques (lingots, masques funéraires, parures…), des objets issus des collections du Mucem (métiers liés à l’or, reliquaires, objets rituels…), des films et documents ainsi que des œuvres d’art moderne et contemporain, parmi lesquelles celles d’Ossip Zadkine, Victor Brauner, Yves Klein, James Lee Byars, Louise Bourgeois, Jean-Michel Othoniel, Johan Creten, Liza Lou…
Pépites et parures, statues et reliques, objets de culte ou d’apparat témoignent en effet des différentes thématiques abordées dans l’exposition : la fascination pour l’or et sa thésaurisation, la quête effrénée de ce matériau et ses impacts négatifs sur les hommes et l’environnement, les aspects techniques liés à sa transformation, depuis les gestes les plus concrets jusqu’à l’illusion alchimique, les dimensions symboliques, associées à la divinité et au pouvoir, ses aspects festifs, rituels et démonstratifs.
Il ne s’agit donc pas d’offrir au public une nouvelle accumulation de trésors qui ne retiendraient de ce métal précieux que son éclat mort. Le dialogue entre archéologie, histoire et création contemporaine permettra au contraire d’appréhender l’or dans ses imaginaires oniriques, politiques et sa luminosité créatrice.


Commissariat général : Jean-Roch Bouiller, conservateur en charge de l’art contemporain au Mucem—Philippe Jockey, Professeur d’histoire et civilisation grecques à Aix- Marseille Université—Myriame Morel-Deledalle, conservatrice en chef du patrimoine, responsable du secteur Histoire au Mucem—Marcel Tavé, conseiller en création contemporaine