KOPFSTAND_MADAM_1_BRD1966_ChristianRischert_Quelle_Deutsche_Kinemathek

La Cinémathèque allemande

Le Rendez-vous des cinémathèques

« Le rendez-vous des cinémathèques » propose des rencontres et des projections en partenariat avec des cinémathèques d’Europe et de Méditerranée. Chaque année, une nouvelle cinémathèque est mise à l’honneur au Mucem.

Après la Cinémathèque de Bologne en 2016 et celle du Portugal la saison passée, le Mucem invite la Cinémathèque allemande de Berlin : chaque mois, de novembre 2017 à juin 2018, rendez-vous à l’auditorium pour découvrir une sélection de longs-métrages récemment restaurés. De Weimar à la chute du mur, un voyage en images à travers l’histoire de l’Allemagne et de son cinéma. 

Chaque séance est introduite par un critique ou un programmateur de la Cinémathèque allemande.
En partenariat avec le Goethe Institut.
La Deutsche Kinemathek

La Deutsche Kinemathek a été fondée en 1963 par le réalisateur Gerhard Lamprecht, dont l’ample collection de films, de documents et d’appareils a constitué la base d’un fonds d’archives qui n’a cessé depuis de s’enrichir. Installée depuis 2000 dans le remarquable complexe architectural du Sony-Center, sur la Potsdamer Platz à Berlin, elle dispose en effet de riches collections (26 000 films, 28 000 costumes, 22 000 affiches, etc.), en partie exposées dans le Musée du cinéma et de la télévision voisin.

En huit séances, le programme de cinéma présenté au Mucem offre un aperçu des grands axes de la Cinémathèque allemande et de sa collection. On n’y collectionne pas seulement des films de toutes les époques de l’histoire du cinéma allemand, mais également des scénarios, des costumes, des affiches, des photographies et bien d’autres choses encore. Même si elle bénéficie de subventions d’État, la Cinémathèque allemande n’est pas une institution publique au sens strict, mais une fondation faisant œuvre de collection et menant de multiples activités qui vont au-delà du seul archivage : expositions permanente et temporaires, restauration, congrès scientifiques, publications, auxquels s’ajoute l’organisation des rétrospectives de la Berlinale. Comme la Cinémathèque allemande ne dispose pas de sa propre salle, contrairement à la plupart des cinémathèques nationales, le travail de ses conservateurs ne consiste pas à présenter dans ses murs une programmation courante, mais à élaborer des cycles de projections et des offres spécifiques pour des salles extérieures et des festivals – comme aujourd’hui pour le Mucem.

Découvrir

L’histoire du cinéma allemand

Le programme proposé à Marseille par la Cinémathèque allemande met en lumière quelques-uns des ensembles majeurs de sa collection. Si l’on y trouve en effet les jalons essentiels de l’histoire du cinéma allemand, la Deutsche Kinemathek n’a pourtant pas pour mission de réunir et transmettre la cinématographie nationale de manière exhaustive. Parmi les classiques qui y sont conservés et traités, il y a par exemple l’œuvre du réalisateur Georg Wilhelm Pabst. Ses films produits en Allemagne ont fait l’objet, ces dernières années, d’un ambitieux projet de restauration et de numérisation. Un autre corpus important de la collection s’est constitué autour du travail des réalisatrices allemandes de l’après-guerre. La Cinémathèque procède ici aussi à un travail assidu de traitement et de numérisation des œuvres. Depuis quelques années, la Deutsche Kinemathek est en outre dépositaire de l’ensemble du fonds de la DEFA, le studio de production cinématographique de l’ex-Allemagne de l’Est. Enfin, la Cinémathèque collectionne des films qui ont un lien avec la ville de Berlin. Une fructueuse collaboration s’est nouée dans ce domaine avec de jeunes réalisateurs et producteurs berlinois.

La numérisation est certainement l’un des défis les plus ambitieux de notre temps : désormais, les anciens films ne peuvent être vus que sous un format numérique. Aussi la Cinémathèque allemande a-t-elle entrepris depuis quelques années de numériser petit à petit son fonds cinématographique, afin que le public actuel et futur ait accès à ces œuvres et puisse en découvrir les qualités visuelles et sonores d’origine.