• Après Babel, traduire
    Après Babel, traduire
  • Georges de La Tour, Saint Jérôme lisant, XVIIe siècle
    Après Babel, traduire
  • Le cerveau mécanique
    Georges Artsrouni, Machine à traduire électromécanique dite « Le cerveau mécanique », 1933-1935.
  • Markus Raetz, Métamorphose 1, 1991.
    Markus Raetz, Métamorphose 1, 1991.
  • Mucem affiche propagande
    Affiche de propagande, non datée.

Après Babel, traduire


J4 niveau 2 (800 m²) | Du mercredi 14 décembre 2016 au lundi 20 mars 2017

«La langue de l’Europe, c’est la traduction»

Umberto Eco

Le Mucem présente du 14 décembre 2016 au 20 mars 2017 l’exposition Après Babel, traduire. 

«Babel»: en hébreu, cela veut dire «Confusion». Babel, la diversité des langues, est-ce une malédiction ou une chance? Réponse: une chance, à condition de traduire.

La traduction est l’un des grands enjeux culturels et sociétaux d’un monde globalisé. Traduire, c’est préférer à une communication rapide et basique dans une langue dominante plus ou moins artificielle (aujourd’hui le «global english» ou globish) un travail coûteux et parfois déconcertant sur la différence des langues, des cultures, des visions du monde, pour les comparer et les mettre en harmonie.

La traduction est d'abord un fait d'histoire: les routes de la traduction, via le grec, le latin, l'arabe, sont celles de la transmission du savoir et du pouvoir. «La langue de l’Europe, c’est la traduction», a dit Umberto Eco. Les civilisations d’Europe et de Méditerranée se sont construites sur cette pratique paradoxale: dire «presque» la même chose, et inventer en passant, à la confluence des savoirs et des langues.

C'est aussi un enjeu contemporain. La diversité des langues apparaît souvent comme un obstacle à l’émergence d’une société unie et d’un espace politique commun, mais l’exposition Après Babel, traduire inverse cette proposition et montre comment la traduction, savoir-faire avec les différences, est un excellent modèle pour la citoyenneté d’aujourd’hui.

Partant d’une abstraction—le passage d’une langue à une autre—, l’exposition donne à voir, à penser et à voyager dans cet entre-deux. Du mythe de Babel à la pierre de Rosette, d’Aristote à Tintin et de la parole de Dieu aux langues des signes, elle présente près de deux cents œuvres, objets, manuscrits, documents installations, qui manifestent de façon spectaculaire ou quotidienne les jeux et les enjeux de la traduction.


— Commissariat général de l’exposition: Barbara Cassin, directrice de recherche au CNRS, philologue et philosophe
— Commissariat exécutif: Sophie Bernillon, conservateur des bibliothèques au Mucem
— Conseil scientifique: Annie Berthier, Jean-Marie Borzeix, Patricia Falguières, Thierry Grillet, Alain de Libera, Jacques Leenhardt, Charles Malamoud, Charles Mela, Xavier North, Carlo Ossola, Roland Schaer, Danièle Wozny

 

L’interview de la commissaire d’exposition, Barbara Cassin

Mucem (M) Pourquoi une exposition sur la traduction? Quel est son propos?
 
Barbara Cassin (BC)

Cette exposition est bâtie autour de deux grandes idées. La première, c’est que «notre» civilisation s’est construite à travers la traduction, par la traduction, au moyen de la traduction. En effet, le passage d’une langue à l’autre, c’est aussi la transmission des savoirs et la transmission des pouvoirs: de la Grèce à Rome, de Rome au monde arabe… Nous allons donc montrer comment la traduction participe à la constitution même des civilisations d’Europe et de Méditerranée.
Il s’agit d’autre part de mettre en évidence que la traduction, c’est un savoir-faire avec les différences. J’y vois un véritable enjeu de civilisation contemporain: si à l’école—plutôt que de dire «asseyez-vous», et «taisez-vous», ou «parlez français»—, on commençait à réfléchir «en langues», à partir de ce que les enfants savent, et à articuler leurs savoirs; on aurait peut-être une autre manière d’appréhender la citoyenneté. C’est une exposition scientifique, mais aussi très politique.

M En quoi la pluralité des langues est-elle condition de l’enrichissement du monde?
 
BC Une langue, c’est comme un filet qu’on jette sur le monde. Et selon le maillage du filet, l’endroit où on le jette et le moment où on le fait, on ramène d’autres poissons. Si je vous dis «Bonjour», je ne dis pas «Salam» ou «Shalom» («Que la paix soit avec vous»). Je ne dis pas non plus, comme les anciens Grecs, «Khaire» («Jouis», «Réjouis-toi»), qui est encore différent du «Vale» latin («Porte-toi bien»). On n’ouvre pas le monde de la même manière. La diversité des langues témoigne de la diversité des représentations du monde et des cultures. Les langues sont autant de visions d’un même monde… mais encore faut-il le construire.
 
M Comment s’articule l’exposition?
 
BC Elle se déploie en trois séquences. Nous allons d’abord partir du titre de l’exposition et nous interroger sur ce qu’est «Babel»: qu’est-ce que la pluralité des langues? Est-ce une malédiction ou une chance? Cette première séquence fait la part belle au merveilleux (tours de Babel, lamelles d’or étrusques, pierre de Rosette, etc.). La seconde est quant à elle plus scientifique: nous allons suivre les routes de la traduction à travers une installation interactive, comme un plan de métro dont les lignes sont Aristote, Euclide, Ptolémée, Galien, les Mille et une nuits, Marx et Tintin. En suivant ces routes de la traduction, nous suivons les changements successifs des œuvres, les manières dont elles s’enrichissent et se transforment à la confluence des langues et des savoirs, et puis ce que tout cela fabrique comme objets techniques.
 

«Le passage d’une langue à l’autre, c’est aussi la transmission des savoirs et la transmission des pouvoirs: de la Grèce à Rome, de Rome au monde arabe…»

M C’est aussi dans cette seconde séquence que vous abordez la question de la «parole de Dieu»…
 
BC Peut-on traduire la parole divine? Nous nous sommes intéressés aux trois monothéismes pour savoir quel est à chaque fois le rapport, dans la Torah, la Bible et le Coran, à la langue de la «révélation». Chemin faisant, nous verrons aussi comment via les traductions de la Bible se sont, en partie, inventés les alphabets et fixées les langues vernaculaires d'aujourd'hui: l’allemand, l'arménien, le tchèque, le cyrillique… Tout comme le français. Nous nous intéresserons enfin à quelques contre-sens plus ou moins volontaires dans la traduction des textes sacrés: par exemple, Moïse est-il «rayonnant» ou «cornu». Quant à Eve, a-t-elle été créée «de la côte» d’Adam ou «à côté» d’Adam?
 
M Les difficultés de la traduction sont au cœur de la dernière partie de l’exposition…
 
BC

Qu’est-ce qu’on traduit et qu’est-ce qu’on ne traduit pas? Ce qui ne se traduit pas, c’est le «corps des langues»: la matière sonore et signifiante, aussi singulière que la différence des caractères en typographie… On le fait voir et entendre à travers des rébus, des œuvres musicales, poétiques et plastiques, dont un «idiotisme» de Duchamp.
L’exposition se conclut par une tentative de montrer que ce qui compte, au fond, c’est ce qu’il y a «entre». La traduction est une manière privilégiée d’inventer «entre» les langues. Tout se passe dans cet «entre»: ce n’est ni tout à fait la même chose, ni tout à fait une autre… Comme l’homme au chapeau de Markus Raetz, dont l’ombre projetée dessine… un lapin.


Vidéo

Œuvres clés

L'exposition

Une exposition en trois moments

danica_dakic_zid_wall_installation_video_1998©courtesy_the_artist_and_gandy_gallery©adagp_paris_2016
Danica Dakić, ZID/WALL, 1998, installation video. Dakić -Trogemann, Düsseldorf © Courtesy Danica Dakić and Gandy Gallery © ADAGP, Paris 2016

Le parcours de l’exposition se divise en trois moments:

Dans le premier, «Babel, malédiction ou chance: politiques de la langue», très visuel, on s’émerveillera des objets présentés, qu’il s’agisse des représentations de Babel comme l’énorme tour de Tatline, des pièces célèbres comme les vases grecs du Louvre et la pierre de Rosette, ou encore de la véhémence de l’expression socio-politique, avec Chéri Samba.

Dans le second, «Les flux et les hommes», plus historique et didactique, on comprendra le parcours en langues des oeuvres qui fabriquent les civilisations de la Méditerranée, avec la traduction des textes sacrés et l’émergence des vernaculaires, avec aussi la mise en visibilité des oubliés de la culture que sont les traducteurs.

Dans le troisième, «Traduisibles/intraduisibles», on s’interrogera à partir d’oeuvres parfois énigmatiques sur ce qui résiste à la traduction.

Babel, malédiction ou chance?

Yang Yongliang, Heavenly City—Skyscraper, 2008, impression jet d’encre, Shanghai © Yang Yongliang
Yang Yongliang, Heavenly City—Skyscraper, 2008, impression jet d’encre, Shanghai © Yang Yongliang
Cheri Samba les tours de Babel, 2008
©cheri samba, photo matthieu lombard collection privee

La diversité des langues s’est nommée «Babel», «confusion». La tour de Babel ressemble aux ziggurats dont les sceaux-cylindres de l’empire de Babylone conservent l’empreinte, et le mythe biblique est là pour dire l’échec de la tentative d’une langue et d’un pouvoir uniques pour tous les hommes. Mais Babel, la pluralité des langues, est-ce vraiment une malédiction, un châtiment, ou bien plutôt une chance? On explore l’alternative à travers les représentations contradictoires de Babel, comme celles d’Abel Grimmer au tout début du 17e siècle, tantôt roses et heureuses, tantôt étendant leur ombre noire sur le monde; à travers aussi la mondialisation du mythe, tout aussi ambiguë, de la tour de Boulée dressée comme une cheminée d’usine à la maquette de la tour de Tatline, monument à la 3e internationale, et de la Bibliothèque de Borgès aux explosions atomiques de Yang Yongliang… Que se passe-t-il donc quand on fait le choix d’une seule langue, et qu’advient-il alors de l’autre et de sa langue? Il y a plusieurs types de langue unique, de l’esperanto (affiche Marseille) au globish, ce global english de communication mondiale (dont l’ancêtre fut peutêtre la langue diplomatique inventée par le pharaon Akhenaton, retrouvée à Amarna), et aux pictogrammes de la Sonde Pioneer destinée aux extra-terrestres.

Politiques de la traduction

Mais la langue est toujours un enjeu politique, et l'importance accordée à la traduction dépend de la manière dont on considère l'autre, l'étranger: elle implique qu'on sache articuler les différences. Les anciens Grecs, fièrement monolingues, stigmatisent comme «barbare» celui qui ne parle pas comme soi: Blah blah blah, Mel Bochner met en scène l'onomatopée (comme Babel, babil, ou berbère) que devient la langue de l'autre, qu'il soit Perse comme sur les vases du Louvre ou «Long-nez» comme nous pour les Chinois. On impose une langue, sa langue, par des décrets comme celui de Villers-Cotteret, ou celui sur le statut des langues régionales, par la colonisation (Chéri Samba, Les Tours de Babel dans le monde). D'autres politiques existent, à l'œuvre en Afrique du Sud par exemple, dont on présente la constitution en onze langues nationales, qui conserve partout le mot zoulou: ubuntu («réconciliation»? «fellowship»? «nous sommes donc je suis»…).

La traduction partout toujours

A vrai dire, la traduction est une évidence. Elle existe sitôt que deux langues, cultures, civilisations, entrent en contact. Le visiteur est immergé dans la visibilité de ce processus: témoignages du passé et du présent, objets et documents bilingues, trilingues, multilingues... Des tablettes de Sumer et des lamelles de Pyrgi pour la fondation d'un temple étrusque, de la Pierre de Rosette ou de la stèle de Xi'an, aux étiquettes de vêtements ou aux menus de restaurants dans notre vie de tous les jours, la différence des langues, rendue sensible par celle des alphabets, s’accompagne de leur mise en rapport. Les objets présentés, monumentaux ou d’utilité quotidienne, font voyager dans le temps, dans l’espace, comme dans les technologies mises en œuvre (argile, pierre, parchemin, papier, tissu, métal, numérique). Aux grands témoins, répond le biotope de notre quotidien urbanisé, avec le concours de photographies légendées «Babel contemporaine», en partenariat avec Philosophie Magazine.

Enfin, avec le court film Marseille en v.o., on saisira le changement d'une langue à l'autre (dit «alternance codique»), à travers ces conversations plurilingues que nous pouvons entendre en passant dans la rue.

Les flux et les hommes

Histoire d’Ali-Baba et des quarante voleurs, Epinal, 1850—1900 Lithographie. Mucem, Marseille
Histoire d’Ali-Baba et des quarante voleurs, Epinal, 1850—1900 Lithographie. Mucem, Marseille
Affiche russe «Vive la 3ème internationale communiste!—Long live the third communist international!—Evviva il terza internazionale communista!—Es lebbe die dritte kommunistche internationale!», 1917—1921.
Bibliothèque nationale de France, Paris © BnF
Lucas Cranach Le Jeune, Portrait de Martin Luther, 1546, huile sur bois, Musée international de la  Réforme, Genève
© Collection privée, Genève. En dépôt au Musée international de la Réforme
Georges de La Tour, Saint-Jérôme lisant, 17e siècle, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris.
© RMN—Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi

Traduction et invention des savoirs

La traduction ne se réduit pas à un simple processus de communication. Nous sommes les produits de la traduction, et c’est particulièrement sensible à Marseille, en Méditerranée, en Europe. De fait, «notre» civilisation s’est dessinée à travers ce que le Moyen Âge appelle la translation des savoirs, qui est aussi un transfert de pouvoir, d'une langue et d'une culture dominante à une autre—transferts du, et vers, le grec, le latin, l’arabe, routes de la traduction, comme il y a des routes de la soie.

Le dispositif interactif «Les routes de la traduction» permet de suivre, comme si c'étaient des lignes de métro, les trajets de quelques grandes œuvres qui constituent la matrice des savoirs, des techniques, de l'imaginaire, de la pratique, à travers la Méditerranée et au delà. Les lignes ont pour nom Aristote, Euclide, Ptolémée, Galien, les Mille et une Nuits, Marx et Tintin; les stations et les changements sont Athènes, Rome, Constantinople, Alexandrie, Bagdad, Tolède, Padoue ou Londres… Au fil des traductions, manuscrits et objets techniques à l'appui, le visiteur est conduit à mettre en œuvre la perspective, à polir les lentilles d’une lunette, à fabriquer un astrolabe, à interroger l’intérieur du corps humain. Certaines œuvres, comme Les Mille et une Nuits, sont même fabriquées par leur traduction. D’autres, Marx par exemple, les affiches en témoignent, se répandent immédiatement comme des traînées de poudre. Quant à Tintin, le reporter du Petit Vingtième, il est traduit en autant de langues que la Bible.

Traduire la parole divine?

Mais peut-on traduire la parole de Dieu, révélée dans une langue par là même sacrée? Entre interdit et prosélytisme, les livres des trois religions révélées, Torah, Bible et Coran, entretiennent avec la traduction un rapport très différent que rendent visible les manuscrits et les éditions. A travers la tradition juive et son foisonnement herméneutique, on perçoit l’émergence de la notion même de traduction: le texte hébreu est presque toujours accompagné du targum, en araméen; Talmud, Midrach, Hallakah, font partie intégrante de la transmission; et la Septante, traduction en grec de la Torah, est une commande juive—les quelques soixante-dix sages commis à cette tâche auraient même rendu un texte identique au mot près (lettre d'Aristée et plafond de Versailles)…

La Bible chrétienne se déploie en langue latine avec la Vulgate de Saint Jérôme, patron des traducteurs que l'on représente à l'infini (portrait par Georges de La Tour, gravure de Rembrandt, mur des Saint-Jérôme); ses traductions sont à l’origine ou à la consolidation des langues vernaculaires et parfois des alphabets, avec Mesrop Mashtots pour l'arménien, Cyrille et Méthode pour le cyrillique, ou Luther pour l'allemand (portrait par Cranach). Le Coran, quant à lui, doit rester dans la langue de sa Révélation, l'arabe; mais on peut en traduire «le sens», comme en témoignent les premières versions juxtalinéaires, avec un mot sous un mot, en persan par exemple.

Comment d'ailleurs être sûr du sens? Les traductions, qui jouent sur les équivoques linguistiques, n'ont rien d'innocent. On en prend trois exemples, magnifiés par de grandes œuvres. Moïse karan, était-il «cornu», et un peu diabolique, comme celui de Michel-Ange, ou bien «rayonnant», comme chez Chagall - ou un peu des deux, comme Millet dans son «Autoportrait en Moïse»? Et Eve, est-elle née de la côte d'Adam, en femme soumise à l'homme dont elle est une partie, comme dans le plupart des enluminures, ou bien a-t-elle été créée «à côté» de lui, comme montre Rodin dans La Main de Dieu? Et à quoi ressemble donc l'arbre du bien et du mal? Est-ce un "pommier" par simple mégarde traductive parce qu'en latin, malum avec un a court signifie «mal», et avec un a long «pommier»! Ou plutôt un figuier comme chez Blake, voire un champignon hallucinogène comme dans la magnifique petite abbaye de Plaincourault?

Le traducteur invisible: du drogman à l'artiste

Enfin, toutes ces traductions sont liées à des hommes, professionnels du doublage, interprètes, traducteurs, passeurs, qu’on fera sortir de leur invisibilité en proposant une cimaise de portraits, de Cicéron à Amadou Hampâte Bâ. L'installation de Muntadas joue avec le métier d'interprète. On pénètrera dans l’atelier du traducteur, avec Baudelaire, Mallarmé, Artaud, Pessoa qui réinventent Edgar Poe dans leur langue et pour leur compte de poète, chacun son «Corbeau», comme en témoignent les manuscrits et les ouvrages, en dialogue avec Manet et Odilon Redon. L'exposition et ses ateliers permettront à chacun de faire l’expérience critique du traduire, tant en dialogue avec des traducteurs  qu’en interaction avec des machines, dont on verra l'ancêtre le «cerveau mécanique» de Georges Artsrouni.

Traduisible/intraduisible

Johannes Gumpp, Autoportrait autre (Triple autoportrait), 1646, huile sur toile  Galerie des Offices, Florence
© Bridgeman images

L'intraduisible corps des langues

Les difficultés de traduction sont au cœur de la dernière partie de l'exposition. Les «intraduisibles» sont les symptômes de la différence des langues; c’est pourquoi ils sont si précieux: à travers eux, on enrichit et on complique sa propre perception du monde. On le montrera de manière très concrète et souvent ludique.

C’est d’abord le «corps des langues» qui fait obstacle, matière sonore et signifiante, matière visuelle aussi via la typographie (Ed Lissitsky, «Veshch-Gegenstand-Objet»). On le rend perceptible au moyen des onomatopées, des idiotismes, des rébus, des chansons, tous les jeux sur le son et le sens (Dario Fo, qui a seulement l'air de parler anglais, allemand, italien…). Comment chante un coq anglais, comment miaule un chat chinois? Et la pluie qui tombe: des cordes et des hallebardes (en français), des pierres (en wolof), ou des chats et des chiens (en anglais)? Avec le signifiant et l'équivoque, matérialisés dans les rébus, on touche au rêve et à l'absurde. Duchamp dessine un idiotisme, Pulled at four pins, qui n'a de sens qu'en français! Un juke-box permet d'entendre «Comme d'habitude», «My way» en anglais, dans une dizaine de langues, et «Lili Marlene» passe avec sa traduction-transformation du nazisme à la résistance.

Le malin génie des langues

On touche ainsi à l’encombrant problème du «génie» des langues, rapport langue-peuple-culture, lieu par excellence des idées reçues. Pour les défaire ou les réinventer, nous proposons un détour, avec Nurith Aviv et Emmanuelle Laborit, par les langues des signes, qui signent différemment le «ciel» et le «bleu», la «culture» ou l’«amour», en japonais, en américain ou en français.

Et Bertrand Lavier, dans Polished, en montre l'emprise sur le quotidien en fabriquant douze dyptiques qui confrontent un protocole de fabrication et l’objet correspondant; le protocole dans sa version originale est en français, puis il est traduit et mène à la réalisation d’un deuxième objet, puis la traduction est traduite, etc. Des génies singuliers, mais sans nationalismes. Une pluralité qui complique l'universel et fabrique un monde avec du divers.

Entre le même et l'autre

Chaque langue est d’abord une somme singulière d’équivoques, d’ambiguïtés motivées, évidemment incomparables, mais pourtant appropriables d’une langue à l’autre. Une langue, ça n'appartient pas, ça se partage, ça s'apprend, ça se vole. La littérature, brésilienne en particulier, avec «l’anthropophagie» d’Oswald de Andrade, et «l’intraduction» des Frères Campos, va jusqu'à ingérer la langue des Tupis comme celle de Gertrud Stein.

La traduction est une manière privilégiée d’inventer entre les langues. Ce qui compte, au fond, c’est ce qu’il y a «entre». Tout se passe dans cet «entre»: ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. C'est toute la problématique de la représentation, au fondement de la peinture, qui se trouve pour finir sollicitée, en deux scansions extrêmes écartées dans le temps: le triple autoportrait de Johannes Gumpp, et l’homme au chapeau de Markus Raetz, dont l’ombre projetée dessine… un lapin. On sort en traversant une représentation de «La représentation  impossible» de Magritte, où l'homme de dos face au miroir se reflète encore de dos. Y a-t-il un original?

Dispositifs créés pour l'exposition

Nurith Aviv en collaboration avec Emmanuelle Laborit, Signer en langues, 2016, film  Production Mucem / 24 images
© Nurith Aviv, 2016

«Babel?»

Dispositif audio-visuel permettant de voir se dérouler le texte de la Genèse (11, 1—9) dans la traduction de la Vulgate, et d'entendre simultanément d'autres traductions, très différentes, de ce même texte, lues par Daniel Mesguich.

«Les routes de la traduction»

Table interactive permettant de suivre, comme des lignes de métro, les trajets de quelques grandes œuvres qui constituent les savoir, les techniques, l'imaginaire, la pratique, à travers la Méditerranée et au delà: Aristote, Euclide, Ptolémée, Galien, les Mille et une Nuits, Marx et Tintin; les stations ont pour nom Athènes, Rome, Constantinople, Alexandrie, Bagdad, Tolède, Padoue ou Londres…

«Marseille en V.O.»

Film d'Antoine Grunenberger et Sebastian Uria Fernandez (SATIS), idée de Médéric Gasquet-Cyrus, sur les langues parlées à Marseille. Chaque scène nous entraîne dans un lieu où conversent des personnes plurilingues. De ces rencontres émerge l’alternance codique, ou présence alternée et signifiante de plusieurs langues dans un même échange.

«Signer en langues»

Film de Nurith Aviv avec Emmanuelle Laborit, sur la différence entre les langues des signes. On y voit se déployer quelque chose comme le génie des langues, mais sans nationalisme. 

Installation de Pierre Giner, dans le hall d'entrée

Présentation virtuelle de ce qu'il y a et de ce qu'il pourrait y avoir dans cette exposition, permettant à chacun de construire et d'imprimer son parcours.

Deux traducteurs en résidence pendant la durée de l'exposition, Moshe Ron et Mohamed Maouhoub, traduiront le même texte de Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l'autre, l'un vers l'hébreu et l'autre vers l'arabe, et dialogueront entre eux et avec le public sur les difficultés qu'ils rencontrent (bourses du CNL).

Barbara Cassin, commissaire de l'exposition

Portrait de Barabara Cassin
© Rita Scaglia, 2016

Barbara Cassin, directrice de recherches au CNRS, est philologue et philosophe, spécialiste de philosophie grecque. Ses recherches portent notamment sur la rhétorique, la sophistique, la psychanalyse: L’Effet sophistique, Gallimard, 1995; Jacques le Sophiste, Lacan, logos et psychanalyse, Epel, 2012; Sophistical Practise. Toward a consistent relativism, Fordham, 2014, ainsi que sur le rapport à la langue et à la traduction: La Nostalgie, Quand donc est-on chez soi? Ulysse, Enée, Arendt, Autrement, 2013.

Elle a dirigé le Vocabulaire Européen des Philosophies, Dictionnaire des intraduisibles, Seuil/ Le Robert, 2004, en cours de traduction dans une douzaine de langues.  

En 2012 paraît son ouvrage Plus d'une langue, coll. Les petites conférences, Bayard, Paris.

Chevalier de la Légion d'honneur, elle a reçu en 2012 le grand prix de philosophie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre et en 2015 le French Voices Grand Prize pour la traduction américaine de La Nostalgie.

Son dernier ouvrage Eloge de la traduction. Compliquer l’universel vient de paraître aux éditions Fayard.

Jacques Sbriglio, scénographe

Scénographie de l'exposition Après Babel, traduire
Agnes Mellon

Jacques Sbriglio est architecte urbaniste. Il dirige l’agence Sbriglio architectes installée au cœur de la métropole Aix-Marseille. Parmi ses différents secteurs d’activité, comme l’urbanisme et l’architecture, cette agence compte également de nombreuses références en France et à l’étranger en matière de scénographie d’expositions. Parmi celles-ci on peut noter: l’Arteplage de Neuchâtel en Suisse (2002), mais également toute une série d’expositions réalisées autour de l’œuvre de Le Corbusier, que ce soit en Autriche (1998), à Taiwan (2002), en Inde (2007), au Brésil (2009), et enfin à Marseille (2013) dans le cadre de l’année Capitale de la culture. Il vient de réaliser la scénographie de l’exposition Café In au Mucem (du 26 octobre 2016 au 23 janvier 2017). Professeur des Écoles d’architecture, Jacques Sbriglio est l’auteur de nombreux ouvrages, articles et conférences sur l’architecture moderne et contemporaine. 

www.sbriglio-architecte.fr

«Partir de quelques mots pour penser un espace entièrement dédié à la traduction et à ses inévitables différences, voire ses contradictions.

Le premier sera donc «le mur» pris au sens d’un mur d’images et d’objets porteurs des différentes thématiques développées dans cette exposition. Mais un mur conçu comme un ruban rappelant, s’il était nécessaire, que la traduction est un processus continu, mieux, une véritable invention se déroulant à l’infini.

Le deuxième est «l’entre» à la fois au sens d’entrer mais également de relier. Ici cet «entre», ce passage d’un texte à un autre, est symbolisé par les discontinuités aménagées tout au long du déroulé de la cimaise centrale, invitant le visiteur à accomplir physiquement ce rite du passage.

Le troisième est le «décalage», entre les éléments de cimaises comme pour marquer les différences et les ambiguïtés de la traduction mais également, pour signifier que ces différences dans leur pluralité, leur diversité sont une chance pour toute civilisation.

Quant à la référence à la Méditerranée comme lieu des origines d’un grand nombre de textes sacrés, elle vient s’inscrire par sa proximité, en contre-point de la scénographie de cette exposition.»

Jacques Sbriglio, Architecte scénographe

Edition

Catalogue d'exposition Après Babel, traduire, Mucem

Après Babel, traduire

Catalogue d'exposition sous la direction de Barbara Cassin

Découvrir


Toutes les activités et événements

Evénements passés

Après Babel, traduire

Visite de l’exposition Après Babel, traduire

Partant d’une abstraction le passage d’une langue à une autre, l’exposition donne à voir, à penser et à voyager dans cet entre-deux. Du mythe de Babel à la pierre de Rosette, d’Aristote à Tintin et de la parole de Dieu aux langues des signes, elle présente des oeuvres et des objets, des manuscrits, des documents et des installations qui manifestent de façon spectaculaire les jeux et les enjeux de la traduction.

Découvrez cette exposition avec un guide conférencier du Mucem.

Nuit vernie, Après Babel, traduire

Musique

Vous n’avez pas encore vu l’exposition Après Babel, traduire ? Lors de cette nocturne, les étudiants d’Aix-Marseille Université s’improvisent guides d’un soir pour vous faire partager toutes leurs découvertes de façon originale et décalée.

Africarabolatinoccidental Trip, création musicale live de Délicieuse Musique.

Rendez-vous au forum pour un Dj set en « back to back » de Délicieuse Musique cosmopolite et métissé : ce soir, on danse dans toutes les langues ! Dès 19h, le collectif vous entraine dans la création musicale live : les musiques actuelles s’emparent du mythe de la tour Babel. 
 

En partenariat avec Aix-Marseille Université, l’association étudiante Courant d’Art, le lycée Charles Péguy, Borderline et Délicieuse Musique.

 

Bar & restauration by Borderline

 

Les Nuits vernies proposent une expérience nouvelle du musée : visites atypiques, performances et événements décalés. La prochaine Nuit vernie aura lieu le 31 mars 2017 en compagnie de Délicieuse Musique pour une relecture musicale de l’exposition Vies d’Ordures.

MinotBabel

Avec ce concert participatif mêlant chansons festifs, récits, rythmes, paroles, sons, langues et mélodies, les cinq musiciens-chanteurs de Radio Babel Marseille nous mènent avec leurs voix d'un pays à l'autre, d'une langue à une autre. Grâce à leur « polyphonie polyglotte », leurs bagages à partager et une énergie débordante, ils invitent petits et grands à voyager au-delà des mots et des langues.  

 

 

Création spéciale pour le Mucem, à partir de 6 ans

 

 

 

Artiste(s) et collaborateur(s)  : 
Radio Babel Marseille
film allo berlin Après Babel, traduire

Le cinéma, langue universelle ?

Depuis les intertitres du muet, cette affirmation n’a cessé d’être démentie. Mais si, ensuite, la traduction a souvent tâché de se faire oublier, elle est ici très présente, et de façon surprenante: les dialogues détournés hilarants de «La classe américaine»; dans un mélange français/allemand convoquant Babel pour le conjurer (Allô Berlin? Ici Paris!); dans une VF modifiant l’intrigue (Le Port de la drogue); et dans «l’anglais navajo» des sous-titres de Film Socialisme, racontant presque un autre film, différemment.


Samedi 4 février

16h30—Conférence Entrée libre
De Samuel Bréan traducteur , membre fondateur de l'Association des Traducteurs et Adaptateurs de l'Audiovisuel, et de la revue l’Ecran traduit

18h30—Film Socialisme 6€, 4€
De Jean-Luc Godard (France/Suisse, 2010, 1h42) – VF (avec sous-titres en « anglais navajo » de Godard)
Avec Catherine Tanvier, Christian Sinniger, Agatha Couture

Méditation cinématographique itinérante et polyglotte, Film Socialisme possède, entre mille particularités, celle d’être diffusé à l’international avec des sous-titres en « anglais navajo » : élaboré par le réalisateur lui-même, ce sous-titrage extrêmement singulier ne traduit pas toujours ce que l’on voit à l’écran, ou alors différemment. C’est presque un autre film qui nous est raconté.

21h—La classe américaine, le grand détournement 6€, 4€
De Michel Hazanavicius et Dominique Mezerette
Avec Lionel Abelanski, Jean-Eric Bielle, Marc Cassot
 
George Abitbol, «l'homme le plus classe du monde», meurt tragiquement lors d'une croisière dans l'atoll de PomPom Galli. Ses derniers mots, «Monde de merde» suscitent la curiosité de trois journalistes enquêteurs qui vont tout faire pour en comprendre le sens. De ces extraits de films de la Warner, montés et doublés par des acteurs français, émerge à coup sûr des rires très fous ! Un film culte !


Partenaires et mécènes

Avec le mécénat de la Fondation PwC France et Afrique Francophone, mécène fondateur. Avec le soutien de ADT International.