• Mon MuCEM
    Déjà inscrit
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour MuCEM - Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée.
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    To prevent automated spam submissions leave this field empty.
    Inscrivez-vous
    Inscrivez-vous à Mon MuCEM afin de bénéficier de nombreux avantages.
    Stay
-A +A

[ARCHIVES] Au bazar du genre, Féminin – Masculin en Méditerranée

 

Selon le sexe reçu à la naissance, chaque individu se voit attribuer des rôles différents dans la société : le genre désigne cette construction sociale. En Méditerranée comme ailleurs, l’opposition entre masculin et féminin est largement fondée sur la domination des hommes.

L’ordre des sexes y est conçu comme une distribution et une hiérarchisation des rôles et des statuts. Aux hommes l’espace public, la guerre, la politique ; aux femmes l’espace domestique, la famille et les enfants.

 

Pourtant, aujourd’hui plus que jamais, cet ordre est remis en question.

 

Cela se traduit par des revendications, telles que la lutte des femmes pour disposer de leur corps, ou pour obtenir les mêmes droits que les hommes dans les domaines professionnel, politique, sportif, entre autres. Les minorités sexuelles remettent également en question l’ordre établi en militant pour la reconnaissance de leurs droits.

 

Cela se traduit aussi dans la volonté plus souvent exprimée par les individus de s’affranchir des normes fixées par les institutions : la famille, la religion, l’État.

 

Chacun aspire ainsi à choisir sa sexualité, son conjoint, son mode de vie et pourquoi pas… son genre.
Cette exposition évoque ces nouvelles aspirations des individus, et les réponses que leur apportent aujourd’hui les sociétés de la Méditerranée.

Bienvenue au bazar du genre !

Partager
 

#BazarduGenre
Lieu : J4 | J4 - niveau 2

Type de public :

Tout Public
Famille

Jours et horaires :

Du 7 juin 2013 au 6 janvier 2014
 Docteur en ethnologie, conservateur en chef du patrimoine, Denis Chevallier est...
 Après une carrière de danseur-chorégraphe, (lauréat du Concours International...
Architecte de formation (École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de...

Vidéos

Informations pratiques

Rider
« Rider » Hassan Hajjaj Maroc 2010 Photographie numérique, emballages Heart galerie, Paris

 

ACCÉDER AU MuCEM

 

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

1, esplanade du J4

13002 Marseille

Réservations et renseignements

04 84 35 13 00

reservation@mucem.org

 

Accès visiteurs individuels

Entrée basse fort Saint-Jean : 201 quai du Port (à 10min à pied du métro Vieux-Port)

Entrée Panier : parvis de l’église Saint-Laurent, esplanade de la Tourette

Entrée J4 : 1 esplanade du J4 (à 10min à pied du métro Joliette)

Entrée auditorium Germaine Tillion après la fermeture des salles d’exposition : accès extérieur du J4

 

Accès visiteurs en situation de handicap ou à mobilité réduite

Les trois entrées du MuCEM sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant. Cependant, à l’entrée Panier, après avoir passé la passerelle Saint Laurent, l’accès au fort nécessite un accompagnement humain sur une dizaine de mètres. Vous pouvez solliciter l’aide de l’agent d’accueil à l’entrée du site.

Les accueils et billetteries du musée sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant et équipés de boucles à induction magnétique.

L’accès est prioritaire et sans attente aux accueils et aux contrôles d’accès.

 


 

JOURS ET HORAIRES D’OUVERTURE

 

Jours et horaires du J4 et du fort Saint-Jean

Tous les jours sauf le mardi de 11 à 19h en été, et de 11h à 18h en hiver.

Nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

 


 

TARIFS

 

 

Expositions permanentes et temporaires

Billet MuCEM tarif plein 8 € / tarif réduit 5 €

Billet famille 12 € (valable pour 2 adultes et 5 enfants maximum)

Les billets sont valables le jour même pour une entrée dans tous les espaces d’expositions du J4 et du fort St Jean.

 

Visites guidées

Tarif plein 12 € / tarif réduit 9 € / tarif enfant (6-12 ans) 5 €

Billet MuCEM inclus

Effectif maximum par visite : 25 personnes

 

Guide multimédia

Tarif unique de location : 2 € / gratuit pour les visiteurs handicapés

Disponible en 5 langues (français, anglais, espagnol, allemand, italien) aux billetteries.

Tarif applicable en visite individuelle ou en groupe.

 

Vestiaire

Un vestiaire gratuit et accessible est situé au niveau -1 du J4 : prêt de fauteuils, de sièges cannes, de poussettes et de loupes.

 


 

GRATUITÉ

 

Gratuité pour les expositions permanentes et temporaires (Fort St Jean et J4), sur présentation d’un justificatif en cours de validité :

- Pour tous les 1ers dimanches du mois

- Bénéficiaires de minima sociaux et les titulaires du minimum vieillesse,

- Demandeurs d'emploi (justificatif de moins de 6 mois),

- Enfants de moins de 18 ans,

- Grands mutilés de guerre, grands handicapés civils et anciens combattants, visiteurs handicapés et un accompagnateur (justificatif d'invalidité),

- Conférenciers et guides interprètes nationaux, régionaux,

- Journalistes titulaires de la carte de presse,

- Membres de l'ICOM, de l'ICOMOS et de l'AICA,

- Titulaires de la carte Culture et un accompagnant.

- Amis du MuCEM

 


RÉDUCTIONS

 

Tarif réduit pour les expositions permanentes et temporaires (Fort St Jean et J4), sur présentation d’un justificatif en cours de validité :

- Jeunes âgés de 18 à 25 ans inclus,

- Enseignants titulaires d’un Pass Education et du supérieur en activité en France

- Seniors de plus de 65 ans

 

Programmation

CYCLES « AU BAZAR DU GENRE »

 

 

  • CINEMA

SEPTEMBRE-DECEMBRE

 

Tous les mercredis à partir du mois de septembre, des rencontres thématiques suivies de projections alterneront avec des cartes blanches proposées à plusieurs invités  dont Danielle Hibon, Ersi Sotiropoulos et Tahar Chikhaoui.

 

Les projections, seront accompagnées par des personnalités du cinéma (critiques, comédiens, réalisateurs)

 

 

 

  • SPECTACLES : LA « SEMAINE DU GENRE »

DU 2 AU 10 NOVEMBRE

 

Cycle de performances, installations, débats et rencontres d’artistes mobilisés autour des thématiques du genre, dans l’auditorium et dans différents espaces du MuCEM.

 

 

Coproduction : MuCEM, Marseille-Provence 2013.

Avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif.

 

Visites et activités

Des visites guidées de l’exposition dans plusieurs langues seront organisées sur simple réservation préalable pour les groupes adultes dès juin 2013, et pour les groupes scolaires à compter du 16 septembre 2013.

Samedi 22 Juin 2013

Éditions

Catalogues d’expositions

Catalogues d’expositions
Féminin / Masculin en Méditerranée

Au bazar du genre - DOSSIER PEDAGOGIQUE

T-shirt 100% single (redimensionnée)
T-shirt 100% single © Yves Inchierman, MuCEM BDWeb_redmien

Disponible très prochainement.

Partager
 

Au bazar du genre - GUIDE MULTIMEDIA

Sœurs de la perpétuelle indulgence, Gay Pride 2012, Marseille (redimensionnée)
Sœurs de la perpétuelle indulgence, Gay Pride 2012, Marseille © MuCEM, MZ BDWeb_redimen
  • Disponible en français, anglais et espagnol

 


 

INFORMATIONS PRATIQUES

Le guide multimédia est disponible aux billetteries du J4 et du fort Saint-Jean.

Tarif unique de location : 2€

 

Partager
 

Au bazar du genre - PRESSE

Au bazar du genre, Féminin – Masculin en Méditerranée - PRESSE

Niveau 2 - 500 m²

Dates : Du 7 juin 2013 jusqu’au 6 janvier 2014 – Exposition temporaire

Commissaire général : Denis Chevallier

Conseiller artistique : Patrick Roger

Scénographie : Didier Faustino – Bureau des Mésarchitectures

 

Coproduction : MuCEM, Marseille-Provence 2013, Rmn-Grand Palais

En partenariat avec : France Culture + France Inter + France 5

 


 

Note d’intention

 

Dans un contexte de bouleversements de l’ordre des sexes, le MuCEM propose un voyage à travers les multiples façons d’être homme ou femme de sa société dans l’espace méditerranéen contemporain. L’exposition part d’un constat : les évolutions économiques, idéologiques, politiques et technologiques d’aujourd’hui, dont les dynamiques sont traduites par les médias, peuvent donner aux individus l’impression, et parfois l’illusion, d’un choix de plus en plus grand dans les manières d’exprimer leur sexualité, de se rencontrer, de se reproduire, de fonder une famille et, plus généralement, d’exprimer leur différence. Elle permettra au public de s’interroger sur la façon dont ces nouvelles dispositions viennent, parfois, perturber un certain ordre des sexes et des valeurs qui leur sont associées.

 

L’exposition s’organise autour de l’idée que le genre peut être abordé comme un grand marché (le bazar) où les choix semblent presque infinis mais où, finalement, les individus s’orientent en fonction de leurs habitus et de modèles culturels… Les exemples présentés, souvent issus d’enquêtes menées dans différents lieux en Méditerranée, permettront de montrer comment les changements dans les pratiques et représentations du genre trouvent, dans l’espace méditerranéen, des expressions particulières selon les cultures, les communautés, les contextes sociaux et économiques.

Sont ainsi évoquées les profondes mutations démographiques en lien avec les nouvelles possibilités pour les femmes de contrôler leur fécondité. Les revendications portées par les femmes ou par les minorités sexuelles sont traitées comme une conséquence de ces évolutions. L’accent est mis sur l’impact des nouveaux modes de communication sur les possibilités de se rencontrer, de séduire, de faire couple ou de faire famille...

 

Plus généralement sont questionnées les différentes façons dont les normes du genre, qui touchent aux fondements même du fonctionnement des sociétés – règles religieuses, lois, règlements écrits ou non, coutumes... –, se confrontent aujourd’hui à une multiplicité de modèles diffusés à des échelles de plus en plus larges. Cette approche du genre et de la sexualité inscrite dans des sociétés méditerranéennes en profonde mutation sera pour le visiteur l’occasion de s’ouvrir à un questionnement sur le jeu des identités individuelles et des appartenances culturelles.

L’étendue du propos et de sa problématique fera de cette exposition un des points fort de l’axe « Sexe et genre » défini dans la programmation de Marseille-Provence 2013. Les objets des collections d’ethnologie sont associés à des témoignages d’hommes et de femmes, des montages de films, des installations d’art contemporain pour questionner les changements qui touchent les grandes valeurs liées aux rapports de genre dans l’espace méditerranéen. Outre les collections du MuCEM, l’exposition présentera notamment des œuvres de Louise Bourgeois, Hassan Hajajj, Nibar Gürec, Philippe Ramette, Michèle Sylvander, Pilar Albarracin, Lawick Müller, Niki de Saint Phalle, Ghada Amer, Marion Poussier, Canan, Tami Notsani, Pierre et Gilles, Françoise Janicot, Nan Goldin.

 


 

Parcours de l’exposition par Denis Chevallier

 

L’exposition s’articule autour de cinq sections.

La première, « Mon ventre m’appartient » souligne la remise en cause par les évolutions démographiques récentes du rôle de la femme en Méditerranée. Les données très spectaculaires de la transition démographique dans les pays du sud de la Méditerranée sont mises en rapport avec les politiques de régulation des naissances, mais aussi avec les luttes menées par les femmes pour obtenir le droit à la contraception. Cette section met également en scène de nouvelles images de la féminité que certaines femmes artistes comme Louise Bourgeois ou Niki de Saint-Phalle ont traduites dans leurs œuvres. La maternité est abordée à travers différentes pratiques bien documentées : objets et rites associés à la fécondité.

La deuxième section, « Les chemins de l’égalité », rappelle la vigueur avec laquelle s’expriment actuellement les revendications pour l’égalité entre hommes et femmes, et la façon dont elles redessinent les rapports sociaux de genre.

La troisième section, « LGBT Vivre sa différence », parle de la montée en puissance des revendications à la liberté d’assumer publiquement des choix de sexualité différents ou multiples. Sont présentées dans l’exposition les expressions contemporaines de la reconnaissance de cette liberté : tenues portées lors de gay prides récentes, images exprimant certaines formes de luttes, mais également l’actualité des formes de pactes et mariages homosexuelles. Différents témoignages d’homophobie ainsi que des films d’actualité sont également présentés.

L’exposition se poursuit par la section « Mon prince viendra ». On y parle d’un bouleversement de la règle homogamique en vigueur en Méditerranée qui voulait que l’on s’unisse de façon préférentielle dans sa communauté voire dans son groupe familial. Cette section interroge ces nouvelles pratiques en présentant différentes pages d’accueil de sites de rencontre ou des extraits de séries télévisées diffusées tout autour de la Méditerranée. Des œuvres de Philippe Ramette ou Jana Sterbak expriment également à leur manière ces changements.

La dernière section intitulée « Chacun son genre » met l’accent sur la possibilité accrue pour les individus de jouer avec les codes et les modèles du genre et de l’apparence. La question du voile est abordée avec la présentation d’un ensemble de voiles anciens et contemporains, mais surtout de témoignages collectés par des ethnologues. Les œuvres contemporaines témoignent d’une prise de distance vis à vis du voile (Nilbar Gures) mais aussi d’une volonté de réappropriation (Hassan Hajjaj). La remise en cause de la question du genre est quant à elle illustrée par un certain nombre de photographies d’artistes laissant apparaître une sexualité ambiguë.

 


 

La scénographie de Didier Faustino

 

La mise en scène d'une exposition sur le genre se heurte nécessairement à la question du sexe de l'architecture : les espaces dans lesquels nous évoluons sont-il sexués ?

Les nouvelles pratiques et représentations du genre présentées dans l'exposition tendent à faire vaciller les certitudes et les lignes de partage entre féminin et masculin, non seulement dans leurs inversions, mais surtout par l'invention d'autres possibles. Ces évolutions se heurtent à l'inertie des sociétés, dans une guérilla urbaine où chaque parcelle de territoire doit être conquise de haute lutte.
Aussi au-delà d’affiliations à tel ou telle, ce sont ces deux aspects, incertitude et combat, trouble et revendication, qui s'imposent dans le parcours. Les cimaises deviennent les palissades d'un petit urbanisme en chantier, un château « à prendre » aux étendards troublants : « mon ventre m'appartient », « mon prince viendra ». La grille normative qui compose l'édifice se fracture et offre aux visiteurs des découvertes et des parcours croisés.

Au cœur du système, un dispositif giratoire invite à se perdre dans cette fragile Babel des genres.

 


 

Sélection d’œuvres présentées

 

Sans titre, Pilar Albarracín, Espagne 2009, Photographie couleur contre collée sur aluminium. Courtesy Galerie GP & N Vallois.

Module 1 : Mon ventre m’appartient

Modèle gynécologique du vagin et de l’utérus, Ortho,  fabricant, Etats-Unis1959, Moulage en mousse, matière plastique, Fonds d’archives Pierre Simon, Centre des Archives du Féminisme, Angers.

Boulot, Omo, marmots, y'en a marre. Contraception pour toutes et tous, affiche, Mouvement de Libération des Femmes, Paris, France 1971, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Nana Boule sans tête, Niki de Saint Phalle, 1965, Tissu, laine, grillage, Collection MAMAC, Nice, inv.2001.13.44.

Rataj – « Enfante », Sandra  Dukić, Banja Luka, Bosnie-Herzégovine 2006, Matière textile, MuCEM.

Module 2 : Les chemins de l’égalité

Eventail de suffragiste, Le Journal, France1914, Bois, papier, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Por el reparto del trabajo : para repartir el empleo hay que compatir el trabajo : 8 marzo 1999 - Pour la répartition du travail il faut partager les tâches, 8 mars 1999, affiche, Pays Basque 1999, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

The revolution of the youth of the 25th January-“Egypte, ces jeunes qui ont soulevé la rue”, Pauline Beugnies, photographe -  journaliste, Egypte 2011, Tirage numérique.

Module 3 : LGBT Vivre sa difference

Sharon and Kathy embracing, Nan Goldin, 1994, cibachrome, Collection Lambert, Avignon.

Les condamnés. Dans mon pays, ma sexualité est un crime, série Philippe Castetbon, photographe – journaliste, 2010, Tirage numérique, Collection privée.

Les mariés, Pierre et Gilles, France, 1992, Photographie peinte, Maison européenne de la photographie, Paris.

Module 4 : Mon prince viendra

Quenouille, Stepojevac, Serbie 1927, Bois, Prêt du Museum national d’Histoire naturelle, Paris, France.

Doppelgänger, Didier Faustino, France 2011, Tirage numérique, Galerie Michel Rein, Paris.

La libre circulation des désirs, série, Marion Poussier, Tel-Aviv, Beyrouth, Téhéran 2008, Photographie.

Module 5 : Chacun son genre

La fautive, Michèle Sylvander, France,  1995.

Mister Pearl II, face corset noir, photographie Ali Mahdavi.

Rider, Hassan Hajjaj, Maroc 2010, Photographie numérique, emballages, Heart galerie, Paris.

Scènes de rue à Sarajevo, Ljiljana Zeljkovic, ethnologue, Bosnie-Hérzegovine 2012, Photographie numérique, MuCEM.

 

---

Denis Chevallier

Docteur en ethnologie, conservateur en chef du patrimoine, Denis Chevallier est, à partir de 1982, chargé de mission à la mission du Patrimoine ethnologique du ministère de la Culture. Après un passage à l’Inventaire général comme conservateur chargé de mission pour le patrimoine rural, il rejoint en 2000 l’équipe de direction du musée national des Arts et Traditions populaires où il accompagne la transition du musée vers le MuCEM. De 2002 à 2009, il dirige la petite équipe chargée de la préfiguration du futur établissement à Marseille et pilote plusieurs programmes de recherche et de collectes dans le bassin méditerranéen, et notamment le programme consacré à la construction du genre en Europe et en Méditerranée. Devenu directeur adjoint du Service à compétence national du MuCEM, il prend part, dès 2009, à la programmation du futur musée. Responsable du nouveau département « Recherche et enseignement », il assure notamment la coordination de la création de l’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP) qui sera installé en 2013 dans de nouveaux locaux au fort Saint-Jean. Il poursuit par ailleurs une activité de publication scientifique.

Denis Chevallier est commissaire général de l’exposition « Au Bazar du genre, Féminin – Masculin en Méditerranée ».

 

Patrick ROGER

Après une carrière de danseur-chorégraphe, (lauréat du Concours International de Bagnolet, prix du Ministère de la Culture), il poursuit sa réflexion sur l’espace dans les domaines de l’architecture et de la scénographie. Il est directeur de conception pour des espaces culturels et de loisirs : Maison de la Magie Blois, Musée Grévin, hôtels, parc d’attractions. En parallèle, il continue à diriger et produire des évènements artistiques, spectacles, festivals.

 

Didier Faustino

Architecte de formation (École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine, ex-École d’architecture de Paris-Villemin, ex-U.P.1), Didier Faustino « se définit comme un alchimiste, à la fois architecte, artiste et rédacteur de revue ». Faustino vit et travaille entre Paris et Lisbonne. En 2002, il fonde avec Pascal Mazoyer le Bureau des Mésarchitectures. Il est lauréat des « Nouveaux Albums de la jeune architecture » en 2002 et participe à plusieurs reprises (2000, 2003 et 2008) à la Biennale d'architecture de Venise.

 


 

Informations pratiques

 

Un guide multimédia en 3 langues (français, anglais, espagnol) est proposé à la location (2 €). Les contenus sont téléchargeables gratuitement sur le site internet du musée en amont de la visite, ou sur place grâce à des QR codes.

 

Un dossier pédagogique sera mis gracieusement à la disposition des enseignants dès l’ouverture de l’exposition, en téléchargement sur le site internet du musée ou sur simple demande auprès du département des publics du MuCEM.

 

Des visites guidées de l’exposition dans plusieurs langues seront organisées sur simple réservation préalable pour les groupes adultes dès juin 2013 et scolaires à compter du 16 septembre 2013.

Partager
 

Vous êtes journaliste ?