Mucem, Tag et graff, Cli, Saeio

Tag et graff, un «art illégal» au musée

Entre 2001 et 2006, Claire Calogirou, chercheur associée a mené plusieurs enquêtes-collectes sur le thème du hip-hop, de la danse, du tag et du graff. Pour le graff, ce sont 958 objets qui ont été portés à l’inventaire du Mucem ce qui représente une étonnante collection de panneaux graffés, affiches, autocollants, marqueurs, bombe aérosol, magazines, esquisses, photographies, vidéos, etc. Cette enquête très riche permet une réflexion sur les rapports sociaux en milieu urbain, la question de l’appropriation de l’espace public et de sa conquête par des pratiques qui se revendiquent de la rue.

 


1 Hip-hop: de la naissance d’une culture aux collections d’un musée


Le graffiti (du latin graffio, stylet) est une pratique ancienne. En France, Mai 68 a marqué une phase dans l’histoire du graffiti mural; les murs avaient la parole. Peu après, apparaît le graffiti new yorkais, mouvement représentant une revendication du ghetto.

Amplifié par l’avènement du mouvement hip-hop initié par Afrika Bambaata et la Zulu Nation au milieu des années 70, la recherche permanente d’innovation permet de développer  techniques et styles. Le graff représente une activité de circulation, d’exploration, d’aventure, d’adrénaline (dans sa part d’illégalité), l’autre versant du graff étant la fresque. Dès les années 80, le graff conquiert le marché de l’art, le tag glissant alors du mur à la toile du public au privé.

La définition du graff est le lettrage (et les compositions qui en dérivent) par différence avec toute autre inscription ou intervention dans la rue. Tag, signifie littéralement étiquette, il s’agit d’une signature calligraphiée. Le graffiti est une activité de circulation, d’exploration, d’aventure: répéter sa signature pour qu’elle soit vue par le plus grand nombre.

Le graffiti s’est développé à partir du milieu des années 70 dans le nord de l’Europe.

Au MnATP (Musée national des arts et traditions populaires) dont le Mucem est l’héritier, l’intérêt porté au tag et au graffiti accompagna le renouvellement des collections, de la société rurale aux cultures urbaines et interpella le musée sur les questions de création et de culture populaire.

Carnet de signatures, 1980-2003, JonOne, Mucem
Carnet de signatures, 1980-2003, JonOne, Mucem.
2003.141.6
JonOne
Parmi les nombreux artistes rencontrés, on trouve JonOne. New Yorkais de Harlem, il était fasciné très jeune par les trains et les métros, symboles de liberté. Dès l’adolescence, il a fait son apprentissage auprès de graffeurs locaux. Puis il part à Paris où le mouvement hip-hop est balbutiant et s’y installe en 1987. Il participe à des collectifs et rapidement fait des toiles. Il fait partie aujourd’hui des quelques artistes venus du graffiti très côtés. On trouve quelques objets lui ayant appartenus dans les collections du Mucem.
Mucem, Trousseau des clefs du métro de NYC
Carnet de signatures, 1980-2003, JonOne, Mucem.
2003.141.4
Clés utilisées par le graffeur JonOne pour entrer dans les dépôts du métro de New York, utilisées entre 1980-1986, dans ses débuts du graffiti, jusqu'à sa venue en France.
Ce porte-clé constitué d'une lanière de cuir brun, auquel sont rattachés deux anneaux métalliques, rassemblant douze clés. Ces dernières furent utilisées par le célèbre graffeur JonOne entre 1980 et 1986, lors de ses débuts dans le monde du graffiti alors qu’il entrait dans les dépôts du métro de New York pour graffer les wagons. Elles ont été acquises en même temps que d’autres objets ayant appartenu au graffeur: un carnet de dessin, deux blousons graffés, un photomontage et un graffiti sur toile réalisés par l’artiste (2003.141.1-6).

2 Sur le terrain: le modus operandi


La question de départ était quoi collecter et comment rendre le graff au musée? Plusieurs villes ont été parcourues en France avec l’objectif de reconstituer la dimension historique du mouvement graff et de rencontrer artistes et protagonistes: Paris et la région parisienne, qui jouent un rôle phare pour l’histoire du mouvement dès le début des années 80; Marseille, ville très riche au plan de la culture hip-hop, et les villes environnantes; Toulouse, Nantes, Lyon et Montpellier. Cette histoire du mouvement est essentielle car la pratique s’est beaucoup étendue et diversifiée par la suite; il était donc essentiel de bien connaître les dix premières années du développement de cette pratique. Il a donc fallu rencontrer tous les pionniers et acteurs, les «old timers», sans qui le graff ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Ces rencontres multiples ont donné lieu à des photos, des films, des témoignages, des rendez-vous lors d’événements majeurs de la culture urbaine, des recherches de magazines et de livres spécialisés, des interviews avec des avocats et des journalistes spécialisés sur les questions du graff...

Plusieurs villes étrangères ont également fait l’objet de visites et de rencontres:

New York La collaboration avec un «conseiller scientifique»  qui a permis d’une part, de mettre en place une réflexion nécessaire sur les origines et développement de ce mouvement et d’autre part, de procéder à des acquisitions de pièces de référence pour nos collections.
Europe Londres (Royaume-Uni), Liège, Bruxelles et Charleroi (Belgique), Athènes (Grèce), Hambourg, Berlin, (Allemagne), Stockholm (Suède).

Parmi les prérequis établis pour constituer la collection destinée au musée, on trouve:
— donner priorité aux objets et documents liés à la vie personnelle ou de groupe des graffeurs reconnus par leurs pairs,
— avoir  une représentativité des différentes «calligraphies» de lettrages, du tag le plus sobre jusqu’au plus élaboré, flop, chrome, wild style, etc…
— avoir une représentativité des supports, papier, carton, vêtement…
— avoir un ensemble de la diversité du mobilier urbain tagué,
— montrer l’ensemble des techniques et outils,
— avoir un ensemble des types d’«utilisation» du graff: affiches, publicité, stages…
— montrer l’évolution du graff (toujours à travers les parcours des graffeurs) vers le street art, le tableau, la création de vêtement,
— montrer les deux aspects de la pratique; l’aspect illégal (rue, trains…) et l’aspect légal (activité marchande, festivals…),
— montrer la réaction sociale: effaçage, textes, procès…

Mucem, Musique, Cataposte, 1986-1991, Psyckoze
Musique, Cataposte, 1986-1991, Psyckoze,Mucem.
2004.65.3
Le radio cassettes: son  «cataposte» est représentatif des sociabilités en œuvre dans le milieu graffiti à savoir poser son tag là où l’on passe, chez celui qu’on vient rencontrer.  De plus, ce radio cassette ou ghetto blaster est également représentatif du mouvement hip-hop, il accompagne les regroupements de rue des danseurs, graffeurs, ou non actifs. Celui-ci comporte des signatures extrêmement connues. Il a accompagné Psykose lors de ses descentes dans les catacombes de 1986 – 1991, d’où son nom.
Mucem, Caisse à vinyles, Dj Dee Nasty
Caisse à vinyles, Dj Dee Nasty, Mucem.
2005.27.1
Il s’agit de l’indispensable caisse du Dj lui servant à transporter des disques pour animer une soirée. Ce Dj de renom, en utilisait deux, chacune contenant 100 vinyles. Cette caisse est couverte d’autocollants depuis 1987 jusqu’en 1997. Aujourd’hui, les Dj’s sont passés à la valise à roulettes, adaptée au format des vinyles. Une photo de D.Nasty de la fin des années 80, montre cette caisse.
Au début des années 80, DNasty participe à des émissions de radio autour des musiques noires. C’est là qu’il commence à jouer des platines. Organisateur des fêtes au terrain vague de La Chapelle, lieu mythique du milieu des années 80, animateur de soirées, créateur de l’émission Deenastyle sur Radio Nova en 1988-89, D.Nasty devient (et reste) le Dj de référence en France, celui qui a fait naître plus d’une vocation et qui remportait tous les concours.

3 Focus sur la collection graffiti


Les objets acquis sont très variés et on y trouve notamment:
— du mobilier urbain, support de la marque des graffeurs (panneaux de chantier, rideaux de boutique, boîtes aux lettres
— un ensemble d’objets et de documents liés à des histoires personnelles et collectives des graffeurs interviewés (dessins, maquettes, outils, bombes neuves et usagées, vêtements, affichettes, programmes, stickers, flyers, supports de tags, toiles...

Mucem, Poubelle recouverte de tags, Truskool2000
Poubelle recouverte de tags, Truskool2000, Mucem.
2002.168.20.1-3
Elle appartenait à un des groupes sur lequel l’enquête a porté à Toulouse, Truskool. Cette poubelle, qui était dans leur atelier, représente un exemple de la manière dont les graffeurs s’approprient et décorent leur environnement comme ils peuvent le faire sur les murs: utilisation de la bombe et du sticker (poser sa signature sur un papier qui sera collée sur un mur ou dans un train est un moyen rapide; l’effet est renforcé par l’utilisation d’une étiquette de l’administration, comme dit précédemment).

No Comment par Mode2


«L’œuvre serait une interprétation d'un genre de bilan de la culture dans laquelle j'ai baigné pendant tant d'années. Nous sommes partis de quelque chose de frais, de naïf, de positif et spontané pour aller vers un genre de chacun pour soi où l'industrie de la musique, les marques de boissons fraîches ou alcoolisées, les conservateurs de galeries ou de musées ainsi que les journalistes des médias autour de l'art, de la musique ou de la danse ont pris le contrôle de l'évolution et du développement de cette dite culture. La technologie a aussi fait ses victimes mais ici et là quelques outils n'ont pas encore sombré dans l'obsolescence... Voilà en gros un reflet de la chose, sans pour autant essayer de dire précisément où jouerait tel ou tel facteur dans l'image.»

No Comment, Mode2, Mucem

Mode2 représente une figure du graff en France et en Europe mais plus justement au plan mondial. Il est réputé pour ses personnages. Et même pour les graffeurs «puristes» qui estiment que seul le lettrage définit le graff, il est incontestable. Il cherche à soutenir toutes les disciplines du Hip-Hop, mouvement qu’il découvre en 1983, à Londres où il vit à cette époque. Pour cette raison, on le retrouve chaque année à produire les affiches de Battle Of The Year, concours international incontournable de B-Boying, une organisation qui défend l’évolution de ces formes de danse comme art à part entière. Artiste invité dans le monde entier pour des expositions ou pour des évènements, il est présent chez nombre de collectionneurs.

Cette œuvre a été acquise grâce à l’Association des Amis du Musée en 2012 après l’exposition Faire le Mur, dans le cadre de laquelle elle a été peinte.


Conclusion


Encore aujourd’hui, le Mucem porte un grand intérêt à ces cultures et plus particulièrement au graffiti puisque plusieurs enquêtes-collectes se sont déroulées sur ce sujet en 2015 en Tunisie, au Maroc, en Italie et en Espagne, dans l’objectif de compléter le fonds et de l’étendre à la Méditerranée. 

Le fonds «graff» du musée a été en grande partie exposée au Lieu Unique à Nantes, dans l’exposition «Faire le mur» qui s’est tenue du 6 novembre 2011 au 8 janvier 2012. Le Mucem prête également quelques éléments de ses collections comme cet ensemble de 11 panneaux graffés provenant d’une boutique en travaux à Paris pour l’exposition «Street Art – Banksy & co.» qui s’est déroulé au musée d’histoire de la ville de Bologne, en Italie, d’avril à juin 2016. 

Les enquêtes-collectes au Mucem